A la unePolitique

LÉGISLATIVES Fabrice Verdier à la reconquête de la 4e

Fabrice Verdier lance sa campagne. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard
Fabrice Verdier lance sa campagne. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Le député socialiste sortant de la quatrième circonscription, Fabrice Verdier, a lancé hier soir sa campagne électorale dans son village, Fons-sur-Lussan, devant près de 500 personnes.

Le ciel est clair, ce vendredi soir, dans la petite cité de de 250 âmes dont Fabrice Verdier est le maire depuis 16 ans. Des bancs ont été installés dans l’herbe, juste devant la salle des fêtes, pour accueillir la population. Il est à peine 19 heures, le soleil se couche lentement sur les reliefs du plateau de Lussan. Les bancs sont remplis et autant de personnes restent debout, tout autour. Des kakémonos à l’effigie du député, portant le slogan « Engagé à vos côtés » entourent l’estrade.

Les premiers à y monter sont trois conseillers départementaux, proches du maire de Fons-sur-Lussan : Christophe Serre, qui est aussi le directeur de campagne de Fabrice Verdier, Carole Bergeri et Berengère Noguier. Fabrice Verdier, assis au premier rang, écoute les éloges exprimés à son égard. « Fabrice est quelqu’un de loyal (…) En 2012, son slogan était ‘un député utile et efficace’, je crois qu’il l’a été », souligne Christophe Serre. « Ce qui ressort le plus, poursuit Carole Bergeri, c’est son attachement profond à son territoire. Il fait partie de ces représentants qui honorent leur mandat ». Le président du Département, Denis Bouad, rejoint la tribune et décrit un homme « qui incarne l’honnêteté politique ».

« Je voterai Benoît Hamon »

Ému, Fabrice Verdier fait une bise à chacun avant de prononcer les premiers mots de son discours : « Que vous soyez aussi nombreux, c’est la plus belle des récompenses et ça justifie beaucoup de sacrifices, notamment familiaux ». Passée l’émotion, le député s’attarde sur le bilan « en demi-teinte » du mandat de François Hollande. « Ce bilan, je l’assume, mais j’ai la lucidité de reconnaître qu’il n’est pas parfait. Nous avons redressé les comptes publics, mais il y a quelque chose qui n’a pas fonctionné, c’est le chômage ». A quinze jours du premier tour des élections présidentielles, l’élu parlementaire lève enfin le voile sur ses intentions de vote. « Je ne suis pas frondeur car il faut accepter les règles du jeu. C’est un peu trop facile d’aller chercher le logo du PS pour se faire élire et d’oublier après qui nous a fait roi, clame-t-il. Je respecterai la primaire, je voterai Benoît Hamon ! ».

Le doute est dissipé. Le socialiste entame un nouveau chapitre sur les dossiers importants de son mandat : le Régime social des indépendants, les ruisseaux couverts, les déserts médicaux, les gaz de schiste… « Il n’y a pas de petites gens, il n’y a pas de petits sujets. J’ai servi parfois à quelque chose, je n’ai jamais renié mes engagements », assure-t-il. « Si je suis réélu, je continuerai à aller au moins une fois par an dans les 95 communes de ma circonscription. Je continuerai à être transparent sur mon travail, sur mes réussites mais aussi sur mes échecs. Il n’y a pas de secrets, les gens savent ce que je fais », répète l’élu de l’Assemblée nationale.

Intarissable sur son enthousiasme et son engagement, Fabrice Verdier prône le rassemblement, le consensus, la capacité à « estomper ses clivages pour avancer ». Il sait que cette élection « va se jouer à pas grand-chose » et que la menace du Front National plane sur la quatrième circonscription, comme sur d’autres. « Je pense de façon très immodeste que je suis le meilleur candidat contre le Front national ». Il reste désormais à en convaincre les électeurs…

Élodie Boschet

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

5 réactions sur “LÉGISLATIVES Fabrice Verdier à la reconquête de la 4e”

  1. FABRICE VERDIER MERITE SA REELECTION SUR LA 4 EME….IL RECONNAIT QUE SON PARTI PEUT ETRE SON MEILLEUR ALIE…..MEME SI LE QUINQUENAT N’A PAS ETAIT PARFAIT MAIS IL N’A PAS TRAHI COMME CERTAIN…(valls-macron et consors)..
    FABRICE C’EST UN ELU DE TERRAIN

  2. Les amis de F.VERDIER, c’est à dire R.CASTILLON et C.SERRE ont donné leur parrainage respectif à MACRON. L’équipe VERDIER veut jouer sur plusieurs tableaux apparemment. Les vrais socialistes ne sont pas stupides et ils méritent mieux que celui à renier à plusieurs reprises Martine AUBRY (voir ancien article dans Objectif Gard).

  3. 500 personnes qui se déplacent pour ovationner celui qui est solidaire de la politique catastrophique de Francois Hollande avec des centaines de milliers de chômeurs en plus, une augmentation de 450 milliards d’euros de la dette publique, une explosion de la pauvreté… Voilà la réalité de la gauche. Alors une question se pose, il y aurait-il un lien de cause à effet entre tout ce monde et une « certaine réserve parlementaire » car je ne veux pas croire que les citoyens manquent à ce point de lucidité et affectionnent la politique du « père fouettard ».

  4. Il veut être réélu ..peu importe comment. Sa présence sur le territoire relève plus de cette logique électoraliste. Sur le fond : un député vote des lois et lui qu’a -t-il voté? Il a suivi bêtement le chef qui n’a pas tenu ses promesses et il a donc voté tout et n’importe quoi proposé par Hollande y compris la sinistre loi du travail. Rien de vraiment à gauche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité