ActualitésSociété

NÎMES Les étudiant-e-s Solidaires revendiquent leurs idées à Vauban

Un session de tractage, au pied de Vauban, était organisée par les étudiant-e-s Sud Solidaires de l'Université de Nîmes

Sud Solidaires tractait au pied de la faculté de Vauban (Photo Anthony Maurin).

Le premier ministre, accompagné du ministre de l’éducation nationale et de la ministre de l’enseignement supérieur, a annoncé lundi dernier un grand plan pour favoriser, selon lui, la réussite des étudiant-e-s. Que nenni pour Sud Solidaires!

Les revendications sont pourtant claires... Les étudiant-e-s demandent au gouvernement de mettre en place un plan d’urgence pour l’enseignement supérieur financé à hauteur de trois milliards d’euros par an sur cinq ans. Mais les exigences ne s'arrêtent pas là. Les jeunes veulent un enseignement supérieur ouvert et qui permet la réussite de toutes et tous, bref, la fin de la sélection par l’échec en y ajoutant un ultime point, l’ouverture de nouveaux droits pour une réelle augmentation de la qualité de vie des étudiant-e-s.

"Ce plan propose notamment de refonder le système d’admission post bac (APB) en proposant aux lycéen-ne-s et futur-e-s étudiant-e-s de choisir jusqu’à 10 voeux d’orientation. Ces voeux ne sont plus classés, ce qui laisse la possibilité aux universités de consulter les dossiers des postulant-e-s avant de rendre une réponse. Il y a trois types de réponses qui pourront être données par les établissements : un "oui", un "oui mais" ou un refus. Le "oui mais" donnera alors lieu à une inscription sous condition de mise à niveau. L’étudiant-e-s devra donc faire une espèce "d’année zéro" rallongeant la durée de son cursus universitaire. En somme le gouvernement donne la permission aux universités, selon leurs possibilités d’accueil, de refuser des étudiant-e-s," notent les syndicalistes qui tentent de réveiller les étudiants de Vauban.

En attendant  la sortie des étudiants (Photo Anthony Maurin).

"Il est nécessaire qu’un plan d’urgence pour l’enseignement supérieur soit mis en place pour permettre la rénovation des bâtiments, l’augmentation des capacités d’accueils et le recrutement de personnels enseignant-e-s et BIATSS. De fait le gouvernement propose un plan pour permettre une sélection des étudiant-e-s mais sans l’assumer réellement. Nous demandons au gouvernement de prendre ses responsabilités et nous appelons tous les lycéen-ne-s et étudiant-e-s à se mobiliser pour refuser la sélection." concluent les étudiant-e-s.

(Photo Anthony Maurin).

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

1 commentaire sur “NÎMES Les étudiant-e-s Solidaires revendiquent leurs idées à Vauban”

  1. Je n’ai pas lu cet article.
    Pourquoi ?
    Parce qu’il utilise l’écriture inclusive.
    L’écriture inclusive est une escroquerie intellectuelle et elle vandalise la langue française.
    Je suis féministe au plus haut point et je le resterai quoi qu’il arrive, même si c’est au nom d’un féminisme poussé à l’absurde que certains naïfs croient que ce massacre du français pourra faire avancer la cause des femmes.
    Je m’excuse auprès de l’auteur de cet article de ne pas l’avoir lu, le fond de sa pensée est sans doute respectable et instructif, mais la forme du texte discrédite son contenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité