Actualités

PRÉSIDENTIELLE À Nîmes, l’horloge tourne pour l’extrême-gauche

Florence, Josiane, Nicolas et Jeremie ont tenté de sensibiliser les citoyens, mardi à midi, place de l’Horloge, à Nîmes. Photo : Coralie Mollaret)
Florence, Josiane, Nicolas et Jeremie ont tenté de sensibiliser les citoyens, mardi à midi, place de l’Horloge, à Nîmes. Photo : Coralie Mollaret)
Florence, Josiane, Nicolas et Jeremie ont tenté de sensibiliser les citoyens, mardi à midi, place de l’Horloge, à Nîmes. Photo : Coralie Mollaret)

Avant le premier tour de la Présidentielle, six syndicalistes de la gauche révolutionnaire ont interpellé les électeurs, place de l’horloge.

On dit parfois que ce n’est pas la quantité, mais la qualité qui compte. On dit ça, lorsqu’un événement mobilise moins de monde qu’on ne l’espérait… Ce mardi, entre midi et deux, six syndicalistes (les altermondialistes d’ATTAC, les anarcho-syndicalistes du CNT ou encore Nuit Debout et Solidaires…) se sont postés sur la place de l’Horloge, dans l’Écusson nîmois. Au milieu des premières épaules dénudées, qui fleurissent sur les terrasses ensoleillées, les militants ont interpellé les citoyens. Des électeurs appelés aux urnes le 23 avril à l’occasion du premier tour de la Présidentielle.

Pas franchement portée sur le régime présidentiel de la Ve République, l’extrême-gauche profite de la période électorale pour sensibiliser ses concitoyens. « On constate une trêve des mouvements sociaux », pense Florence du CNT, oubliant un peu vite la grève en Guyane… Qu’importe, dans sa logique, elle veut inciter les Nîmois « à ne pas se reposer sur la parole des politiques » qui, ces dernières semaines, inondent les ondes de nos radios, occupent nos écrans télé et remplissent les colonnes de nos journaux.

Aux côtés de Josiane d’ATTAC, les deux femmes dénoncent « les politiques d’austérité » des pouvoirs publics et les « licenciements des entreprises qui délocalisent ». Les motifs de mécontentement sont légion. Mais qu’en est-il des solutions ? Quelles propositions ? « La défense de nos droits », répondent-elles tout simplement, évoquant « le droit au logement, à la sécurité sociale gratuite pour tous… ». Une révolution de velours… 

Coralie Mollaret

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité