ActualitésSociété

GAZ DE SCHISTE Fabrice Verdier et William Dumas bientôt en Pennsylvanie

William Dumas et Fabrice Verdier. DR/O.G.
William Dumas et Fabrice Verdier. DR/O.G.

Du 11 au 18 septembre, les députés gardois Fabrice Verdier et William Dumas consacreront leur semaine à la thématique du gaz de schiste lors d’un voyage parlementaire en Pennsylvanie.

Ils seront accompagnés de deux autres confrères : Sabine Buis, député de l’Ardèche, et Frédéric Roig, député de l’Hérault. Tous sont membres, à l’Assemblée nationale, du groupe d’études sur les gaz de schiste, présidé par Fabrice Verdier.

Farouchement opposé aux projets d’exploration et d’exploitation de gaz et huile de schiste, le député de la quatrième circonscription du Gard souhaite, à travers ce voyage, « avoir de nouveaux éléments objectifs » sur l’exploitation de ce gaz non conventionnel, très répandue en Pennsylvanie. « Au-delà des postures, il faut avoir des arguments pour expliquer notre opposition. Manifester c’est bien, mais ça ne suffit pas », commente Fabrice Verdier.

De passage trois jours au Québec avant d’atterrir en Pennsylvanie pour le reste de la semaine, les quatre parlementaires prévoient de rencontrer des pétroliers, des scientifiques, des collectifs, des opposants, etc. Le voyage serait financé « à titre personnel ».

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

4 réactions sur “GAZ DE SCHISTE Fabrice Verdier et William Dumas bientôt en Pennsylvanie”

  1. L’extraction par fracturation est interdite en France depuis 2011, ce qui est une excellente chose pour l’environnement mais je ne comprends pas la position tranchée de certains contre l’exploration dans le cadre d’une éventuelle exploitation conventionnelle.
    Servent t’ils les intérêts des lobbies pétroliers, gaziers, de la péninsule arabique … ?
    Les experts annoncent entre 50 et 100 ans d’indépendance énergétique à la France assise sur un gaz qui fait l’objet de toutes les convoitises.
    Ne soyons pas stupides au point de voir cette manne passer dans d’autres mains que les nôtres par des positions prises au nom de l’environnement qui a bon dos. Rappelons que nous importons du pétrole et du gaz qui polluent.
    Nous avons abandonné le charbon lorsque d’autres en sont à la carbochimie.
    La question est trop sérieuse pour la laisser dans les mains de bobos manipulés par les serviteurs de lobbies made in ailleurs.

    1. La réponse est dans votre phrase : « éventuelle exploitation conventionnelles ». Par définition, le gaz de schiste est un hydrocarbure non-conventionnel c’est à dire qu’il ne peut pas être exploité par des méthodes conventionnelles (simple pompage).
      Ce n’est pas une question de technique, « éventuelle » ou non, c’est parceque ce gaz est piégé dans des roches tellement compactes et imperméables qu’il faut les fracturer et en faire de la bouillie pour l’extraire. Alors, au lieu de poursuivre des chimères, préparons plutôt l’avenir avec les energies renouvelables.

    2. Je ne suis pas expert en la matière mais je pense que l’exploration et la recherche sont nécessaires.
      C’est d’une question sérieuse qu’il s’agit. J’espère seulement que l’état cadenasse suffisamment ce dossier pour ne pas voir cette énergie nous échapper au profit d’intérêts privés.

      Gaz de schiste : l’exploitation serait possible sans fracturation hydraulique – Le Point
      http://www.lepoint.fr › environnement › gaz-d…

  2. Y avait pas un documentaire sur le sujet cela ne leur suffit pas il faut qu’ils aillent voir les VRAIS GENS ! et dépenser l’argent du contribuable !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité