A la uneActualitésPolitique

GARD 300 réfugiés pourraient être accueillis entre Nîmes et Alès

Didier Martin et Xavier Hancquart lors d'un point presse hier après-midi. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Didier Martin et Xavier Hancquart lors d'un point presse hier après-midi. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Didier Martin et Xavier Hancquart lors d'un point presse hier après-midi. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

La préfecture du Gard se prépare déjà à recevoir des réfugiés du Proche-Orient et d'Erythrée dont les premiers ne devraient pas arriver avant plusieurs semaines.

Le Préfet du Gard Didier Martin est encore dans le flou, mais cela ne l'empêche pas d'anticiper les événements. Car d'ici quelques semaines, voir quelques mois, le Gard devra être en mesure d'accueillir des réfugiés. Mais rien n'indique de date ni un nombre précis. Seul un rapide calcul permet de quantifier la demande de façon approximative : La France, par la voix du président François Hollande, s'est dite prête à accueillir 30 000 réfugiés. Puisque le département du Gard compte 1 % de la population française : 300 d'entre eux devraient alors être confiés notamment aux trois CADA (Centre d'Accueil de Demandeurs d'Asiles) de Nîmes et d'Alès. Sans compter la dizaine de communes et les particuliers qui se sont déjà portés volontaires. "On s'inscrit dans une problématique de long terme puisqu'ils vont arriver avec le statut de réfugié déjà acquis, donc avec des perspectives d'hébergement plus long" a ajouté Didier Martin lors d'un point presse hier après-midi. Afin de se préparer au mieux, Xavier Hancquart, directeur adjoint de la DDCS du Gard, a été nommé coordonnateur départemental. "Nous allons travailler de manière transversale avec les services de l'Etat dont la CAF, les bailleurs sociaux, les associations, le Conseil départemental et le Conseil régional." Depuis le mois de juin, l'Etat souhaitait une augmentation des capacités d'hébergement d'urgence. Dans le Gard, cette capacité est de 344 places, occupées à l'heure actuelle par des réfugiés notamment du Caucase. Un recensement des possibilités d'accueil supplémentaires est actuellement en cours.

Là réside toute la difficulté : être en mesure d'accueillir ces nouveaux réfugiés sans pour autant délaisser ceux déjà sur place, et ceux provenant d'autres pays que le proche-Orient et l'Erythrée qui sont prioritaire aujourd'hui, par la force des choses.

Baptiste Manzinali

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Ce préfet Martin, probablement bon chrétien, va avaler des couleuvres ou des cailloux de la carrière non règlementaire de VALLABRIX. Lui qui a tout fait pour ne pas accueillir de réfugiés syriens au point de se servir de mauvais textes administratifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité