A la uneActualitésPolitique

NÎMES 77 élus au conseil communautaire de l’Agglo : quelles sont les communes concernées ?

Photo ObjectifGard
Photo ObjectifGard
Photo ObjectifGard

Par la voie d'un communiqué adressé à toutes les rédactions locales à peine quelques minutes après la rencontre avec Yvan Lachaud, le groupe de droite Union Pour Nîmes Métropole fait savoir que son choix se porte sur le nombre de 77 élus appelé à siéger au Conseil Communautaire. Une décision qui semble plus brutale que le choix initialement proposé par le président de Nîmes Métropole de porter le nombre à 94. A présent, 19 élus sont sur le départ. 

Les élus de droite indiquent "qu'après avoir mesuré avec attention les conséquences de l’une ou l’autre de ces options, nous avons arrêté hier, en milieu de journée notre décision. Nous en avons informé ce midi le Président de la Communauté d’agglomération et adressons ce jour un courrier à chacun des 96 membres actuels du Conseil Communautaire".

Ils justifient leur décision selon trois raisons :

- La Cohérence politique "Nous considérons qu’il s’agit d’un choix de la sagesse et du bon sens. Nul ne peut rester insensible et sourd aux attentes de nos concitoyens qui exigent des élus qu’ils réduisent les assemblées pléthoriques qui composent le mille feuille administratif Français. Nous avons suffisamment dénoncé par ailleurs les excès de la gauche -qui en remettant en cause le Conseiller Territorial, a aboutit à une hausse du nombre de Conseillers Départementaux et de Conseillers Régionaux- pour ne pas agir dans ce sens lorsque l’opportunité de le faire nous en est offerte."

- La réduction des dépenses : "Nos collectivités traversent une situation économique et budgétaire suffisamment tendue pour ne pas être insensibles aux économies induites par ce choix. En effet, le total des frais liés à la baisse du montant global charges comprises des indemnités d’élus, les économies sur les frais de structures, de formation obligatoire, de contribution au fonctionnement des groupes politiques et d’une manière globale aux économies de structures avoisine les 400.000€ sur la durée du mandat restant à courir. Par ailleurs, la nette diminution du nombre de Conseillers Communautaires est à même de remettre en cause en profondeur le projet de réalisation d’un nouvel Hôtel Communautaire dont le coût est évalué aujourd’hui à 15 millions d’euros."

- Le renforcement du poids relatif des Maires : "Le choix entre 94 et 77 élus n’entrainerait de conséquence en réduction de sièges que pour 7 communes sur les 27 qui composent Nîmes Métropole. 19 d’entre elles ne sont en effet pas impactées par une diminution du nombre de leur représentants lié à ce choix"

Selon nos informations, les communes concernées par la perte d'un conseiller communautaire sont : Manduel, Poulx, Milhaud, Générac, Caissargues, Saint-Gilles, Clarensac, Caveirac et Redessan. La seule ville de Nîmes en perd 10 dont 5 du côté des Républicains, 2 du côté de l'UDI et du centre, 1 pour Front National, idem pour le Parti Socialiste et le PCF.

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

4 commentaires

  1. Une très bonne chose. Enfin un peu de responsabilité de la part de nos élus. Si le conseil communautaire pouvait être gouverné à 94 élus, il le pourra aussi à 77 élus.
    Faisons la même chose en réduisant le nombre de députés et en supprimant le sénat. De l’argent gaspillé pour rien.

    Une très bonne chose. Bravo

  2. Voilà une sage décision, qu’on aimerait voir un peu partout dans toutes les asssemblées de France. 77 élus pour 250000 habitants, il y en a largement assez. Voilà de vrais économies en prespectives. Peut être que les élus commence à comprendre que les efforts, ils doivent eux aussi en faire, et l’exemple doit venir des élus……

  3. Sur Ales, on peut tailler davantage dans le gras puisque la plupart d’entre eux votent les yeux fermés sans rien lire des projets de Roustan. Cela ne concerne pas que sa propre majorité de bénis oui-oui On l’a constaté bien souvent. Ils n’ont pas lu par exemple, ni le SCOT ( Pays) ni le projet de territoire. Roustan qui le sait, leur fait projeter un diapo merveilleux de 5 à 10′ et vogue la galère. Dans la foulée les bras se lèvent comme une armée de sémaphores. En attendant les problèmes s’accumulent comme les déchets, les impôts de l’Agglo augmente, le chômage explose dans l’Agglo mais à part ça « tout va très bien Monsieur le marquis ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité