A la unePolitique

LÉGISLATIVES À Saint-Gilles, « il y a encore un peu d’espoir »

Photo : Coralie Mollaret).
Ce dimanche, douze candidats s'affrontent dans la Camargue gardoise, sur la deuxième circonscription. (Photo : Coralie Mollaret).

Un mois après la Présidentielle, les électeurs sont appelés à désigner leurs députés. Si la participation est toujours plus faible aux Législatives, les Saint-Gillois mobilisés le sont par « conviction. »

Saint-Gilles, rue Gambetta. Cet après-midi, l’artère principale de la plus grande commune de la 2e circonscription ne manque pas d’animation. Mais celle-ci n’émane pas des bureaux de vote… Non. C’est le café de la gare qui fait hurler sa sono, au grand bonheur des festaïres, levant généreusement le coude. À la mi-journée, la salle Cazelles est quasi déserte : « Sur les 976 inscrits, seulement 310 ont voté pour l'instant », relève le président du bureau. Quelques mètres plus loin, à la Maison du tourisme, la participation est tout aussi maigre : 33%.

Des enjeux difficiles à cerner

Les Législatives mobilisent moins que la Présidentielle. En 2012 à Saint-Gilles, le taux d’abstention entre les deux scrutins à été multiplié par quatre. Il y a un mois, plus de 70% des électeurs ont placé Marine Le Pen en tête du scrutin présidentiel. Ce dimanche, la participation devrait être plus faible... Eloïse souligne la complexité du choix qui lui est présenté : « C’est pas évident de faire un choix entre tous les candidats ! »

Sur la 2e circonscription, ils sont une douzaine à briguer un siège à l’Assemblée nationale. Les enjeux du scrutin sont aussi difficiles à cerner : « en fait, on élit une personne en fonction du territoire, d'une circonscription... Mais elle a moins de pouvoir qu’un maire ou qu’un conseiller départemental au niveau local... On a du mal à comprendre ! »

Faire entendre sa voix 

« En tous cas, moi j’ai voulu faire entendre ma voix », poursuit la trentenaire, assez préoccupée par l'avenir de la planète en matière d'écologie. « Maintenant, ce que j’attends de mon futur député, c’est qu’il soit présent à l’Assemblée nationale et qu’il vote les lois en fonction de ce qu’il a dit pendant sa campagne » Comme Éloïse, Yvonne et son mari ont, eux-aussi, tenu à « donner notre avis » : « on arrive en catastrophe de Lunel… On s'est pressé. »

Les deux quinquagénaires sont désabusés par la classe politique. Pour autant, Yvonne a « encore un peu d’espoir, même s’il s’est amoindri avec le temps… On pense à nos enfants, à nos petits-enfants. On veut que ça change ! ». Son mari, lui, espère, avec son vote, « déstabiliser un peu l’Assemblée où siège depuis 200 ans certains députés ! ». Ce Saint-Gillois le reconnaît : il vote d'abord en fonction de l'étiquette politique, faisant moins attention à la personnalité du candidat.  

Ce n'est pas le cas de Gérard qui, lui, choisit d'abord « une personnalité » : « La personne que j’ai choisie connaît le territoire, ses élus et ses enjeux. Elle pourra faire des choses pour tous les habitants, sans distinction ». La priorité de cet électeur ? « Les jeunes ! À Saint-Gilles, ils traînent… Il faudrait construire des salles, des terrains de sport pour les occuper. » Si ces Saint-Gillois n’ont pas voté pour le/la même candidat(e), ils revendiquent tous : « On a donné notre avis. Ceux qui ne votent pas, ne pourront pas râler après ! » Eux, si. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Lire aussi : PRÉSIDENTIELLE À Saint-Gilles, le dilemme de la droite républicaine

Etiquette

Coralie Mollaret

Journaliste Reporter d'Images pendant un an à Marseille, j'ai traversé le Rhône voilà quelques années pour vous informer en temps réel sur l'actualité Gardoise…

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité