Actualités

DIMANCHE VILLAGES Un parc de plantes aromatiques aux thermes des Fumades

Maison de l'Eau à Allègre-les-Fumades. Photo Tony Duret / Objectif Gard
Maison de l'Eau à Allègre-les-Fumades. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Un parc de plantes aromatiques, comme trait d'union entre la station thermale et la maison de l'eau, verra le jour prochainement grâce à la participation d'étudiants de l’École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille.

Faut-il le rappeler, la station d'Allègre-les-Fumades est la seule station thermale du Gard. Elle accueille environ 3 000 curistes tous les ans et vise les 5 000 dans les années à venir, notamment avec l'extension et la rénovation du site. "C'est un projet de développement en trois parties, récapitule le président du Sivu, Pierre Brun. La première est consacrée à la rénovation de l'établissement thermal et la création d'une partie hôtelière. La deuxième concerne l'extension du parc de plantes aromatiques. La troisième prévoit un projet immobilier locatif ou d'accès à la propriété autour de la maison de l'eau".

Un dernier volet, abordé par le sous-préfet Olivier Delcayrou, est consacré à l'essor d'une filière sur les plantes aromatiques et médicinales afin de "développer une agriculture adaptée à ce territoire", explique le représentant de l'État. Ce projet, évalué à 1,5 million d'euros sera pris en charge par l'État pour 700 000€, sans compter la moitié du financement d'une étude estimée à 100 000€.

De gauche à droite : le sous-préfet Olivier Delcayrou, le président du Sivu Pierre Brun, la maire d'Allègre-les-Fumades Geneviève Coste et la représentante de l'école versaillaise Béatrice Julien-Labruyère. Photo Tony Duret / Objectif Gard
De gauche à droite : le sous-préfet Olivier Delcayrou, le président du Sivu Pierre Brun, la maire d'Allègre-les-Fumades Geneviève Coste et la représentante de l'école versaillaise Béatrice Julien-Labruyère. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Ce parc composé de plantes aromatiques et médicinales, situé entre la station thermale et la maison de l'eau, offrira un cadre de détente aussi bien aux curistes qu'aux riverains. La recherche médicale ne sera pas oubliée, les producteurs locaux non plus. Quant à l'École Nationale Supérieure de Paysage de Versailles-Marseille, elle envoie un groupe de trois élèves accompagnés de deux enseignants paysagistes pour travailler sur ce nouveau parc. Les études démarrent dans les jours à venir.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité