A la uneActualitésSociété

FAIT DU JOUR Au lycée Frédéric Mistral, le dialogue face à l’horreur

Le comédien Ahmed Dramé était hier au lycée Frédéric Mistral. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le comédien Ahmed Dramé était hier au lycée Frédéric Mistral. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Le 29 janvier dernier, des élèves du lycée Frédéric Mistral assistaient à la projection du film sur le djihadisme Made In France, censuré dans les salles. Le comédien Ahmed Dramé était de retour à Nîmes pour ces adolescents.

Nicolas Boukhrief, réalisateur de Made In France, a été visionnaire. Tristement. Son film raconte l'histoire d'un jeune journaliste musulman, Sam, qui infiltre un réseau djihadiste prêt à commettre des attentats dans l'hexagone. Tournée avant 2015, sa sortie est une première fois annulée après les attentats de Charlie Hebdo, pour être annoncée finalement le 18 novembre. Dès le 12, l'affiche est placardée dans les couloirs du métro, on y voit une Tour Eiffel qui se confond avec une kalashnikov. La réalité dépasse la fiction le lendemain au Bataclan. Rapidement, on annule la sortie, on retire les affiches. Question de timing. Ludovic Duplissy, président de l'association beaucairoise Tête à Clap, avait prévu une projection. "Les gens de l'association ont eu peur, et ont a pris la décision d'annuler" se souvient-il. Ce mercredi, il accompagnait le comédien Ahmed Dramé qui tient l'un des rôles principaux du film, pour une rencontre avec des élèves du lycée professionnel Frédéric Mistral. Ces derniers avaient, au préalable, assisté à une projection le 29 janvier dernier. "Ils ont pris le film en pleine face, ça a été dure à digérer" avait constaté Alexandra Solacroup, professeur de lettre-histoire.

"La peur d'avoir peur"

Du coup, un dialogue plus approfondi s'imposait, pour comprendre, et évacuer des peurs légitimes. "Pour moi, la peur que l'on doit avoir, c'est pas celle du terrorisme, c'est la peur en elle-même. La peur d'avoir peur" explique Ahmed Dramé aux élèves. Dans leur lycée, certains sont partis en Syrie. Eux, ont du mal à comprendre. "Je suis assez influençable" soulève une élève qui a été marquée par les méthodes d'embrigadement que met en lumière le film. "Cela peut aller très vite" ajoute t-elle. D'où l'influence que peut avoir une œuvre culturelle portée par des héros romanesques. Made In France montre tout l'inverse : "Le personnage principal, on ne s'y attache pas, il est présenté comme un menteur. En revanche, les autres ont tous une porte de sortie". Cette porte de sortie qui a manqué à d'autres de Lunel, du Chemin Bas d'Avignon ou d'ailleurs, partis en Syrie. "Je préfère que l'on parle de tout ça à l'école, plutôt que de fuir le problème" ajoute Ahmed Dramé. Cette rencontre était aussi l'occasion pour le réalisateur Frédéric Biamonti, de tourner quelques séquences d'un prochain documentaire sur la France face au djihad diffusé sur France 3 à l'automne 2016.

Dans les écoles primaires, les collèges et les lycées, personne n'était préparé. Au lycée Frédéric Mistral, si on a anticipé le dialogue sans attendre les recommandations du ministère de l'enseignement, le corps enseignant devrait suivre des formations dans les mois à venir sur ces thématiques.

Baptiste Manzinali

 

Etiquette

Baptiste Manzinali

Diplômé de l'ESJ, passionné d'actualité en général, musique, football, cinéma, jeux vidéo et civilisations anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité