Actualités

LES SPECIALISTES Le monde politique rayonne en librairie

Selon Sébastien Rouault, "l'ensemble des essais et documents politiques et d'actualité ont représenté 2,8 millions de volumes écoulés en 2015 pour un chiffre d'affaires de plus de 44 millions d'euros, soit entre 1 et 1,5 % de l'ensemble du marché du livre" (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Selon Sébastien Rouault de l'institut GFK, "l'ensemble des essais et documents politiques et d'actualité ont représenté 2,8 millions de volumes écoulés en 2015 pour un chiffre d'affaires de plus de 44 millions d'euros, soit entre 1 et 1,5 % de l'ensemble du marché du livre" (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)

Tous les samedis, à 7h, ne manquez pas le décryptage des spécialistes d'Objectif Gard sur un événement, un fait d'actualité, une polémique... Cette semaine, la multiplicité des livres écrits par les hommes et femmes politiques. Les librairies nîmoises Goyard et Teissier expliquent leurs choix.

Qu'ils soient écrits par leurs soins ou non, les livres des hommes et femmes politiques ont droit à une médiatisation exceptionnelle. Dans les librairies, ils sont souvent en bonne place mais sont-ils réellement aussi importants que cela? N'enlèvent-ils pas de la notoriété à d'autres auteurs qui n'ont pas la chance d'être invités sur les plateaux tv car ils sont méconnus du grand public? Les librairies sont-elles obligées d'avoir ce type de livres dans leur rayon?

 

Existe-t-il depuis quelques années une augmentation conséquente de l'offre des livres écrits par des hommes et des femmes politiques?

Goyard : Chaque homme politique publie un livre en guise de programme politique mais honnêtement, ce genre de livres à toujours existé! Il est vrai qu'il y a des périodes propices aux sorties de ces livres mais de manière générale, ces auteurs ont beaucoup de choses à dire. Tous les domaines de la société et tous les mouvements politiques sont représentés.

Teissier : Même si ce type d'ouvrages n'est pas notre sensibilité, nous ne nous posons pas en censeurs! Il y a des pics lors des années électorales mais en 2016, il n'y a pas d'élection. Par contre, il y aura des primaires alors, nous nous intéressons aux sujets en y mettant de la distance. Finalement, nous avons très peu de choix car nous privilégions la littérature. Cependant, quand ces livres se vendent, nous les avons!

 

Comment gère-t-on ce genre d'ouvrages? Y a-t-il un réelle demande?

Goyard : Dans les librairies, c'est comme ça, on met les livres politiques en avant certainement parce qu'ils ont plus de presse que les autres. Il faut aussi répondre à la demande que nous avons! Ces ouvrages font partie du paysage culturel, du livre d'actualité mais aussi des fonds des librairies. Nous ne donnons pas de conseil, nous guidons simplement les personnes vers leur demande, notre métier n'est pas de leur donner des conseils sur ce genre de lecture, les gens se débrouillent eux-mêmes car ils savent ce qu'ils veulent!

Teissier : Une ou deux fois par an, les éditeurs nous disent qu'ils préparent la sortie d'un livre sous X et la plupart de temps c'est un homme politique. Nous ne connaissons l'auteur qu'au dernier moment, qu'après avoir passé commande... C'est une astuce des éditeurs pour faire entrer ces livres dans les librairies! Par exemple, nous sommes passés à côté de la sortie du dernier livre en date de Nicolas Sarkozy (NDLR imprimé à 200000 exemplaires) car il était dans ce cas! Pour nous, c'est plus épuisant qu'autre chose car les ventes ne durent que quelques jours et qu'il y a pas mal de contraintes. En tout cas, nous essayons d'avoir le spectre politique dans son ensemble mais notre sélection s'attache plus au choix du sujet traité qu'à l'homme politique. De toute façons, les acheteurs de ces livres sont souvent des militants.

 

Les ventes sont-elles à la hauteur de la communication réalisée autour de ces livres?

Goyard : Les ventes, nous n'en parlons pas mais nous avons deux tables consacrées à ce type de livres. Si nous le faisons, c'est que ça marche! L'actualité est suivie, tous les sujets sociétaux sont abordés donc les gens achètent ces livres. Pour le profil des acheteurs, là aussi pas de réponse... Les gens qui se sentent concernés par la vie politique et publique viennent et achètent, c'est tout!

Teissier : L'effet médiatique fait vendre ces livres. La plupart du temps, ce sont des "coups", ça fait parler, ça crée le buzz mais comme c'est difficile à gérer et que nous ne voulons pas nous spécialiser dans cela, nous ne courons pas après! Quand on nous demande conseil, nous sommes vite pris au dépourvu mais ce que je vois, c'est que si nous ne sommes pas fans de ce genre de livres, les ventes sont bien présentes. Le livre à encore quelque chose à dire!

 

Dans le cadre du Festival de la Biographie qui a lieu ce week-end à Carré d'Art, les frères Teissier évoquent la belle entente des libraires nîmois. "Nous avons la chance de nous entendre plutôt bien! Pour le festival, nous tenons un stand unique, nous nous répartissons les commandes par éditeurs, nous nous réunissons, nous essayons d'avoir une offre diversifiée et nous faisons caisse commune!". Une solidarité qu'il faut saluer en ces temps de repli sur soi.

 

Coups de cœur du moment de la librairie Teissier:

Richard Flanagan, La route étroite vers le Nord lointain. Chez Actes Sud.

"C'est un grand roman qui se déroule pendant la seconde guerre mondiale au Japon. On suit l'histoire d'un homme de l'armée australienne capturé par les japonais, emprisonné et utilisé à la construction d'une voie ferrée, celle du pont de la rivière Kwaï. C'est un récit personnel mais on sait dès les premières lignes que cet homme est revenu de sa captivité et qu'il est une sorte de héros national, ce qui le gêne car le costume à endosser lui paraît un peu trop grand".

Olivier Bourdeaut, En attendant Bojangles. Chez Finitude.

"On est avec un narrateur qui a des parents complètement loufoques. Par exemple, le père de famille, qui a réussi dans le monde des garages automobiles, fait construire chez lui une pièce avec un carrelage en damiers pour jouer aux échecs. On sait aussi que la famille a un oiseau en liberté dans la maison... C'est contemporain, ce livre apporte un vrai souffle de fantaisie et en ce moment, c'est très sympa à lire!"

Goyard : 34 boulevard Victor Hugo à Nîmes 04.66.67.20.51.

Teissier : 11 rue Régale à Nîmes 04.66.67.44.06.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité