ActualitésPolitique

NÎMES MÉTROPOLE Tauromachie : Frédéric Pastor appelle les élus à « plus de courage »

Frédéric Pastor, délégué communautaire. Photo : Coralie Mollaret.
Frédéric Pastor, délégué communautaire. Photo : Coralie Mollaret.

Le délégué communautaire et adjoint à la ville de Nîmes en charge de la tauromachie appelle les maires de l’Agglo à s’investir davantage dans la défense des traditions taurines. 

Ce lundi, en conseil communautaire, les élus étaient appelés à se prononcer sur un avenant à la convention pour l’organisation sur Bolsín Taurin 2016. Ces novilladas sans picador avec mise à mort* se dérouleront en août sur le territoire de Nîmes Métropole. Après les deux tientas de sélections le 17 août, les deux demi-finales s’organiseront à Manduel, le 18 août, et le lendemain à Saint-Gilles. L’an dernier, Le Bolsín Taurin avait suscité la polémique, après la décision du président UDI de l’EPCI Yvan Lachaud, de reporter la manifestation face à la pression des anti-corridas.

Avant le vote, le délégué communautaire et adjoint au maire de Nîmes en charge de la tauromachie, Frédéric Pastor, est monté au créneau : « Cette année, il n’y a que deux communes qui ont décidé de prendre les demi-finales avec mises à mort du taureau (…) Je ne parle pas de Bouillargues et de Rodilhan, qui l’avaient organisé l’année dernière. Mais certaines communes de l’agglomération vont-elles se déclarer bientôt anti-corrida ?! Notre vocation première, ici, est de défendre nos traditions. Les maires doivent faire preuve de courage ! ».

Alain Dalmas : « Modérez vos propos »

Une sortie que n’ont guère apprécié certains maires ou premier adjoint. Vivian Mayor, élu de Marguerrittes : « ce n’est pas une question de courage mais de dignité de la dépouille du taureau. Nos arènes ne sont pas bien équipées pour accueillir ce type d’évènement ». Indigné, la réponse de l’édile de Garons, Alain Dalmas, est plus cinglante : « vous n’avez pas à nous donner des leçons ! Modérez vos propos ». Le manque d’infrastructure n’a visiblement pas convaincu Frédéric Pastor qui réitère : « Pour moi, ce n’est pas un problème de moyens mais de volonté. Vous avez la possibilité d’utiliser des fonds de concours pour rénover vos arènes ».

Farouche défenseur des traditions taurines, le maire de Rodilhan Serge Reder déclare : « c’est vrai que la tauromachie est de plus en plus en danger. Mais pour défendre nos libertés et nos valeurs nous devons être rassemblés ». La voix de la sagesse ?

CM

L’organisation a été déléguée à l'Association Française des Aficionados Prácticos.

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

3 réactions sur “NÎMES MÉTROPOLE Tauromachie : Frédéric Pastor appelle les élus à « plus de courage »”

  1. Je suis aficionado, et pourtant je peux comprendre qu’à Marguerittes ou Garons ça soit difficile de sortir des toros morts en pleine rue ! Nîmes se fout du monde quand on sait que ça fait des années qu’à part en Féria y’a presque plus un taureau qui court dans les rues, quasi plus de courses, et quasi plus de novillada sauf le printemps des jeunes afciionados ! Pourquoi pas le finale du Bolsin à Nîmes ? … ah non ! ça rapporte pas d’argent à l’empresa Don Simon

  2. Le courage et la liberté cela consistent pour ce drôle d’élu à perpétrer un massacre ludique dans les arènes. Où va se nicher la notion de courage et de liberté aujourd’hui! C’est vraiment du n’importe quoi. Pauvre Pastor qui se prend pour le Jean Moulin des aficionados. Et pourquoi ne pas rétablir le  » combat de chiens » ou le « lancer de nain » au nom du courage et de la liberté.
    Vive les courses camarguaises. C’est ludique, amusant et non barbare. Les touristes apprécient.

  3. Les traditions… ? mdr… les traditions ??? !!!… des traditions sanglantes qui n’ont plus lieu d’être, un « spectacle » en « tutu » et « dentelles » au 21è siècle me semble indécent.. Un homme serait vraiment « un homme » s’il faisait face, seul, à la bête dans une arène et sans ostentation, les traditions?… au se croirait au temps de nos ancêtres primitifs… Il faut je pense maintenant évoluer… Corrida, oui, mais sans mise à mort. Notre « cerveau » (enfin pour ceux qui en ont encore), sait très bien que la bête souffre, (allez vous piquer avec une simple aiguille et vous aurez de « petites sensations », allez vous « piquer » avec un instrument plus grand et vous irez vous faire soigner), que cette bête stresse au plus haut point et qu’elle libère des toxines dans son organisme qui par ce fait, n’est pas « bonne à manger »… traditions ? cela, des traditions ?… je pensais que l’Homme avait évolué… Les falbalas, les tralalas pour une tradition ? pfff… Qu’on mette le toréro seul face à la bête, et là serait vraiment un « spectacle » comme au « bon vieux temps » des gladiateurs… Quant aux autres traditions dites « taurines », là encore, je me demande si le cerveau des personnes qui « apprécient » cela, fonctionne bien… Même un enfant ne proposerait pas un « tel jeu »… Un lâcher de taureaux… pourquoi pas un « lâcher de coqs »… emblème de la nation…? E-VO-LU-ER !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité