Faits Divers

NÎMES Terrorisme : Deux mères de famille interpellées

Vue aérienne du centre ville de Nîmes. DR
Vue aérienne du centre ville de Nîmes. DR

L’information a filtré hier : la police judiciaire d’Avignon a interpellé il y a quinze jours deux femmes à Nîmes. Il y avait notamment une mère de famille d’une trentaine d’années qui n’est autre que la sœur d’un homme arrêté en novembre à Nîmes et mis en examen depuis pour « apologie du terrorisme » et « association de malfaiteur en vue de commettre le délit d’apologie ». Un homme chez qui il avait été trouvé, lors de cette perquisition administrative ordonnée par le préfet du Gard au lendemain des attentats de Paris, 67 drapeaux présentés comme ceux d’une organisation terroriste « Al Nosra », la branche syrienne d’Al Qaïda.

Au lendemain de son arrestation, l’homme avait été placé sous contrôle judiciaire car le juge des libertés de la détention (JLD) avait estimé que les drapeaux litigieux n’étaient pas ceux d’une organisation terroriste. La Cour d’Appel de Nîmes avait infirmé la décision du JLD mais l’individu fiché S, en a profité entre temps pour prendre la fuite. Il fait depuis l’objet d’un mandat d’arrêt. C’est dans le cadre de cette enquête et des recherches pour le retrouver que les policiers de la PJ d’Avignon ont interpellé sa sœur il y a quinzaine de jours. Une perquisition a eu lieu à son domicile pour savoir si elle avait aujourd’hui encore des attaches avec son frère. Placée en garde à vue pendant 24h, elle a été relâchée sans qu’aucune charge ne pèse contre elle. Les policiers ont saisi son ordinateur. La deuxième femme a été mise hors de cause.

L’homme visé par le mandat d’arrêt est lui introuvable.  Les policiers ont mis à jour de nombreux contacts du « fuyard » avec d’autres personnes dans de nombreuses régions de France dans le viseur des services du renseignement.

Boris De La Cruz

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

2 réactions sur “NÎMES Terrorisme : Deux mères de famille interpellées”

  1. Le juge des libertés de la détention n’est pas à la hauteur de la situation. Lorsque l’on est en état d’urgence on prend toutes les précautions pour ne pas faire ce genre de faute.
    Nimes est sur la liste rouge et doit faire l’objet d’une attention renforcée de tous en général et des professionnels de la sécurité en particulier. Baisser les bras n’est pas de mise. La haine de ce que la France représente est toujours d’actualité.

  2. Merci au Juge des libertés et de la détention, à lui seul, il ruine les efforts de la police. Le rôle de la justice n’est pas de remettre les gens dehors. Pourquoi ces JLD n’ont ils jamais de compte à rendre. Combien de meurtres, viols, vols, et autres parmis les personnes qu’ils remettent dehors ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité