A la uneActualités

CÔTES DU RHÔNE L’interprofession fait le choix de la montée en gamme des vins

Le président d'Inter Rhône Michel Chapoutier (au centre) entouré de ses vice-présidents Philippe Pellaton et Etienne Maffre (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le président d'Inter Rhône Michel Chapoutier (au centre) entouré de ses vice-présidents Philippe Pellaton et Etienne Maffre (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

L’interprofession des vins AOC Côtes du Rhône et Vallée du Rhône Inter Rhône a présenté jeudi à la maison des vins d’Avignon un point complet sur la situation économique des vins de son secteur.

L’occasion de parler stratégie, et aussi un peu du millésime 2015.

« Un vignoble dynamique qui se projette vers l’avenir »

Au rayon stratégie, l’heure est à la montée en gamme, désignée par le barbarisme « prémieumisation » par le président d’Inter Rhône Michel Chapoutier et son vice-président Etienne Maffre. « Dans un contexte de baisse du volume récolté et un environnement international de plus en plus concurrentiel, nous revendiquons un segment milieu haut de gamme », explique Etienne Maffre. Une stratégie déjà visible dans les chiffres de 2015 en France : malgré une baisse de 3,4 % des ventes en 2015, le prix moyen progresse de 5,3 %. Sur les exportations, qui représentent 32 % de la production en 2015, le même phénomène est peu ou prou observé.

« En augmentant le prix moyen, on va peut-être laisser des personnes sur le bord du chemin, reconnaît Michel Chapoutier. Mais c’est un choix. Une AOC doit être vendue à un certain prix, les crises ont fait que les prix ont glissé et ils se remettent en place dans notre région. » En ligne de mire, le dégagement de marges plus importantes « pour que nos exploitations aient les moyens de vivre et d’entretenir l’outil agricole », développe le président en évoquant le sujet central de la transmission et de l’entrée de jeunes dans la profession.

Sur ce dossier, « depuis 2009 et le lancement de notre plan de restructuration, entre 5 000 et 5 500 hectares ont été restructurés, et un nouveau plan de 3 000 hectares va être lancé pour 2016-2018, ce qui représentera un taux de 10 % de renouvellement en 5 ans », présente le vice-président Philippe Pellaton avant de résumer : « ça va avoir un impact fort sur le taux de rendement. Nous sommes un vignoble dynamique qui se projette vers l’avenir. »

2015, « un grand millésime de garde »

C’est qu’avec des rendements de 35 à 50 hectolitres par hectare, la vallée du Rhône « produit peu mais bon », affirme Philippe Pellaton. Et pour veiller au plus près sur la qualité de la production, Inter Rhône a lancé l’année dernière un Observatoire du vignoble. « On a une obsession de la qualité », affirme Philippe Pellaton.

Une qualité qui devrait être au rendez-vous pour le millésime 2015 : « certains comparent 2015 à 1947 et 1961, un millésime solaire sans les inconvénients. C’est un grand millésime de garde », décrit Michel Chapoutier. Et le président le pronostique, « il n’y en aura pas pour tout le monde. » Vous voilà prévenus.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité