A la uneActualité générale.ActualitésEconomie

FAIT DU JOUR La santé, une filière d’avenir pour Nîmes Métropole

Photo : droits réservés.
A Nîmes, l'institut ARAMAV teste des dispositifs médicaux rétiniens. Photo : droits réservés.

Avec l'organisation, ce mardi, des "Rencontres des dispositifs médicaux", le président Yvan Lachaud ambitionne de doter Nîmes d'un grand centre d'évaluation permettant aux entreprises de tester leurs produits.

A peine était-il arrivé à la tête de Nîmes Métropole que l'élu UDI fixait son cap : "le développement économique sera notre priorité. Nous allons chercher des entreprises pour les installer sur notre territoire, et nous le ferrons dans le respect du travail des élus". Un an plus tard, Yvan Lachaud continue d'apporter les pierres à l'édifie de sa lutte contre le chômage (14,2% pour le Gard en 2014). Après l'agence de développement économique - opérationnelle en juin - l'élu UDI prévoit de favoriser la structuration ou l'émergence de nouvelles filières, telle que la santé. "Montpellier est championne sur le diagnostic, Marseille a son Centre d'immunologie (étude sur le fonctionnement du système humanitaire, NDLR). Nîmes doit trouver sa place au milieu de tout cela", a expliqué ce matin l'élu UDI, co-organisateur avec Eurobiomed des "Rencontres des dispositifs médicaux" à Carré d'Art.

Manque de visibilité du potentiel gardois

Parmi les pistes évoquées : la création d'un centre d'évaluation des dispositifs médicaux. Les "dispositifs médicaux" regroupent tous instruments, équipements ou matières (compresse, prothèse dentaire, fauteuil roulant…) qui soignent, sans pour autant être rangées dans la catégorie des "médicaments". "La création d'un tel centre serait unique en France (…) A l'heure où le maintient à domicile est un enjeu majeur, voilà un outil qui permettra d'accroître la qualité des soins", plaide Martine Ladoucette, directrice du CHU de Nîmes, premier employeur du Gard avec ses 5 600 employés.

Dans les régions Languedoc-Roussillon et PACA, le secteur de la santé est "historiquement développé", note la directrice d'Eurobiomed Emilie Royere. On retrouve de grandes entreprises comme les Laboratoires Boiron, Sanofi, Bastide Le Confort Médical, mais aussi de petites structures, moins connues : Asklé Santé fabriquant de matelas anti escarres ou APELEM, spécialisé dans la radiologie. Pour Samuel Sancerni, directeur général d'APELEM, le centre d'évaluation serait un vrai plus pour sa société : "Nous travaillons déjà avec le CHU de Nîmes et Montpellier pour tester les performances de nos produits. Ils nous ont aidé à nous lancer dans le haut de gamme, lorsque nous avons restructuré notre activité, après de graves difficultés économiques".

Actuellement, il existe plusieurs services d'évaluation des produits médicaux sur Nîmes : "vous avez l'I2ML qui teste les produits pour le maintien des personnes à domicile, le CHU pour les équipements destinés aux personnes handicapées mais aussi l'institut ARAMAV pour tout ce qui concerne la vue", énumère Emilie Royere, "seulement, ces compétences sont atomisées et mériteraient d'être regroupées dans un seul centre pour gagner en lisibilité".

Le tournant des prothèses PIP

Hier matin, devant une assistance de 170 personnes, composée de chefs d'entreprises mais aussi de faiseurs d'opinion que sont les représentants des syndicats et de l'autorité de santé, Yvan Lachaud a lancé son opération séduction. Pas question de vendre le territoire en brandissant le soleil, le foncier peu élevé ou les ristournes fiscales des zones d'activités.  "Le centre d'évaluation correspond à un besoin grandissant des entreprises. Des prestations, payantes, qui permettront d'évaluer leurs performances mais aussi de vérifier que leurs produits respectent les normes européennes", ajoute Emilie Royere. Depuis le scandale sanitaire des prothèses mammaires PIP (Poly Implant Prothèse), l'Europe impose de nouvelles règles, plus ou moins contraignantes.

Pour concrétiser son projet, toujours au stade de l'utopie, Nîmes Métropole devra faire adhérer d'autres collectivités et partenaires à son projet… Une autre paire de manches. Mais n'est-ce pas au goût de la difficulté que l'on savoure une victoire?

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité