Actualités

PONT-ST-ESPRIT La sécheresse jaunit les stades et échauffe les esprits

La municipalité a décidé de rouvrir le stade de la Barandonne pour les entraînements du FCBP (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
La municipalité a décidé de rouvrir le stade de la Barandonne pour les entraînements du FCBP (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Ça ne vous aura pas échappé, nous sommes actuellement en pleine sécheresse, et ce depuis déjà plusieurs semaines.

A Pont-Saint-Esprit, qui dépend du bassin de l’Ardèche, la situation est critique depuis près d’un mois, et les conséquences commencent à se voir, notamment du côté… sportif.

Ambiance…

Ainsi, un arrêté préfectoral interdit entre autres à la commune d’arroser, même la nuit, les stades. « L’arrêté a été pris le 18 août, précise l’adjoint aux sports Jean-Noël Francisci. Du coup, nous avons pris un arrêté le 22 août d’interdiction d’accès aux stades pour préserver les pelouses et l’intégrité des joueurs. » En effet, la pelouse sèche perd toutes ses propriétés : « ce serait comme jouer sur du béton », avance l’élu. Et jouer dessus les détériorerait à vitesse grand V, ce que la municipalité ne veut pas, « car on pense aussi aux deniers publics », ajoute Jean-Noël Francisci.

Une décision qui a fortement irrité le FC Bagnols-Pont, qui effectue une partie de ses entraînements et les matches de l’équipe fanion à Pont. Le premier match de championnat a ainsi dû être inversé, et le club a dû jouer à l’extérieur. « On a subi beaucoup de pressions malsaines de la part de personnes du FCBP, dénonce l’élu. Il y a eu du harcèlement sur le personnel municipal et les élus, avec des coups de téléphone, des mails et des visites aux services. »

Aujourd’hui, l’élu se dit « surpris par tout le battage fait » autour de cette histoire, alors qu’il l’affirme, « on ne fait pas ça de gaité de coeur, si l’arrêté préfectoral est levé, demain on rouvre et on arrose les stades. »

La Ville ouvre le stade de la Barandonne

Pour autant, la municipalité n’est pas restée les bras croisés et a demandé à la préfecture une dérogation qui lui permet depuis la semaine dernière d’arroser le terrain du clos Bon-Aure, mais avec de fortes restrictions : « on peut arroser le mardi et le vendredi soir, mais avec 50 % d’économies, on est limités à 97 mètres cubes par arrosage », précise le chef de l’unité du service des sports Robert Armand. Et encore, la mairie prend un risque, puisqu’en cas de dépassement de ce quota, elle risque une amende de 15 000 euros. Cependant, la dérogation permet désormais au FCBP de jouer ses matchs à domicile, mais pas de s’entraîner au clos Bon-Aure, la pelouse restant très fragile.

Alors la municipalité a décidé d’ouvrir le stade de la Barandonne pour les entraînements du club de foot à partir de ce vendredi 15 septembre, mais décline toute responsabilité en cas de blessure d’un joueur. « Et ils viendront s’entraîner en baskets », précise l’adjoint aux sports, encore courroucé par la situation, d’autant que, comme le précise Robert Armand, « on n’a eu aucun souci avec les autres clubs de la commune. »

Il ne reste plus aujourd’hui qu’à espérer que la sécheresse ne s’éternisera plus très longtemps. « Mais on risque chaque année d’être confronté à cette situation, alors on travaille sur un terrain synthétique, annonce l’adjoint. On ne pourra pas y échapper dans les années à venir. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Etiquette

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité