Actualités

NÎMES Hemingway ouvre la voie aux études supérieures

Pour les étudiants de 1ères et de Terminales STMG de Nîmes et Milhaud, l'heure de choisir ses études post-bast est arrivée (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Pour les étudiants de 1ères et de Terminales STMG de Nîmes et Milhaud, l'heure de choisir ses études post-bast est arrivée (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Pour les étudiants de 1ères et de Terminales STMG de Nîmes et Milhaud, l’heure de choisir ses études post-basc est arrivée (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)

Le proviseur Jean-Claude Narci du lycée Hemingway et sa proviseure adjointe Dominique Laroche, recevaient élèves et proviseurs des lycées de Nîmes et Milhaud pour un après-midi centré sur la poursuite des études de la filière Sciences et Technologies du Management et de la Gestion post baccalauréat.

Pour qui sonne le glas… Avait titré Hemingway, l’heure est venue, pour les élèves nîmois de la filière STMG, de choisir leur avenir. Et surtout de bien le choisir ! Pour la première édition du Forum du supérieur organisé par le lycée Hemingway, les élèves étaient invités à affiner les choix de leur future orientation.

Tout est actuellement en train de se jouer pour les Terminales. D’ici le 20 mars, ils doivent formuler leurs voeux et ce type de rassemblement leur permet de positionner leur réflexion de manière plus posée que lors d’un salon où ils vont être plus distraits qu’attirés par les enjeux liés à leur avenir.

Pour Jean-Claude Narci, « les admissions post-bac ont des enjeux forts et les élèves connaîtront leur affection avant même de passer leur bac! Les élèves sont recrutés sur les qualités de leur dossier, ce qui compte, c’est ce qui s’est passé entre le 1er trimestre de la 1ère et le 3ème trimestre de la Terminale. Pour construire des voeux en adéquation avec un avenir raisonnable, il faut se poser les bonnes questions« .

Pour les voeux, il faut savoir que le premier sur les trois autorisés doit être au plus proche des espérances des élèves car, s’il est validé, les deux autres sont tout simplement annulés! Les problèmes sont divers et variés quant aux choix des élèves. Certains tentés par les libertés de l’université, cèdent et se retrouvent perdus en quelques semaines dans un environnement pour lequel ils ne sont pas faits. A Nîmes, seuls 28% des élèves passent de la 1ère année à la deuxième à la fac… Et quand on regarde les chiffres des STMG, 5 ou 6petits pourcents parviennent à franchir ce cap!

« L’idée est de montrer l’offre de formation qui est disponible à Nîmes. Cela peut éviter de s’égarer à l’université avec l’objectif d’atteindre au moins le bac+2 ou d’aller jusqu’au bac+5! C’est un travail concerté entre les chefs d’établissements et l’Inspection d’Académie car les formations sont riches et la voie technologique tertiaire a ses qualités » affirme l’Inspection d’Académie.

Face aux équipes éducatives, les élèves perçoivent les avenirs qui leurs sont destinés (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard)
Face aux équipes éducatives, les élèves perçoivent mieux les enjeux de leur avenir proche (Photo Anthony Maurin : ObjectifGard).

Avec deux sessions en « amphi » pour absorber les 300 élèves présents et toutes les filières post-bac représentées à la cafétéria avec prospectus et conseils avisés, ce premier salon permet de redonner du sens à la démarche intellectuelle des élèves. Leur avenir ne sera certainement pas fait d’un seul métier… « Je ne suis pas langue de bois mais le monde est douloureux et l’insertion professionnelle n’est pas facile alors mettez-vous dans cette perspective! » affirmait le proviseur Narci aux élèves.

A savoir que la mention au baccalauréat prévaut sur la filière suivie. Grosso modo, si un élève obtient un Bac STMG avec mention, il sera probablement en meilleure posture quant à son avenir par rapport à un élève qui a eu son Bac S sans mention.

L’avenir des élèves après cet après-midi demeure encore incertain et flou mais les jeunes doivent définir leur future réalité d’ici un gros mois…

Les élèves du lycée Hemingway, « sapés comme jamais » étaient présents pour accueillir dans les meilleures conditions leurs collègues des autres lycées. Une posture déjà professionnelle, pile dans le thème du sujet!

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité