ActualitésPolitique

RÉGION Les Gardois Alary (PS) et Gibelin (PCF) obtiendraient deux vice-présidences

Damien Alary, président du conseil régional Languedoc-Roussillon. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Damien Alary, président du conseil régional Languedoc-Roussillon. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.
Damien Alary, ancien président du Languedoc-Roussillon obtient la 2eme vice-présidence à la grande région. Photo : Coralie Mollaret / Objectif Gard.

Les deux leaders de la gauche régionale, Carole Delga et Gérard Onesta ont scellé un accord de gouvernance. L'ancien président du Languedoc-Roussillon Damien Alary devrait être désigné 2e vice-président en charge des affaires internationales. Le communiste Jean-Luc Gibelin serait en charge des transports.

Après avoir remporté les Régionales du 13 décembre, un nouveau combat s'est présenté à la gauche : la composition de l'exécutif Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Hier à Toulouse, la socialiste Carole Delga, a ratifié avec l'écologiste Gérard Onesta un accord de Majorité.

Le 4 janvier, à l'occasion de la séance d'installation du conseil régional Toulouse, l'ancienne tête de liste PS devrait officiellement être élue présidente de la collectivité. L'exécutif régional sera composé de 15 vice-présidents, choisis selon les équilibres politiques et territoriaux : 6 élus PS, 3 PRG, 2 EELV, 1 MRC et 2 PCF, soit sept femmes et huit hommes.

Vice-présidences et commissions  

Dans le Gard, l'ancien président du Languedoc-Roussillon Damien Alary a été choisi pour occuper la 2e vice-présidence en charge de l'attractivité régionale et des relations internationales. La Présidence déléguée qui avait fait couler tant d'encre, cet été, est donc définitivement enterrée. Le communiste Jean-Luc Gibelin, en troisième position sur la liste d'union dans le Gard, devrait occuper la 6e vice-présidence en charge des mobilités et infrastructures transports.

Lire aussi : FAIT DU JOUR Présidence déléguée : une fonction que ne prévoit pas la loi

À noter également que Françoise Bons, candidate de la société civile, numéro 2 sur la liste gardoise, présidera la commission des solidarités, des services publics, de la vie associative et du logement. Le premier fédéral Jean Denat, numéro 9 sur la liste gardoise, été nommé, lui, président de la commission Méditerranée.

Lire aussi : RÉGIONALES Fusion de la Gauche : la liste du Gard pour le second tour

Coralie Mollaret 

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

8 commentaires

  1. les gens comprennent mieux pourquoi alary a fait semblant de défendre le Languedoc-roussilon, car sans la fusion la région devenait FN. puis il a fait croire qu’il serait 1er VP alors que c’est midi pyr qui dirige : delga, pinel et onesta. ce comportement, il a déjà eu pour devenir président de la région, il a fait croire aux gardois qu’ils les défendraient à montpellier…

  2. Tout ce beau petit monde qui n’a eu de cesse d’œuvrer à la dégradation de notre qualité de vie continue à se partager les postes pour le plus grand malheur de la région, du département, de nos villes et de nos vies.

    1. Denat est probablement le plus compétent au PS . Électoralement il est dans un secteur difficile. Dommage qu’il soit proche de Valls , le monsieur 5% à la primaire qui tire le PS à droite toute et donc à l’échec.

  3. La gauche dans toute sa splendeur du partage du gâteau…
    des postes… des titres.. et nous n’avons plus qu’a attendre l’action!!
    ne rêvons pas ce sera surtout inaction et dépenses démagogiques.
    bref … a suivre

  4. Alary passe de numéro 2 à numéro 3, les deux vices-présidents élu dans le Gard en charge respectivement des relations internationales et des transports…ou l’art et la manière subtile d’en envoyer 2 promener?
    Sans oublié Denat recyclé à la région façon COP 21 pour cumulard en mal de mandat, président de la commission Méditerranée: on l’envoie à la plage, cela lui laissera du temps pour gérer la fédération PS du Gard. Songez, 6 mois pour faire un secrétariat fédéral!
    Pauvre Gard! Maintenant qui va le défendre à Toulouse?

  5. Eh bien! Vu le désistât du Gard aux dernières régionales, c’est bien cher pzyé! 40ans d’Alary dans le Gard vous ne trouvez pas que ça fait beaucoup? Ce sont les 40zns qui ont fait monté le FN. Vivement la releve!

  6. Que du bonheur,enfin les Masques tombent et une fois de plus les socialistes comme l’UMP dans d’autres régions n’ont combattus le FN non pas sur des valeurs de démocraties ou de Politiques au sens noble du terme,mais bien pour assoir leurs Prébendes à des posts bien rémunérateurs,pensez une Présidente suivie pas quinze vices présidents cela fait beaucoup d’argent à sortir de nos poches en impôts divers et variés.De la politique ils s’en tapent et ils savent très bien que ce genre de grande région à l’allemande n’est pas viable pour le territoire Français. Le communiste Jean-Luc Gibelin lui,comme toujours depuis 1981, aura droit au ministère régional des transports,comme ses prédécesseurs avec Charles Fiterman pour Mitterrand et Jean-Claude Gayssot sous Jospin,les communistes c’est pas compliqué,on file un volant entre les mains et ils conduisent la politique des transports en bon petits socialo-communiste car pour le PS un bon communiste c’est un communiste à deux/trois pour cent.Bon courage à l’opposition pour dénoncer se qu’ils verront dans l’hémicycle régional.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité