A la uneSociété

ALÈS Ouverture du centre commercial Porte Sud : objectif 2017

Le futur centre commercial doit accueillir jusqu'à 9 enseignes. Foncière de France/DR
Le futur centre commercial doit accueillir jusqu'à 9 enseignes. Foncière de France/DR

Le dossier est dans les cartons depuis deux décennies de déboires judiciaires. Pourtant, le centre commercial Porte Sud d'Alès n'a jamais été aussi prêt de sortir de terre. L'ouverture pourrait être effective au printemps 2017.

La zone commerciale Porte Sud est un projet d'envergure de 7745 m² de surface de vente, mené par Foncière de France, en lien étroit avec la ville d'Alès. L'objectif est d'y installer 9 enseignes, dans la continuité du Mas d'Hours où siègent notamment Cora, Renault et Darty. "Les habitants vont faire leurs emplettes à Nîmes et Montpellier. Ce n'est plus possible. Il faut faire vivre ce territoire. Il y a 200 emplois à la clé", insiste le promoteur Claude Dhombre, qui souhaite investir 10 millions d'€.

Sport, jeux, puériculture, maison, téléphonie, vêtement, selon l'investisseur alésien, les futures marques sont prêtes à poser leurs valises dans la capitale cévenole. Mais leur identité reste encore confidentielle.

Un délai tenable ?

De fait, le dossier est loin de faire politiquement l'unanimité. Claude Dhombre acquiert le terrain qui borde le Gardon au début des années 2000 pour y construire un espace commercial. Mais la préfecture s'y oppose. Selon elle, la zone concernée pourrait être inondée en cas de rupture de digue. En 2010, elle classe le terrain en « aléa fort » dans le Plan de prévention du risque inondation alésien.

Le promoteur refuse de voir son projet ambitieux s'envoler. Il argue que la zone n'a jamais été envahie par les eaux, même lors des plus fortes crues de 1958 et 2002. "Vous croyez que je suis assez stupide pour construire sur une surface inondable ?", fustige-t-il. En septembre 2014, la ville obtient du tribunal administratif de Nîmes la suspension de l'arrêté du préfet imposant le PPRI. Quelques semaines plus tard, la Cour d'appel de Lyon juge à son tour que les risques de rupture de digue ne sont pas avérés. Devant ces décisions, les détracteurs du maire Max Roustan, dont les conseillers municipaux d'opposition Front de gauche, dénoncent un acharnement mené sans concertation avec la population.

Aujourd'hui, c'est devant le Conseil d'Etat que le dossier va être de nouveau expertisé, à la demande du Ministère de l'Ecologie. Son avis - qui n'a pas de valeur contraignante - devrait être rendu dans les semaines à venir. Quel qu'il soit, Claude Dhombre - qui est désormais titulaire d'un permis de construire valide de la ville -, souhaite ensuite entamer des travaux le mois prochain pour une ouverture dans un an. "Ce projet, je le ferai. J'ai subi un harcèlement administratif et c'est injuste", fustige-t-il.

Reste la partie parking appartenant à la commune de St-Hilaire-de-Brethmas. Cette dernière a récemment approuvé le projet, à la quasi unanimité du conseil municipal. Il y a deux ans, le maire avait pourtant envoyé un avis défavorable à la ville d'Alès. "Il y a une logique avec l'existant. On a étudié cet espace, situé entre la voie ferrée, la rocade et la 2x2 voies. Il n'a pas d'intérêt écologique, agricole ou urbain, autant l'utiliser. Pour nous, c'est aussi un produit fiscal supplémentaire", assure le maire Jean-Michel Perret. A deux conditions : que les procédures judiciaires soient closes, et que le Plan local d'urbanisme l'autorise. Il est actuellement en cours d'élaboration et 2 ans d'instruction vont encore être nécessaires.

Eloïse Levesque

Lire aussi :

ALES Un futur complexe commercial sur une zone inondable ?

ALÈS Centre commercial Porte Sud : le justice déroule le tapis rouge à la ville

Etiquette

Eloïse Levesque

Eloïse Levesque, journaliste diplômée de l'université de droit et de science politique de Montpellier, à Objectif Gard depuis mars 2014

8 réactions sur “ALÈS Ouverture du centre commercial Porte Sud : objectif 2017”

  1. on attend toujours la fibre sur ales… encore une arlésienne comme la pêche à mercoirol au milieu du CET ou le golf a st hiliaire. En attendant ,  » certains terrtoires » avancent à l’instard de bagnols avec la fibre au particulier dès 2017…!SACRE ROUSTAN

  2. Ce promoteur a été tellement habitué à construire en zones inondables sur Alès en particulier en prairie grâce à son ami Roustan qu’il ne comprend pas le pauvre qu’on l’ennuie pour sa énième opération au bord du Gardon, rivière très très calme comme chacun sait. En plus, il va créer 200 emplois, au moins sur le papier, sans en détruire aucun en centre ville déjà bien malade. Promis , juré! Enfin, il va retenir les mauvais citoyens qui vont faire leurs courses à Nîmes ou à Montpellier parce que sur Alès c’est le désert commercial . Il est faux de dire – comme le montre pourtant les statistiques – qu’il y a une forte densité de centres commerciaux. En plus chacun sait que le pouvoir d’achat des consommateurs ne cesse de progresser compte tenu de l’absence de crise. Alors vite bétonnons un peu plus au bord de l’eau!

    PS : je doute qu’il y ait eu l’unanimité pour soutenir un projet en zone inondable sur St hilaire. Sur Alès c’est l’inverse qui m’aurait surpris compte tenu des liens durables entre Roustan et Dhombre.

  3. Il,n’y a pas eu unanimité,sur St Hilaire puisque le compte rendu affiche indique 18 voix pour , 5contre et 3 abstentions., il suffit d’en prendre connaissance en mairie.

    Le maire de St Hilaire s’obstine à vouloir voir un centre commercial sur ces parcelles inondables, il oublie qu’il s’est pourtant opposé au projet lorsqu’il était dans l’opposition.

  4. il y a quelques années l’association shd de saint hilaire durable s’était opposer a cette construction qui prévoyait 12 000 m et plus de 800 place de parking construit dans une zone inondable certains conseillers ou adjoints étaient opposer a ce projet qui en définitive n’avait pas reçu l’approbation de u commissaire enquêteur en 2002 la DDE avait fait un plan de cette zone que j’avais remis moi même au commissaire enquêteur

  5. Encore un centre commercial en périphérie ! Et Rpustan s’étonne de voir le centre ville se désertifie!
    Qui plus est en zone inondable! comme les autres constructions réalisées par ce promoteur qui est un habitué! Les parcelles prévues pour le parking sont situées en zone inondable et les élus le savent très bien,iil suffit de consulter le PPRI. A quoi jouent nos élus?
    Et si on organisait un référendum? On en est pas à un près sur St Hilaire!

  6. Lorsque Dhombre a acheté ces terrains il savait très bien qu’ils étaient inconstructibles, quand il parle d’harcèlement ça prête à sourire.
    Quant aux rentrées fiscales annoncées par le maire de St Hilaire , combien pèseront elles en cas de crues majeures ? On a déjà oublié les victimes des inondations de la faute sur mer? Celles dûVar ? Combien en faudra t’il pour responsabiliser les élus?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité