ActualitésCulture

LE PORTRAIT Le fantôme de Fela Kuti plane sur Muyiwa Kunnuji

Muyiwa Kunnuji sort son premier album avec sa nouvelle formation, Osemako. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Muyiwa Kunnuji sort son premier album avec sa nouvelle formation, Osemako. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Trompettiste de talent qui a commencé sa carrière avec Fela Kuti, Muyiwa Kunnuji crée à Nîmes un groupe, Osemako, et sort un premier album qui sent bon les rythmes endiablés de l'Afro Beat pur jus. Portrait.

Muyiwa Kunnuji est chanteur et trompettiste. Installé à Nîmes depuis 4 ans,  son histoire commence au Nigeria dans les années 70 au sein d'une famille religieuse. Son père, prêtre anglican, le pousse à devenir choriste dans son église sans se douter qu'il forgera ainsi une grande partie de sa culture musicale. Mais Muyiwa a d'autres aspirations que celle de chanter les louanges de dieu.

Il aime déjà les grands compositeurs classiques comme Haendel, "J'avais 5 ou 6 ans quand j'ai commencé à écouter cette musique. Il me touchait beaucoup dans sa façon d'écrire." Puis vient aussi Miles Davis, pour son courage, ou Thelonious Monk pour son minimalisme. À Lagos, plus grande ville du continent africain, il découvre pendant son adolescence divers styles musicaux et la vie de bohème. Son instrument de prédilection sera la trompette. Outre le jazz, le blues et les rythmes traditionnels africains tel que le yoruba, Muyiwa se prend de passion pour l'afrobeat et son maitre absolu Fela Kuti. Mais à l'époque, pour une famille religieuse comme la sienne, sa nouvelle passion n'est pas vue d'un bon œil. "Mon père voyait Fela Kuti comme une abomination qui jouait la musique du diable." Le jeune trompettiste est même contraint de quitter le domicile familial quand il annonce à son père qu'il va intégrer le groupe Egypt 80's mené par Fela Kuti. Une opportunité qu'il a obtenu grâce aux diverses formations qu'il rejoint. Dans le groupe Ayetoro, il rencontre le pianiste Funsho Ogundipe qui lui fait faire la connaissance de nombreux musiciens de Fela Kuti. Tous louent ses talents prometteurs de jeune trompettiste, notamment lors de ses prestations au Jazzville, lieu mythique de la scène lagotienne. La hasard de la vie va faire que Muyiwa est présenté à Fela Kuti au moment où celui ci cherche à remplacer un trompettiste de sa formation devenu trop vieux pour tenir le rythme des tournées. Fela est exigeant, et dirige Egypt 80's en véritable chef d'orchestre. Muyiwa est alors invité à passer une audition dont il garde un souvenir angoissé. "J'étais un jeune garçon et j'étais impressionné. Voir tout ce monde assis qui me regardait. Puis il m'a demandé de jouer ce que j'avais envie." Les débuts sont difficiles, mais Fela le laisse prendre ses marques. Il lui sera fidèle jusqu'à sa mort du sida en 1997. Son fils, Seun Kuti reprend les reines de la formation et Muyiwa y compose les solos de trompette des deux albums.

Pendant 15 ans, Muyiwa aura énormément appris au sein du groupe chef de file de l'afro beat. Depuis 2012, il se lance dans son propre projet en France nommé Osemako, groupe qui allie afrobeat et musique traditionnelle. Un premier album, Mo Juba O sort le 25 mars prochain.

Baptiste Manzinali

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité