A la uneActualitésPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine : édition spéciale

chieze

Toutes nos excuses... La semaine dernière, soucieux d'informer nos lecteurs de certaines pratiques, nous avons publié une indiscrétion sur Carole Polo, la compagne de Jean-Albert Chieze, directeur de cabinet de Jean-Paul Fournier. Cette dame venait de décrocher le poste de directrice de la communication au musée de la romanité (relire ici). A cause de nous, et on s'en veut terriblement, vous découvrirez plus bas que sa fiche de poste a considérablement été revue à la baisse. Pardon Mme Polo. Pour nous racheter, nous avons décidé de lui consacrer l'intégralité de nos indiscrétions de la semaine, une première dans l'histoire de notre journal. Il faut dire que le couple Chieze-Polo le mérite. Par exemple, sans tout vous dévoiler, vous allez lire que le binôme rivalise d'imagination pour réaliser des économies de loyer. S'ils en sont capables pour eux, ne sont-ils pas les plus aptes pour en faire autant à la ville de Nîmes ou au musée de la romanité ? Enfin, le parcours de Carole Polo donne de l'espoir a chacun d'entre nous. Après une année 2016 très difficile pour son entreprise Vermillon (avec un nom pareil, il ne faut pas s'étonner d'être dans le rouge), elle rebondit et parvient à décrocher ce poste au nez et à la barbe d'autres communicants qui, eux, rencontrent davantage de réussites. En plus d'être économe, cette Carole Polo a de l'entregent. Autant de qualités qui méritaient bien une édition spéciale.

Chieze et ses "soutiens" Républicains. On peut dire que notre indiscrétion sur Carole Polo fait des vagues. Officiellement, tout le monde soutient et adore ce brave Jean-Albert à qui @objectifgard cherche des poux. Oser imaginer que le directeur du cabinet du maire de Nîmes a pistonné sa femme pour une embauche au musée de la romanité est un vrai délire de journaliste. Mais en coulisse, chez les élus Républicains, certains se frottent les mains de "voir Chieze qui a passé son temps à écarter les élus de la route du maire, se faire piéger dans cette histoire".

La dégringolade. En une semaine, le statut de Madame Chieze est vraiment descendu en flèche. Il y a 8 jours encore, avant notre publication, c'était la belle vie. Carole Polo était alors responsable communication du grand projet de Jean-Paul Fournier. Oui mais ce jeudi, interrogé par nos soins, le président de la structure Franck Proust, a apporté "quelques avenants" au futur contrat de travail. Selon ce dernier, qui préside la société publique locale (SPL) "culture et patrimoine" qui gère le musée de la romanité avec des fonds publics : "Carole est en période d'essai et d'ailleurs, elle vient d'être renouvelée pour deux mois sans certitude d'embauche définitive à l'arrivée"! D'un coup, elle se retrouve attachée de communication sous la responsabilité du directeur du musée qui, lui, a une grosse expérience dans le domaine du tourisme.

Un poste qui tombe à pic. Il était temps pour la nouvelle attachée de communication de trouver un point de chute car sa société battait de l'aile. Implantée à Nîmes en 2013, l'agence Vermillon a bien tourné jusqu'en 2016, année plus difficile. Selon les chiffres de "société.com", elle a réalisé 19 000 euros de chiffre d'affaires pour 18 800 euros de pertes. Fort heureusement, comme l'explique Franck Proust décidément très indulgent, ce n'est pas le résultat qui compte quand on recrute quelqu'un : "Carole a une solide expérience en matière de communication, notamment à Arles et Tarascon. Il nous fallait trouver rapidement quelqu'un car le musée ouvre le 2 juin et c'est maintenant que tout se décide. Et puis, le poste et les contours de la fonction sont à définir. De toute façon, c'est un poste en lien très très étroit avec la mairie". Oui oui, on avait un tout petit peu compris M. Proust !

Capture d'écran du site Internet société.com
Capture d'écran du site Internet société.com

Une société dans l'appartement de fonction. Une chose est sûre, ce n'est pas le loyer du bel appartement de fonction de 189 m2, quai de la Fontaine à Nîmes, qui aura coulé l'entreprise de communication Vermillon. Car pour Carole Polo tout était gratis ! Elle a enregistré sa société au même endroit que le logement de fonction de son mari, directeur de cabinet du maire. Il n'y a rien d'illégal dans le fait que Jean-Albert Chieze profite de cet appartement, au loyer de plusieurs milliers d'euros par trimestre payé par le contribuable. Celui-ci est loué par la mairie "pour nécessité absolue de service" puisque le directeur de cabinet doit être proche de son lieu de travail. On note que Carole Polo apprécie aussi la proximité avec son lieu de travail.

Jean-Albert Chieze sollicité par nos soins, n'a pas souhaité s'exprimer sur l'ensemble de l'affaire. Il nous confirme seulement que Carole Polo faisait "du télétravail."

Plaquette commerciale de la Société Vermillon de Mme Carole Polo annonçant son installation au 20 Quai de la Fontaine à Nîmes en 2013
Plaquette commerciale de la Société Vermillon de Mme Carole Polo annonçant son installation au 20, Quai de la Fontaine à Nîmes en 2013

 

 

 

 

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

18 réactions sur “ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine : édition spéciale”

  1. Il faut les comprendre voyons. Le faible salaire de Monsieur Chieze ne suffisait plus à assumer le riche train de vie de la famille. Manger des pâtes… aux truffes ne suffisait plus du coup Madame méritait bien évidemment un emploi Fillon chèrement payé par les cons-tribuables nîmois.
    Il faut bien la payer La Méhari et la maison à Saint Trop !

  2. C’est peut-être légal mais c’est immoral !!!! A l’heure où une grande majorité de commerçants sont sur le point de se mettre en liquidation judiciaire ou déposer le bilan car de moins en moins de monde dans le centre ville avec des loyers trop élèvés, de nombreux nimois vivent difficilement leur fin de mois, c’est honteux et scandaleux que Madame obtient un poste grace à la fonction de Monsieur!
    Scandaleux aussi de constater que les conjoints de certains élus sont recrutés où leur époux sont élus par hasard… Au fait Mme Sophie Burgoa travaille toujours à la mairie de Nîmes? Quand a été recruté? Mais bon son mari est adjoint au maire et c’est une simple coïncidence. Objectif Gard pourrait enquêter où travaillent les élus de la mairie de Nîmes… Et après vous pouvez faire la même chose pour Nîmes Métropole, les communes avoisinantes comme Saint Gilles, Alès, … le Conseil département du Gard…
    Les Républicains me font rire quand ils dénoncent le FN de parti clan familial, mais ils font la même chose !

  3. Êtes-vous certain qu’il est locataire ? N’aurait-il pas pu acquérir le bien et faire rembourser son crédit par la mairie..? Enquêtez Objectif Gard, les nîmois doivent savoir.

  4. Chers amis,

    Je tiens à remercier Jean-Albert Chieze de continuer (ou commencer) la campagne des présidentielles en appliquant à Nîmes ce que j’ai fait à l’Assemblée Nationale.
    En agissant de la sorte, vous êtes le digne promoteur de ma façon de faire, d’agir, de vivre.

    J’apprécie le fait que vous n’ayez daigné répondre aux sollicitations de la presse, vous évitant ainsi une déclaration maladroite « je vous jure les yeux dans les yeux que je n’ai jamais fait ça ».

    Amitiés républicaines.

    FF

  5. Dommage qu’Objectif Gard ne fasse pas quelques investigations sur le secteur alésien parce que là aussi c’est assez gratiné en matière de connivences entre le monde politique et quelques affairistes ou promoteurs. Faut pas compter sur le Midi Libre, ce journal de révérence trop accro aux annonces légales, pour faire ce travail d’investigation.
    Bravo et merci.

  6. A propos d’un autre proche de ce pauvre Fournier, il y a Monsieur Julien Plantier !
    Quel est son statut : fonctionnaire d’Etat ? Si oui, quelle est sa fonction précise en qualité d’enseignant chercheur, maître de conférences ? Docteur en droit c’est un grade, pas une fonction. Comment a t-il été recruté et par qui ? Travail à Nîmes : un passe-droit ?
    Bon sujet d’enquête qui ne sera jamais faite par Midi Libre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité