A la uneActualités

GARD Baisse de la délinquance en 2014 mais les violences intrafamiliales inquiètent

Le Préfet du Gard Didier Martin dévoile les chiffres de la sécurité en 2014 dans le Gard. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le Préfet du Gard Didier Martin dévoile les chiffres de la sécurité en 2014 dans le Gard. (photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Les actes de violences et de délinquance sont en baisse en 2014, selon les chiffres de la préfecture donnés hier soir. En revanche, les violences intrafamiliales inquiètent et traduisent un déplacement des violences dans l'espace public vers la sphère familiale.

Les atteintes aux biens dans le Gard ont diminué dans le département de 7,6 %, alors qu'elles stagnent au niveau national. Sur les trois dernières années en cumulé, la baisse atteint 14,5 %, passant de 32 698 faits constatés en 2011 à 26 073 en 2014. Des résultats "encourageants" pour le Préfet Didier martin, même si le niveau reste l'un des plus hauts de France. Dans le détail, les cambriolages ont chuté de 11 % en 2014, idem pour les vols à main armée (- 15 %), les vols d'automobiles (- 7%) ainsi que les vols avec violences (- 23%). Une diminution moins prononcé concernant les atteintes aux personnes qui chutent de 3 % mais dont le nombre reste encore supérieur à la moyenne nationale. Dans la ZSP (zone sensible prioritaire) de Saint-Gilles/ Vauvert, les chiffres démontreraient une diminution de la déliquance et du sentiment d'insécurité dans les deux communes. Une diminution des atteintes aux biens (- 25 %), des cambriolages (- 32), des atteintes aux personnes (- 31) et des violences non crapuleuses (- 28%) par rapport à 2013 y serait constaté, alimenté par un renforcement du dialogue gendarmerie / population, selon la préfecture. Même constat du côté de la ZSP Nîmes / Chemin bas d'Avignon et Mas de Mingue à hauteur de 20 % en moyenne.

Les victimes de violence sexuelle en parlent plus

Du côté des atteintes volontaires à l'intégrité, les chiffres sont stables depuis 2012 où 5 428 faits avaient été constatés, contre 5 485 en 2014. À noter la recrudescence des violences sexuelles qui ont augmenté de 17 % (+ 10% au niveau national). Pour le Préfet, deux facteurs peuvent expliquer cette augmentation : une réelle croissance de faits constatés d'une part, mais également des changements dans les habitudes des victimes, qui en parleraient plus facilement qu'autrefois, et par conséquent le nombre de plaintes déposées seraient en progression. En 2014, la gendarmerie a constaté que 843 personnes ont été victimes de violences intra-familiales, dont 662 femmes (soit 78,5 % des victimes). Un nombre en augmentation par rapport à 2013 de 2,06 %. C'est en zone police que ces violences se sont le plus manifesté, en augmentation de 19,84 %.

La préfecture et les services de police et gendarmerie ont annoncé qu'une attention particulière serait portée en 2015 dans les domaines des violences sexuelles et intra-familiales, la délinquance des mineurs, la saisine des avoirs criminels, les ZSP et la lutte contre les fraudes et l'économie souterraine.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité