ActualitésSociété

TOROS Fiesta campera et bons moments d’aficion

El Rafi (Photo JC Lemelle).
El Rafi (Photo JC Lemelle).

Le jeune apprenti torero Rafi Raucoule était au centre d'une excellente fiesta campera organisé chez la famille Fare, à Saint-Gilles à la ganaderia La Paluna.

C’est par un temps printanier que s’est déroulée la 1ère fiesta campera de Rafi. Dès 9h30, les premières voitures arrivaient sur les chaleureuses terres des Fare, au Mas d’Auzières, cadre bucolique à cette époque de l’année, avec une herbe bien verte et fournie, parsemée de multiples tâches de couleur des fleurs.

La tienta, prévue à 11h pour bien finir la matinée, s'est déroulée devant 250 personnes. Des aficionados venus des 4 coins du département, ainsi que des départements limitrophes. Le novillo de Roland Durand, très compliqué mais avec de l’émotion, a vite pris querencia aux tablas. Rafi n’a pas baissé les bras et a été volontaire en faisant une très longue faena. À la muleta, à force d’insister, de persévérer, il a réussi (chose rare d’après Patrick Varin) à faire suivre le novillo au centre et là, il a fait trois très belles séries de passes avant que le novillo ne reparte en querencia.

Auparavant, et comme souvent dans ce genre de rendez-vous convivial, le jeune nîmois a apporté un zeste de vaillance et de spectacle en banderillant avec brio, bien que le novillo lui coupait le terrain et venait violemment à son encontre. Une belle estocade concluante et surtout un bon entrainement pour Rafi, avant les deux importants contrats qui l’attendent prochainement, le 26 mars à Vauvert et le 9 avril à Nîmes.

Les participants ont ensuite pu s’approcher de la buvette où les attendaient de succulents tapas préparés par Nathalie et ses petites mains. Durant cet apéritif, Arnaud Frade (Ricard UCTPR), a remis à Rafi le prix du meilleur novillero sans picador du Sud Est pour la saison 2016, ce prix n’ayant pu lui être remis, pour des raisons techniques, le jour de l’AG des CTPR en janvier dernier à Méjanes. Petit à petit, l’ambiance conviviale incitait les uns et les autres à prolonger ces moments autour d’un pique-nique tiré du sac. Vers 18h, le silence du campo reprenait les lieux, avec le départ des dernières personnes. Une bonne journée taurine quoi!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité