A la uneFaits Divers

AU PALAIS Le prévenu : « Fallait me mettre perpétuité, ça m’évitait de revenir »

Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)
Le palais de justice de Nîmes. (Photo Baptiste Manzinali / Objectif Gard)

Pour la procureure Pascale Palau, Fabrice « a quelques problèmes de santé ». Pour l’avocat de la victime, il ne serait « pas serein dans sa tête ». En clair, il est un peu dérangé, mais pas suffisamment pour les psychiatres qui assurent que cet homme de 37 ans est apte à être jugé. Un autre dira même qu’il ne souffrirait pas du tout « de problèmes psychiatriques ». Une conclusion plus qu’étonnante pour ceux qui ont suivi l’audience présidée par Philippe Bruey.

L’homme, ancien consommateur de drogue et d’alcool, est jugé pour avoir commis des violences sur Sophie, agent de sécurité au PC sécurité de l’hôpital Carémeau. C’était le 4 mai dernier, en fin de journée. Ce jour-là, Fabrice était au service psychiatrique de l’hôpital et tout a dégénéré quand sa sœur est venue lui rendre visite. Très vite, il lui a reproché de ne pas lui donner une somme de 100€. Le ton est monté, l’agent de sécurité est intervenu et elle a reçu un coup de poing à la pommette et un coup au bras.

Mais avant que Fabrice ne donne sa version des faits, le tribunal correctionnel de Nîmes va entendre beaucoup, beaucoup de choses. Il assure au préalable qu’il n’a rien à voir « avec le grand banditisme », parle de « puces de téléphone cachées », de « 150kg de cocaïne pure » et de la sûreté départementale qui lui en voudrait beaucoup. Il poursuit :

-          J’ai 37 ans et j’ai fait 23 ans de prison. La prison, ça enrichit ! Mais là, ça m’a détruit parce que j’aurai préféré prendre 25 ou 30 ans en une fois mais pas petit à petit. On a assez joué avec moi, que ce soit les dealers ou les juges.

-          Et sur les faits ?, retente le président.

-          Je ne me rappelle plus de rien. Je suis tombé dans les pommes. Ils m’ont donné un cachet bleu de psychiatrie. Fallait que je marche deux kilomètres, indique-t-il mystérieusement.

Avant de reprendre sur la sûreté départementale :

-          En prison, ils ont changé les ampoules avec des ordinateurs. Mais j’ai fait un test en allant aux toilettes pour voir... Ils m’ont persécuté.

On ne sait pas si Fabrice en dira autant du tribunal correctionnel de Nîmes qui a condamné le trentenaire aux 19 mentions sur son casier à deux ans de prison et à indemniser sa victime à hauteur de 1 200€. En apprenant le jugement, il dira :

-          Fallait me mettre perpétuité, ça m’évitait de revenir.

-          Ce n’était pas possible, conclura la procureure Pascale Palau.

Tony Duret

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité