Faits Divers

NÎMES Deux mamans condamnées pour avoir ligoté, frappé et tondu une jeune femme

DR

police-nationale

 

Deux sœurs originaires d’Alès, ont été condamnées pour avoir séquestré, ligoté et tondu une jeune femme à Nîmes le 2 septembre 2012.

Difficile d’imaginer en ses deux jeunes femmes calmes qui s’avancent à la barre du tribunal correctionnel de Nîmes, des personnes susceptibles de fomenter une violente séquestration. Et pourtant, les deux sœurs âgées aujourd’hui de 22 et 24 ans ont été condamnées vendredi après-midi par le tribunal correctionnel de Nîmes à 1 an et 2 ans de prison pour « arrestation, enlèvement, séquestration, détention arbitraire, vol en réunion et vol avec violence ».

La victime est une mère de famille qui avait rencontré une jeune femme surnommée Maya pour une relation d’un soir. Alors que les deux femmes étaient ensemble au lit, deux personnes ont fait irruption dans la chambre. « Ma cliente a vécu une scène d’horreur, elle ne savait pas ce qui allait lui arriver, dénonce Me Dany Billon qui plaide "pour une femme marquée à vie par l"horreur de cette agression et qui n’a pas eu le courage de se retrouver face à ses bourreaux ».

Dans la chambre, la propriétaire des lieux "est attachée aux mains et aux bras. On l’a bâillonnée avec du ruban adhésif, on lui met un body d’enfant autour du cou. Elle est attachée au lit avec du fil électrique. On lui demande de donner le numéro de sa carte bancaire et le code", résume le juge. Comme les informations sont trop lentes à sortir de la bouche de la victime, on va lui raser les cheveux. « C’est une humiliation suprême pour abaisser », explique la vice-procureure. Lorsque les agresseurs, un homme avec l’accent des « quartiers » dira la victime et une jeune femme s’éclipsent, ils emportent avec eux la jeune amoureuse de la victime. Personne ne sait à cet instant que la dénommée Maya, rencontre d’un soir, est en fait de mèche avec les agresseurs, et que la victime est tombée dans un piège bien organisé.

La veille, Maya a créé une page Facebook avec un faux nom. Maya et sa victime ne s’étaient jamais rencontrées. Pourtant, elles ont un point commun : un homme appelé Sam*. Sam a d’abord vécu avec la victime... Lorsqu’elle le largue, il s’installe avec Maya.

Un piège va se tendre. Maya va se faire aider de sa sœur qui est soupçonnée d’être celle qui est entrée dans l’appartement pour ligoter la victime et lui infliger une correction.

Qui est l’homme cagoulé décrit par la victime ? S’agit-il de Sam ?

Pour le parquet de Nîmes, il est évident que le trio est indissociablement lié. Sam sera relaxé par le tribunal correctionnel. Pour les deux sœurs dont Maya, qui écoperont de 1 an et 2 ans de prison ferme, difficile de savoir ce qui est passé dans leurs têtes. Maya était bien celle qui devait séduire la victime et la faire boire « afin qu’elle ne l’embrasse pas » ! La jeune sœur de Maya prétend elle qu’elle n’était pas dans le scénario. Le tribunal les a reconnu coupables toutes les deux. Reste à savoir encore aujourd’hui, qui est l’homme qui les accompagnait ce jour-là dans ce mauvais remake du film « l’appât »?

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité