A la uneActualitésEconomie

RÉGION Trains : Une concertation sur l’avenir de la Gare de Manduel

carole-delga
crédit : David Crespin

Carole Delga, présidente de la Région Languedoc Roussillon Midi Pyrénées, Jean-Luc Gibelin, vice-président de la Région délégué aux Mobilités et aux Infrastructures de transports, Christian Dupraz, conseiller régional délégué aux Etats Généraux du Rail de de l'Intermodalité, ont présenté ce matin à la presse les États Généraux du Rail et de l'Intermodalité au Pôle d'Echanges Multimodal (PEM) de Baillargues.

Soulignant le « "multi-symbole" que représente le PEM de Baillargues avec notamment le succès rencontré par cette gare financée à hauteur de 5 M€ par la Région dont la fréquentation a été multipliée par 10 en 2 ans, mais aussi l'intermodalité qui le caractérise avec la possibilité de passer de la voiture au train en passant par le vélo, la présidente de Région a rappelé son engagement, sa méthode : « avant d'engager une nouvelle politique, il faut écouter ».

Les États Généraux du Rail et de l'Intermodalité lancés aujourd'hui permettront une large concertation et participation citoyenne, inscrite dans la proximité, afin que chacun puisse s'emparer du sujet. 80 jours de concertation, comprenant 36 réunions publiques, seront organisés sur tout le territoire régional. La première aura lieu à Capdenac-Gare, dans l'Aveyron, le 21 avril. D’autres se tiendront à Nîmes le 25 avril, à Toulouse le 19 mai, et à Montpellier le 16 juin notamment.

Pour tous ceux qui ne pourraient se rendre à ces réunions, « nous avons choisi de lancer à partir du 21 avril une grande enquête publique avec des questionnaires disponibles dans les gares, dans les trains, en ligne sur le site internet de la Région et dans le journal de Région », a indiqué la présidente de Région.

« Notre objectif, a poursuivi Carole Delga, toucher et écouter un maximum d'usagers quotidiens des transports, mais aussi les occasionnels et les non usagers, pour construire ensemble une nouvelle page de l'équipement et de l'aménagement du territoire de notre région. Une fois entendus, notre réponse politique sera assumée pour influer directement sur la vie des nouvelles générations de la région ».

Un déroulement en trois phases

La large concertation des Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité reposera, avec le soutien de la SNCF, sur plusieurs moyens d'information et de consultation accessibles au grand public, afin d’écouter et d’impliquer toute la population régionale et en particulier les jeunes.

Une phase de consultation non usagers : 36 réunions publiques seront organisées dans chaque préfecture et sous-préfecture de la grande région. Elles se tiendront principalement dans les lycées, les CFA ainsi que sur les sites des hôtels de Région à Montpellier et Toulouse. Ces 80 jours de concertation débuteront le jeudi 21 Avril à Capdenac - Gare en Aveyron et se clôtureront le jeudi 7 Juillet à Narbonne (calendrier prochainement disponible www.regionlrmp.fr). Concomitamment, une grande enquête publique sera lancée auprès de la population. Enfin, la présidente de Région a saisi en février le Conseil économique, social et environemmental régional (CESER), son président et ses 213 membres représentant la diversité de la société civile qui rendront leurs analyses et leurs conclusions au plus tard le 30 juin 2016.

Une phase d’analyse et de confrontation des expressions recueillies : La concertation sera suivie d’un temps d’analyse de juillet à septembre à partir des enquêtes publiques des comptes-rendus des réunions et des conclusions du CESER.

Une restitution finale : Une restitution finale sera réalisée à partir de septembre 2016. Les Etats Généraux du Rail et de l’Intermodalité définiront, pour la Région, les priorités, le cadre d'action et fixeront un cap pour la politique régionale du rail et de l’intermodalité en Languedoc Roussillon Midi Pyrénées. Ils traduiront, notamment, les attentes exprimées et hiérarchisées dans la négociation pour le renouvellement de la convention d’exploitation TER Région/SNCF qui doit prendre effet le 1er janvier 2017.

Lors de cette conférence de presse, peu d'informations ont filtré sur la future gare de Manduel et de Mogère à Montpellier. Le rendez-vous est pris pour septembre prochain lors de la restitution de la consultation. L'attente va être longue à l'Agglo de Nîmes ...

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

2 réactions sur “RÉGION Trains : Une concertation sur l’avenir de la Gare de Manduel”

  1. Nous devons développer des formes de transports dignes de notre époque. C’est dans ce cadre que la question de la concrétisation de projets tels EURO CAREX et plateforme multimodale de fret est posée par certains, au delà des petits égos des uns et des autres, parce que : OUI, il s’agit de quelque chose d’envergure pour notre territoire.

    1. Si un projet comme EURO CAREX semble important et nécessaire pour le développement de notre territoire, la gare TGV l’est tout autant. Sans cette gare le département du Gard risque de voir passer les trains notamment internationaux, ce qui freinerai son développement. (Comment peut-on imaginer un chef d’entreprise ou un touriste s’arrêter à Avignon ou Montpellier et rajouter 1heure de trajet en train ou voiture pour venir spécialement sur Nîmes uniquement pour nos beaux yeux……). Les chefs d’entreprises désirant s’installer dans notre région ou les touristes la découvrant, ne sont pas des philanthropes. Ils Souhaitent, venant de loin, arriver rapidement pour réaliser leur affaires pour lesquelles ils se déplacent. Nîmes et le Gard doivent se positionner aussi à l’international. Donc la gare de Manduel et ses aménagements sont impératifs. Le développement du rail local dois aussi l’accompagner en créant sur le site une gare TER pour irriguer à partir de là les territoires d’Ales, grau du roi, Arles, rive droite du Rhône (mais ça je crois que c’est déjà prévu).
      Je ne crois pas que les problématiques du Gard soient une priorité pour la nouvelle région (on s’y attendait un peu…..) On le voit dans les premières décisions qui ont été prises :
      *Aéroport de Nîmes ????,
      *gare tgv de Manduel remise en question,
      *les 30 sages pour désigner le nom de la région : 1 seul représentant pour le Gard (3ème département de la région) quand il y en a 8 pour l’Hérault, 8 pour hte garonne et 3 pour la Lozère : tout un symbole….
      *Nouveaux investissements régionaux dérisoires dans le Gard comparés aux autres départements.
      Il va falloir se battre pour exister…….. au delà de toute considération politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité