A la uneActualitésPolitique

FAIT DU JOUR Départementales sur Bagnols : et si les divisions profitaient à la droite ?

Patricia Garnero et Claude Roux, candidats du "Bon Sens Gardois" sur le canton de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Patricia Garnero et Claude Roux, candidats du "Bon Sens Gardois" sur le canton de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Cinq binômes sont pour l’heure officiellement en course sur le canton de Bagnols pour les élections départementales de mars : trois à gauche, une de rassemblement de la droite et du centre et une du Front national RBM. Etat des lieux.

Le PS part divisé

Le conseiller général sortant Alexandre Pissas et les deux candidats investis par le PS Emmanuelle Crépieux (au centre) et Jean-Yves Chapelet (à D.) (Photos et montage : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le conseiller général sortant Alexandre Pissas et les deux candidats investis par le PS Emmanuelle Crépieux (au centre) et Jean-Yves Chapelet (à D.) (Photos et montage : Thierry Allard / Objectif Gard)

Traditionnellement, le canton de Bagnols sourit à la gauche. Ce coup-ci, ce devrait être plus difficile : malgré les « appels à la responsabilité » du président PS du conseil départemental Jean Denat et une tentative de conciliation, le PS part divisé. On retrouve d'un côté, le binôme investi officiellement par le parti, mené par les adjoints au maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet et Emmanuelle Crépieux, et de l'autre le conseiller général sortant Alexandre Pissas et la maire de Sabran Sylvie Nicolle.

Le second ticket a été désavoué par son parti au profit des premiers, proches du maire de Bagnols Jean-Christian Rey, avec qui ses relations sont tendues. Alexandre Pissas aurait payé la composition de son équipe, notamment la présence de l’édile de Sabran Sylvie Nicolle, classée divers droite. Mardi dernier, alors que le bureau national venait de trancher et d’investir Jean-Yves Chapelet et Emmanuelle Crépieux, un proche des deux candidats nous disait être « soulagé que le PS soit représenté aux élections sur le canton. » Sous entendu, avec Alexandre Pissas, pourtant membre du PS, il ne l’était pas…

Les candidats PCF Front de Gauche : Mourad Abadli (titulaire), Laurette Bastaroli (Suppléante), Geneviève Sabathé (titulaire) et Michel Tortey (suppléant) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les candidats PCF Front de Gauche : Mourad Abadli (titulaire), Laurette Bastaroli (Suppléante), Geneviève Sabathé (titulaire) et Michel Tortey (suppléant) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Sauf que ce dernier ne l’entend pas de cette oreille. S’estimant légitime, le maire de Tresques compte bien aller au bout, et distribuait des tracts estampillés « majorité départementale » au marché de Bagnols mercredi.

Pendant ce temps, le PCF - Front de Gauche est lui aussi rentré dans la course, avec un binôme composé d’une militante PS — Geneviève Sabathé — et un ex-militant socialiste passé depuis au PCF — Mourad Abadli. Une « liste d’union contre l’austérité » qui pourrait bien tailler des croupières aux deux listes socialistes.

La droite unie y croit

Dans le camp d’en face, les choses sont bien plus apaisées. La droite, qui a été la première à présenter ses candidats sur le canton à la fin janvier, part unie sous l’étiquette du « Bon Sens gardois », rassemblant l’UMP, l’UDI, le Modem et les divers droite. De quoi éviter la dispersion… D'ailleurs, les candidats du « Bon Sens Gardois » Claude Roux et Patricia Garnero (étiquetés UDI tous les deux, avec deux suppléants UMP) y croient « plus que jamais. »

Ils ont des raisons : avec la nouvelle règle qui veut qu’un candidat doit rassembler au moins 12,5 % des inscrits pour accéder au second tour, il y a de fortes chances pour qu’il n’y ait pas de place pour tout le monde à gauche. Un risque qui sera proportionnel à l’abstention : avec une participation théorique de 50 %, il faudra faire 25 % des voix pour se maintenir, sachant que la participation sur l’ensemble du canton ne dépassait pas les 50 % en moyenne aux dernières européennes…

Second tour probable pour le FN

Yvan Corbière, candidat titulaire FN RBM sur le canton (DR)
Yvan Corbière, candidat titulaire FN RBM sur le canton (DR)

Une élection qui avait vu le candidat du Front national Louis Aliot en tête sur l’ensemble des communes du canton. Le Front national-RBM présente sur le canton bagnolais un binôme

que d’aucuns pourraient qualifier de « parachuté » : Monique Tézenas du Montcel, retraitée du secteur bancaire, et Yvan Corbière, adjoint au maire de… Beaucaire.

Stéphane Perez, candidat du FN-RBM aux dernières municipales où il a réalisé un peu moins de 26 % au second tour et élu depuis au conseil municipal et au conseil d’agglo, attendu comme potentiel candidat aux joutes départementales, n’en sera donc pas.

Qu’à cela ne tienne, porté par sa dynamique actuelle, le FN devrait accéder au second tour. Combien seront-ils en face ?

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

4 réactions sur “FAIT DU JOUR Départementales sur Bagnols : et si les divisions profitaient à la droite ?”

  1. Le candidat FN est effectivement parachuté (de Beaucaire) contrairement à ce qui se diffuse sur mon compte, je suis Bagnolaise, j’ai vécu vingt-cinq ans à Bagnols avant de poursuivre mes études et ma carrière professionnelle à l’extérieur, mes parents travaillaient à Marcoule. Je reviens dans ma ville et c’est pour y rester.

  2. Certes on ne demande pas l’age aux dames, mais ça fait un petit bout de temps que vous avez donc quittez Bagnols. Allez c’est peu etre vous qui representer les vraies valeurs de la gauche.

  3. Vous avez raison, je suis moins jeune mais c’est aussi un peu plus d’expérience. Quant aux valeurs de gauche, je ne peux être prise en défaut sur ce point, je ne cherche rien d’autre qu’à rappeler les socialistes à leurs promesses et projets initiaux. Ils ont perdu le sens du peuple. Ceux qui luttent encore au sein du PS vont, soit être exclus, soit être discrédités. Lamentable! IL est temps de recomposer la gauche sur sa gauche. Pas sur sa droite comme le souhaite Valls.

  4. Le FN, toujours aussi logique, qui veut quitter l’Euro alors que la famille Le Pen bulle sur les bancs de l’assemblée européenne et qui, alors qu’il fustige les étrangers, parachute des Beaucairois sur Bagnols. A croire qu’il n’y a pas de militants FN sur la ville. Ce qui ne serait pas une mauvaise chose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité