Actualités

IL Y A 4 ANS… Les voeux émouvants de Damien Alary

Les voeux à la presse d'un Damien Alary au bord des larmes. Photo © objectifgard.com / MA
Les voeux à la presse d'un Damien Alary au bord des larmes. Photo © objectifgard.com / MA

 

Certaines personnes manquent plus que d'autres car on sait pertinemment qu'elles sont parties trop tôt.  Le 21  janvier 2012, Damien Alary, alors président du Conseil général du Gard, présentait ses voeux et évoquait avec émotion et tendresse l'amitié qu'il avait tissé avec Christophe Donnet, journaliste emblématique de Nîmes disparu 2 jours auparavant.

Il est des amis qui vous soutiennent et qui vous comprennent alors même qu'ils sont dans les pires périodes de leur vie. C'est un peu le cas de Christophe Donnet, journaliste pour le Réveil du Midi, la Vie des halles, puis le Journal des Halles (et par ailleurs, Vice-président du Club de Presse de Gard Lozère) envers Damien Alary et vice et versa.

Les voeux d'un Président de Conseil général sont d'habitude très ordonnés. Il y a 4 ans, l’absence de formalisme et la décontraction de Damien Alary étaient surprenantes pour la pieuse assemblée. L'homme semblait réellement marqué par la perte de cette figure locale des plus discrètes et en même temps des plus singulières.

Christophe Donnet était un peu fou, un peu romantique, un peu excessif, un peu serein, bref, c'était un gars qui aimait dévorer la vie et qui n'a pas eu le temps de finir son repas. Lui qui se baignait dans les allées pittoresques des Halles, qui jouait du piano debout et qui errait comme une âme en peine au service d'une ville et d'un département qu'il aimait tant, manque aujourd'hui encore au paysage médiatique gardois.

Terrassé par une maladie contre laquelle il luttait depuis quelques temps déjà, Christophe Donnet s'était rapproché de Damien Alary qui vivait alors des temps aussi difficiles que lui. En fendant l'armure lors de ses voeux, l'élu gardois avait annoncé qu'il avait été opéré des cordes vocales suite à une inflammation qui s’était révélée cancéreuse durant l’été 2011. "Nous subissions le même traitement de radiothérapie et je sais qu’il souffrait beaucoup physiquement", soulignait un Damien Alary au bord des larmes.

 

Christophe Donnet était arrivé à Nîmes à l'âge de trente ans en 1992 et avait marqué la ville de son empreinte (Photo nemausensis.com)
Christophe Donnet était arrivé à Nîmes à l'âge de 30 ans en 1992 et avait marqué la ville de son empreinte. Une porte des Halles porte aujourd'hui son nom (Photo nemausensis.com).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité