A la unePolitique

NÎMES Françoise Dumas (PS) : « Je ne subirai plus rien ! »

Ce soir, Françoise Dumas a prononcé ses voeux à lAtria. Photo : CM.
Ce soir, Françoise Dumas a prononcé ses voeux 2017 à l'Atria. Photo : CM.

Au lendemain de la victoire de Benoît Hamon à la primaire, la députée Vallsiste a fait valoir un « droit de retrait » ainsi qu’un « devoir de cohérence ». 

Restée silencieuse depuis la victoire de Benoît Hamon, les voeux de Françoise Dumas étaient particulièrement attendus. Ce soir, devant quelques centaines de militants associatifs, politiques ainsi que des personnages publics (Pasteur Poujol ; le président de la CMA ; de la Fédération française du bâtiment…), la Nîmoise a rappelé l’origine de son parcours politique. Un parcours poussé par Damien Alary et influencé par Georges Frêche qui fut son professeur de droit. La socialiste paraphrase volontiers l’ex-président du Languedoc-Roussillon : « en France, terre du verbe, les militants préfèrent se battre avec des mots plutôt qu’analyser la réalité ».

La gauche du « réel », c’est bien ce qu’a tenté de défendre Françoise Dumas : « Chacun connaît ma fidélité à la ligne politique réformiste de notre président, ainsi qu’à celle de Manuel Valls et Bernard Cazeneuve ». Hélas pour elle, les électeurs de la primaire ont exprimé massivement leur désir de voir une gauche... plus à gauche« L’histoire, à moyen terme, retiendra nos acquis sociaux, nos progrès en matière de justice sociale, notre rigueur budgétaire et notre soutien à la compétitivité des entreprises », pense-t-elle.

Vers un ralliement à Emmanuel Macron ?

Si « la légitimité de Benoît Hamon est incontestable », « il va falloir créer les conditions d’un programme de gouvernement », lâche laconiquement celle qui n’entend « ni se renier, ni se trahir ». « Libre », la socialiste exprime un « devoir de cohérence » ainsi qu’un « droit de retrait ». Un concept présenté demain à l'Assemblée, lors d’une réunion des députés « réformateurs » à laquelle Françoise Dumas participe. « Plus que jamais, seuls les actes comptent, des plus infimes aux plus courageux », assure-t-elle, pleine de mystère. Le présage d’un ralliement au candidat Macron ?

Forte de ses « expériences, blessures, trahisons, mais aussi fidélités et combats menés en responsabilités », Françoise Dumas a scandé : « Je ne subirais plus rien ! ». Avant de conclure par un « la vie est belle »… Au cas où, à gauche, certains en douteraient.

Coralie Mollaret

Lire aussiPRÉSIDENTIELLE 2017 Robert Crauste apporte son soutien à Emmanuel Macron

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

7 réactions sur “NÎMES Françoise Dumas (PS) : « Je ne subirai plus rien ! »”

  1. Finalement pour cette dame , la charte à la primaire ne valait que si Valls gagnait. Elle va aller à la soupe chez macron celui que le PS traitait de traitre il y a quelques semaines.
    Sa fuite vers macron est finalement logique. Que tous les élus et notables PS se barrent à droite et fassent enfin leur coming out politique et qu’on reparte sur de bonnes bases avec les vrais écolos (pas les piques places) et les vrais socialistes. Ouf!

    1. il n’est pas impossible non plus que mister Vals aille faire le beau avec Macron…. même pas peur de trahison vis a vis de F Hollande…..

  2. « Je ne subirai plus rien ! »
    Quel aveu, Madame !!
    « L’histoire, à moyen terme, retiendra nos acquis sociaux, nos progrès en matière de justice sociale, notre rigueur budgétaire et notre soutien à la compétitivité des entreprises »
    Il faut le voir pour le croire !! Quels acquis sociaux, Madame ??

  3. De toute façon les électeurs sont aussi libres que Madame Dumas du Carré Hermès…Libres de la renvoyer dans ses foyers!
    Qui prend pari avec moi? Moi je mise 100 balles qu’elle va se faire sortir dès le 1er tour.
    Qui suit?

  4. Elle court chez Macron pour essayer de préserver ses acquis sociaux à elle…Et visiblement ce ne sera pas la seule. On dirait les nobles foutant le camp à Coblence après 1789.

  5. tourner sa veste toujours du bon côté n’est ce pas mme Dumas !!!
    j’espère seulement que vous ne serez pas dans ma circonscription, car je ne vous aime pas.
    vous allez me dire on ne peut pas plaire à tout le monde, mais je crois que vous ne plaisez pas à beaucoup, et pour votre bonheur et votre égo, Macron veut la parité, alors faute de grive on prend des merles….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité