Faits Divers

NÎMES Condamné, il remercie les policiers de ne pas l’avoir tué

Dans la salle d'audience du tribunal correctionnel de Nîmes. (Photo d'illustration : Tony Duret / Objectif Gard)

Un homme a blessé gravement un policier lors d'un rodéo en ville. Il a écopé de 5 ans de prison dont 2 ferme

Tribunal correctionnel de Nîmes. Photo T.D / Objectif Gard

Il est ému, en pleurs par moments, devant le tribunal correctionnel de Nîmes qui le jugeait pour des violences sur les policiers. Et à écouter le résumé des faits, on se demande comment le 17 décembre 2013, cet homme n’est pas mort sous les balles des autorités. Des tirs pour arrêter un forcené prêt à prendre tous les risques pour échapper aux forces de l’ordre. Il a même pointé un fusil sur des policiers.

Tout débute, ce soir-là, par des violences conjugales. L’homme rentre chez lui, il a consommé près de 10 grammes de cocaïne. « On ne peut pas comprendre ce dossier, si l'on ne connaît pas la personnalité, la vie de mon client, explique Maître Kadidja Aoudia. Il a découvert à l’âge de 13 ans, le corps de son père, suicidé. Il part travailler, à 21 ans, comme chef cuisinier aux Etats-Unis. Pendant son séjour américain sa mère est assassinée sur la Côte d'Azur. Quelques semaines avant les faits à Nîmes, il apprend que sa sœur est atteinte d’un cancer incurable... Le 17 décembre 2013, il a disjoncté, il y a des facteurs déterminants dans son passage à l’acte et lors de cette soirée », poursuit la pénaliste Nîmoise.

Une fuite en avant de 20 minutes dans les rues, de Nîmes, avec des feux rouges grillés, des sens interdits oubliés, des rues traversées à la vitesse de l'éclair. « Lorsqu’il est coincé, il fonce et blesse très gravement un policier qui sera opéré et arrêté 6 mois, souligne Me Jean-François Corral, pour les fonctionnaires victimes. " Lorsqu’il est coincé, il épaule son fusil, vise les policiers ». Des forces de l’ordre qui feront preuve d'un sang froid incroyable. "Ils vont répliquer en tirant, mais en faisant exprès de ne pas l’atteindre. Une chevauchée d'une extrême violence", estime l'avocat des parties civiles.

A l'audience, le prévenu qui est chef cuisinier dans un bon établissement Gardois, s'excuse plusieurs fois et remercie les policiers... de l'avoir laissé en vie.

Le parquet de Nîmes qui avait requis 6 ans de prison ferme pour le prévenu poursuivi a immédiatement fait appel de la décision du tribunal.

Boris De la Cruz

Publicité
Publicité
Publicité

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité