A la unePolitique

PONT-SAINT-ESPRIT Un débat d’orientations budgétaires sans réel débat

Hier soir, lors du conseil municipal de Pont (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Hier soir, lors du conseil municipal de Pont (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Temps fort de la vie municipale s’il en est, du moins en théorie, le débat d’orientations budgétaires de la ville de Pont-Saint-Esprit pour l’année à venir a encore une fois fait pschitt.

Toujours en l’absence de l’ancien maire et conseiller municipal d’opposition Gilbert Baumet, la parole a pourtant été donnée comme le veut la loi à l’opposition en premier, avant que le maire ne déroule les orientations budgétaires de la majorité. Et si l’année dernière, l’opposition s’était montrée peu prolixe voire carrément muette, cette année ce ne fut pas beaucoup mieux.

« Je ne vais rien vous dire »

Le premier à s’exprimer a été le conseiller de la liste Pour un meilleur Esprit Valère Segal. Une intervention brève : « je ne vais rien vous dire, je n’ai eu les documents que cinq jours avant. Ce serait bien de nous prévenir bien auparavant. » Soit. « Votre seule orientation budgétaire pour 2016 est d’être prévenu plus tôt de la date du conseil municipal ? » lancera, badin, le maire Roger Castillon, avant de donner la parole à l’élue d’opposition FN Christiane Gondard.

Pour un débat ? Encore raté : « nous ferons plutôt des constatations. » Dans ses « constatations », l’élue frontiste fustigera le projet de l’Hôtel-Dieu, racheté l’année dernière par la commune, « fait sans étude préalable de retour sur investissement », avant de s’inquiéter que « les projets d’investissements de la ville dépendent de subventions d’institutions en faillite. » Au cours d’une intervention quelque peu fourre-tout, Christiane Gondard évoquera pêle-mêle « un besoin de projets concrets », le fait que « la ville n’a pas le foncier disponible pour faire venir des industries », celui que les retombées économiques espérées par l’ouverture de la Grotte Chauvet, en Ardèche, « c’est peanuts » avant de proposer « la constitution d’une commission marketing de la ville. »

« C’est décevant »

« J’ai entendu votre suggestion », répondra le maire, tout en rappelant que la ville avait bénéficié de « plus de 3,2 millions d’euros de subventions, il ne faut pas être pessimiste. » La parole a ensuite été donnée à Gérard Guillen, du groupe Aimons Pont-Saint-Esprit. Après avoir critiqué le dossier remis à chaque groupe pour préparer le débat, « des éléments inutiles », le conseiller d’opposition a formulé une seule et unique proposition, « vu que la baisse des dotations de l’Etat est suspendue pour un an, vous en aurez plus que prévu, cela doit servir à une baisse de la fiscalité. Vous maintenez les taux, mais vous devez tenir compte de l’évolution des bases en ajustant. » Après la proposition, les critiques : « votre budget est la traduction d’une politique qui tourne le dos à l’économie », « le projet Hôtel-Dieu est irréalisable et sera rapidement abandonné » ou encore « votre budget ne compte aucune proposition sérieuse de développement. »

Sur les bases de l’impôt, « nous n’avons pas la responsabilité de fixer l’impôt de l’Etat », lui répondra le maire. Concernant le dossier fourni à l’opposition, « il est conforme à la loi et pas plus léger que celui que vous offriez à vos opposants quand vous étiez aux affaires. » « Je n’ai pas entendu grand chose en matière de projets, une fois de plus, c’est décevant », conclura Roger Castillon, avant de se lancer dans la présentation des orientations de la majorité.

Impôts : « 2016 sera une année de stabilisation »

« Commençons par les impôts, les taux de 2007 ont été retrouvés depuis 2013 », a démarré le maire, avant d’annoncer que « 2016 sera donc une année de stabilisation : nous ne toucherons pas aux taux d’imposition car nous ne pourrons pas le faire sans mettre en péril la santé budgétaire de la ville. » Sur la baisse de la dotation générale de fonctionnement, « nous avons pu constater que d’autres dotations ont augmenté et nous ont permis de limiter les dégâts. » Et le maire d’évoquer des pistes d’économies sur les dépenses courantes et les nouvelles aides induites par la politique de la ville ou la convention centre bourg.

Concernant les charges de fonctionnement, « le poste personnel sera stabilisé », et la commune recourra probablement de nouveau aux prêts à taux zéro lancés par le gouvernement. Autre sujet sensible, particulièrement à Pont, « au 1er janvier 2016, la dette globale du budget principal sera de 13,5 millions d’euros : nous sommes parfaitement en ligne avec nos objectifs de mandat et qu’un endettement de la commune au niveau de 12 millions d’euros en fin d’exercice 2020 est tout à fait atteignable, tout en empruntant au cours des années 2016 à 2020 environ 4,5 millions », a expliqué le maire, avant d’affirmer que « la commune peut espérer investir 5 millions d’euros par an pendant les 5 ans à venir tout en poursuivant son désendettement (…) oui nous sommes définitivement sortis des errements coupables du passé ! »

2016, année de « la reconquête du centre ancien »

Au rayon des réalisations à venir pour 2016, le maire a annoncé « la reconquête du centre ancien », évoquant l’OPAH, le classement en quartier prioritaire de la politique de la ville, la convention centre-bourgs, la continuité du plan de sauvegarde et de mise en valeur du secteur sauvegardé ou encore l’installation de 6 caméras de vidéosurveillance supplémentaires. Du côté du patrimoine bâti, « la fin de la première tranche de travaux du Prieuré Saint-Pierre », « l’accessibilité de la caserne Pépin qui devrait avancer significativement » ou encore « de nouveaux travaux dans les écoles. » Dès 2016, la commune a aussi prévu d’acquérir un terrain pour la nouvelle gendarmerie, avant, plus tard, un autre pour le futur collège.

L’opposition ne reprendra pas la parole après le maire, et n’aura pas à se prononcer, le débat d’orientations budgétaires n’étant pas soumis au vote. On retrouvera les orientations données par le maire lors du vote du budget primitif le 18 décembre prochain.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité