Faits Divers

NÎMES Policière municipale insultée et frappée : 4 mois de prison

Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Quatre ans et huit condamnations séparent Stéphane et David, deux frères de 19 et 23 ans, qui étaient jugés hier après-midi en comparution immédiate pour des violences et outrages sur des policiers municipaux.

Rue Nationale à Nîmes, ce mardi 5 septembre vers 18h, deux policiers municipaux sont alertés par une forte odeur de cannabis (relire ici). En s'approchant, les deux agents, un homme et une femme, entendent une insulte :"sales flics". Le contrôle, inévitable au vu de l'attitude des deux frères qui se trouvent face à eux, dégénère aussitôt. David, l'aîné, jette son joint avec mépris aux pieds des fonctionnaires. Puis les insultes et menaces fusent :"Je vais te tuer toi et ta famille. On va se retrouver", lance l'homme de 23 ans. Son frère tient un discours tout aussi soutenu :"Ce n'est pas une femme qui va me toucher. T'es morte". Joignant le geste à ses menaces, Stéphane porte un violent coup de poing à la policière qui se retrouve aujourd'hui avec un énorme cocard à l’œil et deux jours d'ITT.

-           Ça ne s'est pas passé comme ça, proteste David depuis le box du tribunal correctionnel de Nîmes. Le policier s'est jeté sur moi. Il dit que je l'ai griffé. Peut-être que je l'ai griffé mais je ne m'en souviens pas de moi-même.

L'auteur du coup de poing, Stéphane tient, lui aussi, à donner sa version des faits :

-           La policière m'a retenu par le bras. A la base, je lui ai pas envoyé de coup. En tout cas, mon intention n'était pas de mettre un coup à la policière. C'est peut-être sans faire exprès. A la base, moi-même j'ai jamais tapé de policiers.

Pourtant, la caméra de vidéosurveillance est formelle : Stéphane a bien porté un coup de poing à la policière municipale. Alors qu'il devrait la jouer profil bas, David, très bavard, trouve quand même à redire :

-           Avec la police nationale, ça se passe bien mais là, les policiers municipaux...

-           Oui, c'est de leur faute, s'agace le président Jean-Pierre Bandiera.

Tout aussi agacé par l'attitude des prévenus et par la fréquence de ces agressions qui semblent, hélas, se banaliser, Maître Jean-François Corral se lève pour les deux victimes :

-           Encore un dossier où il est difficile de comprendre comment on a pu en arriver là. On est devant des gens qui se défoulent gratuitement. On n'a pas à mettre en cause l'honorabilité et l'intégrité physique des policiers.

Après les réquisitions du ministère public qui demande 8 mois de prison pour les deux frères, Maître Perrine Teissonnière fera du mieux qu'elle peut en expliquant que Stéphane et David ont été abandonnés par leur père, qu'ils sont "deux enfants de la rue éduqués par les règles de la cité". Elle demande une peine "plus opportune pour la société". Le tribunal divise les réquisitions par deux : ce sera 4 mois de prison ferme pour les deux frères qui sont partis en prison. Ils devront également verser 500€ et 600€ aux deux policiers.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

1 commentaire sur “NÎMES Policière municipale insultée et frappée : 4 mois de prison”

  1. Même les actes et les peines prononcées sont banalisées par le tribunal lui meme ! C’est pas cher payé? Je ne comprend vraiment pas cette justice bien trop clémente avec les voyous, ils doivent bien rire ces deux zigotos!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité