A la uneEconomie

FAIT DU JOUR L’Office de tourisme de Nîmes reste dans le giron de la ville

D.R/T.D

L'Assemblée nationale a approuvé cette semaine, le projet de loi Montagne. Il prévoit  pour certaines communes de déroger partiellement au transfert de la compétence tourisme vers les intercommunalités.  Nîmes rentrerait dans cette catégorie pour avoir déposé un dossier "station classée" en cours d’instruction dans les ministères parisiens.

Le projet de loi dit « Montagne » ouvre pour les communes classées en station de tourisme ou en cours de classement la possibilité d’une dérogation de la loi NOTRe. Elle vise le transfert vers les intercommunalités de la gestion de leur office de tourisme. Ainsi, la compétence tourisme sera bien donnée à Nîmes Métropole à partir du 1er janvier 2017, mais la ville centre pourra conserver la gestion de son office de tourisme.

Le préfet du Gard a confirmé ces informations. Dans un courrier qu’il vient d’envoyer aux élus des deux collectivités, Didier Lauga précise : "Le projet de loi aménage une dérogation partielle à ce transfert de compétences. Il autorise, en effet, les communes classées stations de tourisme, si elles le souhaitent, à conserver la gestion de leur office de tourisme par délibération prise avant le 1er janvier 2017. Le même droit est offert aux communes ayant engagé une démarche de classement en station de tourisme avant cette date."

Yvan Lachaud : "Je n'y vois pas d'inconvénient"

Joint par notre rédaction, Yvan Lachaud à la tête de Nîmes Métropole réagit : "Je n'y vois pas d'inconvénient. Au contraire. La ville conserve la gestion de l'office de tourisme de Nîmes et ses 25 salariés. Nous allons de notre côté nous charger de la promotion touristique à une autre échelle. Et sur l'ensemble du territoire.".

L'Agglo de Nîmes n'a, en effet, pas attendu cette loi Montagne pour esquisser sa stratégie en termes de promotion touristique. Deux consultants mandatés par Nîmes Métropole sont à pied d’œuvre. Ils ont pu s’entretenir avec de très nombreux acteurs du tourisme local et départemental en « demande d’une vraie politique touristique ». Ainsi, les deux consultants travaillent actuellement à définir l’identité touristique du territoire, la stratégie de développement la plus appropriée dans la logique d’attractivité territoriale. Plusieurs réunions se sont tenues en ce sens lors d’un comité de pilotage à l’agglomération. À l’issue, un plan d’action opérationnel sera formulé et une organisation établie.

"Nous nous plaçons sur le terrain intercommunal et régional", ajoute Yvan Lachaud qui précise : "on a décroché l'installation d'un incubateur d’entreprises innovantes dans le secteur touristique. Ce sont elles qui inventeront le tourisme du futur ».  Nîmes accueillera l’an prochain la déclinaison en province de Welcome City Lab*,  après celle de Montréal et Paris. La Région s’est félicitée, d’ailleurs de cette implantation puisqu’elle a décidé de financer le projet aux côtés de l’Agglo. Nîmes Metropole, selon nos informations, travaillerait en outre, sur d’autres projets structurants :  parc animalier, center park... Ces projets, précise l’agglo, s’inscrivent parfaitement dans une stratégie de marketing territorial susceptible d’attirer des investisseurs et des entreprises. L’objectif selon Yvan Lachaud « est bien de créer des richesses, d’accueillir des entreprises innovantes et de favoriser la création d’emplois… »

 Mary Bourgade : "C’est dans l’intérêt de la ville"

Du côté de la mairie de Nîmes, l'adjointe au tourisme Mary Bourgade confirme que la ville mettra à l’ordre du jour d’un prochain conseil municipal une délibération permettant de conserver la gestion de l’office communale : « C’est dans l’intérêt de la ville. Nous allons poursuivre notre travail entamé depuis de nombreuses années. N’oublions pas que l’Office est classée première catégorie (anciennement 4 étoiles) depuis 4 ans déjà. La démarche de station classée était la suite logique et nous avons bon espoir d’obtenir cette distinction d’ici la fin de l’année ».

Au-delà de l’obtention de commune classée station de tourisme, Mary Bourgade le confirme : « Nous allons continuer de travailler en étroite collaboration avec les communes et départements. Bien entendu, les villes de l’Agglo comme Générac ou Marguerittes par exemple. Avec Gard Tourisme mais aussi Arles ou Avignon ».

Une ville qui devrait donc pouvoir continuer à gérer son office de tourisme en bon père de famille… Même si la mission tourisme est semble-t-il réduit à peau de chagrin ces dernières années face aux frais de structures et de salaires incompressibles (25 salariés) dans un budget annuel stable de 1.28 million d’euros.

*Plateforme d'innovation dédiée au tourisme urbain et intégrant le premier incubateur au monde dédié à l'innovation touristique

Etiquette

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité