A la uneActualitésPolitiqueSociété

FAIT DU JOUR Nîmes, le Conseil municipal de la discorde

Brouille entre Jean-Paul Fournier et Yvan Lachaud, les centristes rendent leurs délégations

En attendant la suspension de séance, les élus UDI étaient en ordre de bataille. Photo Anthony Maurin).

Le bon sens sera la clé des trois ans à venir? Peut-être bien! En tout cas, la brouille entre le maire de Nîmes, Jean-Paul Fournier, et son adjoint aux finances et accessoirement le Président de Nîmes Métropole Yvan Lachaud, a mis fin à un film qui rythme la vie politique de la Ville de Nîmes depuis plus d'une décennie.

"Le mettre face à ses contradictions n'aurait pas servi à grand chose, ça aurait pris quelques lignes dans les journaux mais pas plus..." avouait un proche de Jean-Paul Fournier au sujet de la brouille entre son "patron" et Yvan Lachaud, une fois la séance du Conseil municipal terminée. Avec le retrait de sa délégation, même dans des conditions triviales comme cela a été le cas samedi matin, tout le monde en parle. Mais du coup, c'est la totalité des élus centristes qui ont souhaité rendre leur délégation.

On le croyait encore affaibli ou en fin de règne, Jean-Paul Fournier vient de taper du poing sur la table et de jouer un coup de poker menteur un peu risqué. Il est évident que l'édile nîmois n'aurait pas pu se permettre un tel geste à quelques mois des élections... Ce qui a mis le feu aux poudres? Un ras-le-bol de Fournier et une union fragilisée par un double jeu entre les votes procédés lors du Conseil communautaire de l'agglo et du Conseil municipal de Nîmes. Le 16 octobre dernier, le Conseil Communautaire de Nîmes Métropole, avec à sa tête Yvan Lachaud, avait adopté un choix différent de celui espéré par Nîmes et ses élus.

Yvan Lachaud, président de Nîmes Métropole et Jean Paul Fournier, maire de Nîmes. Photo : Coralie Mollaret.

Du coup, lors du Conseil municipal, Les Républicains ont boudé ce désaveu et ont préféré changer de cap. Conséquence première, Yvan Lachaud ne pouvant pas présenter son Rapport d'Orientation Budgétaire, c'est Pascal Gourdel, Conseiller municipal délégué au Commerce, aux Halles, aux Foires et Marchés, qui a pris le costume de l'élu aux finances de Nîmes. Car oui, Yvan Lachaud était aussi l'adjoint aux finances de Nîmes. "Cela représente six millions d’euros sur 20 ans soit un montant qui correspond au coût de construction d’une école! Le Président de Nîmes Métropole voudrait imposer, contre notre avis, un passage en Communauté Urbaine. Je ne puis conserver la moindre confiance à mon adjoint aux finances dans l’exercice de sa délégation. Nous finirons de tirer les conséquences de cette situation lors de notre prochain Conseil municipal. De toute façon, je ne le vois jamais en Mairie, cela ne doit pas l'intéresser" affirme Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes au sujet d'Yvan Lachaud.

Échaudé, Jacky Raymond, Conseiller municipal délégué au projet éducatif territorial, aux accueils de loisirs et au projet de réussite éducative, chef de file du groupe UDI à la Ville de Nîmes, a demandé une suspension de séance qui a bien eu lieu après le vote du Rapport d’Orientation Budgétaire. Yvan Lachaud a quitté la salle en compagnie de Jacky Raymond et des autres élus centristes. Dans la foulée, ils ont organisé une conférence de presse pour expliquer leur vision du problème.

Pour Jacky Raymond et devant tous les élus nîmois, "Sans concertation avec l’intéressé, vous avez choisi, monsieur le maire, un lieu public pour tenir des propos inadmissibles et scandaleux. Je n’ai pas bien compris, vous retirez sa délégation à Monsieur Lachaud? Si oui, les élus UDI vous rendent tous leur délégation". Réponse de Jean-Paul Fournier, froide, cinglante et assurée, "Oui, oui, c’est bien ça oui".

Quelques places vides en fin de séance du Conseil municipal du 18 novembre dernier (Photo Anthony Maurin).

Voyant le manège tourner de plus en plus vite et toujours dans le coup quand il faut enfoncer le clou, Yoann Gillet (FN), n'a pas mâché ses mots. "Enfin, les choses sont claires, je vous félicite monsieur Fournier! Les Nîmois vous ont fait confiance avec cette liste d’alliance!". La majorité avec de nombreux élus en moins, laisse une brèche au sein du Conseil mais les centristes rentreront bientôt dans le rang à en croire Les Républicains.

Lors de la suspension de séance, l’élu frontiste évoquait qu'il "était temps que ça arrive!". Sylvette Fayet (FDG), a même pensé à faire un petit selfie version salle vide tout en demandant à son collègue François Séguy "Bon, on prend la majorité?". C'est Thierry Jacob autre élu FN qui a souhaité lui répondre, sourire aux lèvres, "Avec nous?". Pour Franck Proust, Premier Adjoint au maire de Nîmes "Le mois de novembre est toujours compliqué! L’année dernière à la même époque, c’est moi qui avait demandé une suspension de séance!". L'élu a d'ailleurs songé à la création d’un groupe "inter-nîmois" à l’agglo, outrepassant ainsi les limites des ententes politiques et appuyant le geste en tendant la main à l'opposition... De gauche dans un premier temps. Pour Catherine Bernié-Boissard, élu de l'opposition à la Ville comme à l'agglo, "Quel qu'en soit le motif, le retrait de sa délégation à l'adjoint aux finances a contribué à l'enlisement du débat d'orientation budgétaire au détriment des Nîmois. La Droite-Wauquiez les prend en otage. Quelle est désormais la légitimité d'une majorité municipale réduite à sa composante Les Républicains? Le moment se rapproche où le suffrage universel aura à trancher".

Finalement, c’est un Jean-Paul Fournier retrouvé que l’on a pu voir samedi matin en fin de Conseil municipal. Déterminé, détendu et visiblement peu inquiet de la tournure que prennent les événement, le maire de Nîmes se lance dans une bataille qui risque bien de durer jusqu’aux prochaines échéances municipales. Une bataille qui va faire du mal à la droite nîmoise mais qui en termine avec les alliances bancales scellées entre les Républicains et les élus du Centre. Quelques élus centristes devraient tout de même conserver leur délégation mais ça, c'est une autre histoire! En tout cas, une conférence de presse sera organisée par Les Républicains en Mairie à 10h ce lundi matin.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis plus de dix ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Vous aimeriez aussi

2 réactions sur “FAIT DU JOUR Nîmes, le Conseil municipal de la discorde”

  1. Je suis profondément déçu de l’attitude du Maire. Quand on fait une union et quand on se dit tenir ses engagements et être constant dans ses idées et ses alliances on ne fait pas cela. Nombre de décisions proposées par l’agglo sont bonnes et vont dans le bon sens. dommage que les élus LR ne les soutiennent pas. L’agglo est dans une situation financière pas très glorieuse, c’est pourtant Fournier qui l’a créée et dirigée pendant de nombreuses années, cette situation il en est le responsable (c’est toujours bon à rappeler et Monsieur Lachaud s’est toujours bien gardé de dire quoi que se soit la dessus).
    Les municipales s’approchent dans un peu plus de 2 ans, et nul doute que la mairie basculera à gauche. Le maire n’en a que faire, de toute façon se sera très probablement son dernier mandat. Rappelons que ce Maire est avant tout un Chiraquien, et que les chiraquiens ont une devisent : « moi ou personne…. » on l’a vu dans beaucoup d’élections et à de très nombreuses reprises. ces élus là préfèrent faire perdre leur camp plutôt que d’abdiquer. (nous en avons eu la preuve toute récente lors des dernières présidentielles).
    Il faut maintenant qu’un élus LR qui sache discuter s’ouvrir aux autres, qui ne soit pas « sectaire » prenne la suite et construise une future majorité pour les prochaines élections. Mais nul doute que cet élu aura des bâtons dans les roues……. au risque (comme à Avignon) de faire perdre la ville.
    Si par cette erreur monumentale il s’avérait qu’en 2020 nous partions désunis au risque de perdre la mairie, je me demande bien pour qui je devrais voter. Peut-être pour LREM ou pour personne laissant le choix aux autres Nîmois.
    Un militant LR très en colère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité