Actualités

GARD Les gestes qui sauvent en apprentissage rapide et gratuit

Devant un public venu nombreux, les pompiers présentent différents exercices de sauvetage
Devant un public venu nombreux, les pompiers présentent différents exercices de sauvetage
Les gestes de premier secours, une nécessité rapide à appréhender et gratuite (Photo DR)

Après les attentats de novembre 2015, de nombreux Français ont exprimé le souhait de connaître les gestes utiles pour sauver des vies.Des sessions d'apprentissage seront organisées par les sapeurs-pompiers du Gard dans le cadre de l'opération "Il y a des gestes qui sauvent".

Pour répondre à cette demande, le ministère de l’Intérieur avec l’ensemble des acteurs du secours, organise des séances d’initiation de 2 heures. Au cours de ces sessions gratuites, certains gestes qui sauvent seront enseignés : alerter les secours, masser, défibriller et traiter les hémorragies.

Ces gestes peuvent être pratiqués lors d’accidents de la vie quotidienne ou de situations exceptionnelles comme les événements tragiques du 13 novembre 2015. Elles seront organisées sur l’ensemble du territoire français au cours du mois de février. Le Gard n'est pas en reste, loin de là. Si aucun diplôme ne sera distribué, chaque participant recevra une attestation délivrée par le formateur au nom du préfet.

Huit journées sont au programme des gardois (deux sont déjà passées). Le samedi 13 février, Alès, tresques, Vergèze; le 14 février, Alès, Tresques et Lédignan. Le samedi 20 février, Alès, Tresques, Uzès, le Grau-du-Roi, Lédignan, Le Vigan (en mairie). Le dimanche 21 février, Tresques, Uzès et Le Vigan (toujours en mairie). Enfin, le samedi 27, Tresques et le dimanche 28, Tresques, Alès et le Grau-du-Roi.

Les personnes intéressées doivent impérativement s'inscrire au préalable via le site Internet de la Préfecture du Gard (dans la limite des places disponibles). Elles y trouveront les modalités d’inscription, les horaires et les adresses des lieux de formation.

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité