ActualitésSociété

NÎMES Moins de moutons mais toujours autant de bergers du dimanche

Toujours autant de monde avant le grand départ (Photo Anthony Maurin).
Toujours autant de monde avant le grand départ (Photo Anthony Maurin).

Une ambiance familiale et conviviale, des spectateurs-marcheurs en nombre et des exposants sympathiques, la seule fausse note de cette transhumance a été le manque de moutons...

Où sont passés les moutons de la transhumance organisée pour la deuxième année consécutive sur les hauteurs de la ville? Au lieu du millier prévu au programme, seules quelques dizaines se sont présentées au rendez-vous dominical. Un rendez-vous qui a d'ailleurs été décalé d'une bonne heure... Heureusement qu'on était dimanche, qu'il faisait beau et bon, que tout était gratuit et libre d'accès et que les organisateurs mettent du coeur à l'ouvrage pour créer et faire sortir de chez eux les plus flemmards d'entre nous!

Oui, les premiers déçus étaient certainement les membres des associations qui étaient à la baguette de l'organisation de l'événement. L'année dernière la transhumance avait fait un carton plein accueillant des centaines de personnes, si ce n'est plus. Des 1000 moutons, dix fois mois répondent à l'appel cette année. Pas d'âne bâté, peu de chiens et du coup, peu de distraction pour le jeune public qu'il faut occuper en attendant le grand départ du square Guiu...

Là aussi, la bonne humeur domine. En réalité, le mouton n'est que le prétexte à la balade ascendante et dominicale. C'est même peut-être mieux de faire le voyage en formation légère! Moins de bêtes, on va plus vite, les odeurs sont moins fortes et les pécoles moins nombreuses, finalement, c'est résolument mieux. Et puis entre nous, quand on a vu cent moutons, on a vu tous les moutons, non?

Après quelques minutes de douce grimpette, arrêt au stand et rafraîchissements prévus sur la place de l'ambiance qui porte bien son nom et qui accueille quelques douces notes musicales en plus de la franche rigolade. Départ pour le dernier tronçon qui mène jusqu'à l'affenage des arènes du Clapas où attendent exposants et forain. Marché de produits du terroir, sonnailles, cordelier, vannier, santonnier, démonstration de tonte... Et petite session de Coupo Santo entonnée au micro par un Yvan Lachaud, Président de Nîmes Métropole mais aussi tambourinaire et joueur de fifre averti. De belles et bonnes choses, à refaire!

Petit bonus, juste pour l'image et le son...

Les moutons mis dans lenclos le temps des derniers préparatifs (Photo Anthony Maurin).
Les moutons sont mis dans l'enclos le temps des derniers préparatifs (Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité