A la uneActualités

NÎMES Le festival Anîmé va secouer la Vaunage

La présentation du Festival Anîmé. Le Dj Greg Delon à gauche et les élus qui soutiennent lévénement Photo Anthony Maurin).
La présentation du Festival Anîmé. Le Dj Greg Delon, à gauche, et les élus locaux qui soutiennent l'événement (Photo Anthony Maurin).

Le festival Anîmé, créé en 2003, est le rendez-vous des amateurs de musiques électroniques de qualité. Avec des artistes connus et reconnus, le festival gratuit, qui se déroule du 18 juin au 1er juillet promet d'être ambiancé et coloré.

2017 connaîtra quelques évolutions. Anîmé est un événement qui sait se renouveler et qui reste toujours à l’affût des tendances house, techno et électro. "Notre visuel a été réalisé par un graphiste nîmois qui a signé des pochettes de Laurent Garnier!" note Greg Delon, Dj et membre de l'association qui organise le gros événement.

Pour la troisième année consécutive, ce dimanche 18 juin à partir de 11h, une grande "Silent party" se tiendra aux Halles et sur les chaussées annexes Comme on peut l'imaginer, le but est de danser sans faire de bruit ni gêner autrui. Dans les rues environnantes ou dans les allées des Halles, les visiteurs pourront porter un casque audio, choisir leur préférence via un des trois canaux sur lesquels mixent les djs et aller faire leurs emplettes ou boire un verre tout en se dandinant! 150 casques pour plus de 200 personnes attendues. "Cette animation nous permet de toucher un autre public, les non initiés!" ajoute Greg Delon.

Mais pour les initiés, le gros de l'aventure se présente hors les murs de la ville. Poussé à Clarensac et à Langlade, le festival ne se fait plus dans les arènes... Pour Maud Chelvi-Sendin, conseillère municipale déléguée à la jeunesse et à la Mission Locale Jeunes de Nîmes, "Entre la feria, les élections, les commémorations et le festival de musique dans les arènes... Le concert n'aura pas lieu dans l'amphithéâtre mais il y a d'autres belles actions qui se dérouleront à Nîmes. L'année prochaine, nous continuerons ce partenariat pour les Nîmois et la jeunesse locale".

2000 personnes pour deux concerts à Clarensac et Langlade

Alors, si les concerts ne se font pas à Nîmes... Ils se feront dans une Vaunage heureuse de les accueillir! Clarensac et Langlade, non sans craintes sécuritaires, tiennent à foncer et à développer cette animation gratuite et accessible. Une montée en gamme, une pérennité quasi assurée et un festival qui surprend chaque année par son excellente programmation. Pour Marjorie Enjelvin, maire de Clarensac, "Le stade est facile à trouver et le périmètre sera sécurisé. Nous sommes très heureux d'accueillir un concert et cette forme de culture que nous n'avions pas par le passé. On aime nos taureaux de rue mais on nous a également transmis l'envie de recevoir ce festival! En plus, c'est un peu la fête de la musique en retard". À Langlade, les élus sont plus enjoués encore. "Nous sommes ravis, deux fois de suite un concert d'une telle ampleur à Langlade, c'est génial! On se battra pour l'inscrire dans le temps, nous allons le prouver. L'association "Anîmé" fait un travail énorme et se remet en question. On a de la chance d'avoir une telle bande!," avoue Stéphane Incegnieri, qui officie aux commerces, à l'artisanat et à la Culture. Pour ces deux dates, 2000 personnes sont attendues.

Premier concert à Clarensac, sur le stade, entre 18h et 01h le 23 juin. Sur scène, Gabriel Ananda, Kartell, Cebb... "Gabriel Ananda marque l'univers de la musique électro et revient avec un tube tous les dix ans. Kartell sera présent pour mettre en valeur la scène française. C'est le boss d'un label à la mode et donne un coup de jeune à la French Touch 2.0. Cebb est quant à lui un artiste gardois, un excellent représentant de la musique électro" note Greg Delon.

Le 1er juillet, c'est au Moulin de Langlade que se déroulera le second concert. Anna, Paul Nazca ou encore un certain Greg Delon... seront de la partie. "Anna fait partie d'un vague de Djettes qui déferle sur la musique actuelle. On peut entendre ses productions dans les meilleurs soirées électros, elle est Brésilienne et les gros labels, elle connaît! Paul Nazca est quant à lui un collectionneur de synthétiseurs qui s'est fait connaître à l'international en 2005 et qui a sorti cette année Memory, un morceau qui marche très bien. Il est joué par les plus grands comme Laurent Garnier par exemple. De mon côté, j'ai sorti un morceau qui s'appelle Occitania et qui rend hommage à notre région" explique l'homme aux multiples casquettes.

À Nîmes, ateliers et conférences

Mais retour à Nîmes pour le jeune public qui aura droit à ses animations spéciales avec Anîmé Kids. Le 28 juin à Carré d'Art seront organisés des ateliers pour mixer de la musique sur vinyles ou via les technologies numériques.  La light painting (prise de vue nocturne et message lumineux) ne sera pas oubliée tout comme la sérigraphie ou le circuit bending où les enfants apportent des jouets cassés pour en faire des instruments de musique.

Pour un public plus âgé, un atelier MAO (musique assistée par ordinateur) suivi d'une conférence qui traitera "Un siècle de musiques électroniques" par Olivier Pernot, journaliste à Tracks et auteur, seront deux animations plus calmes et très intéressantes. N'oublions pas les apéros techno à Paloma qui ont lieu tout au long de l'année!

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité