Actualités

PONT-SAINT-ESPRIT Une convention pour stériliser les chats errants

Les vétérinaires Elise Estermann et Valérie Prat, le chef du service de police municipale Franck Sartre, Josiane Jorge de l'association Boule de Poils (debout, de G à D), l'adjoint à la sécurité Daniel Mouchetant et la vétérinaire Anne Mialhe (assis, de G à D) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Les vétérinaires Elise Estermann et Valérie Prat, le chef du service de police municipale Franck Sartre, Josiane Jorge de l'association Boule de Poils (debout, de G à D), l'adjoint à la sécurité Daniel Mouchetant et la vétérinaire Anne Mialhe (assis, de G à D) (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Jusqu’à 4 portées par an et jusqu’à 7 chatons par portée : le moins qu’on puisse dire, c’est que chez les chats, la démographie ne connaît pas la crise, surtout en ville.

Résultat : si les félins ne sont pas stérilisés, le nombre de chats errants explose. A Pont, « ils occupent de nombreux quartiers », admet l’adjoint à la sécurité Daniel Mouchetant. Josiane Jorge, de l’association Boule de Poils, basée à Bourg-Saint-Andéol, en Ardèche, complète : « Villa Clara ou les Tournesols par exemple. »

41 chats stérilisés à Pont en 2014

Alors la Ville et l’association viennent de renouveler la convention qui les lie depuis 2012 pour mener des campagnes de stérilisation des chats errants, c’est à dire des chats de plus de 6 mois qui se trouvent à plus de 1 000 mètres de leur domicile.

Dans cette nouvelle convention, la commune planifie les interventions, informe la population et s’engage à payer à l’acte et l’association s’en occupe avec les vétérinaires partenaires qui participent financièrement par l’abandon d’une partie de leurs honoraires, environ 50 %.

La Ville met un budget de 2 000 euros annuels sur la table, de quoi « stériliser entre 40 et 60 chats par an sur la commune », explique Daniel Mouchetant. Ainsi, 41 chats ont été stérilisés en 2014 à Pont. Quant à Boule de Poils, elle a procédé à 150 stérilisations en tout l’an passé, « soit environ 1 000 chats qui ne sont pas venus au monde », estime Josiane Jorge.

« Et le travail recommence sans cesse », relève-t-elle. « Le but est de stabiliser la population et de la maintenir en bonne santé » note le chef du service de police municipale Franck Sartre, et la vétérinaire Anne Mialhe complète : « il est important aussi de garder une population féline stable pour stabiliser celle des rongeurs. » Car ces chats, bien qu’errants, savent tout de même se rendre utiles.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle convention et les campagnes de stérilisation qui suivront ne dispensent pas les propriétaires de chats de les faire stériliser.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité