A la uneActualitésCulture

FAIT DU JOUR Inauguration du multiplexe Cap’ Cinéma-CGR : étoiles et toiles !

Inauguré ce soir à Nîmes, le complexe flambant neuf accueillera un aréopage de huit cents invités triés sur le volet. Au programme : un concert du duo André Manoukian-Élodie Frégé, un cocktail-dînatoire, une visite guidée et des films en avant-première...

L'entrée qui donne sur l'avenue du Général Leclerc et ses portraits géants de Marilyn Monroe, Charlie Chaplin et Fred Astaire (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Inauguré après 22 mois de travaux et 7 ans de gestation, le multiplexe Cap' Cinéma-CGR a mis les petits plats dans les grands en accueillant ce soir l'auteur-compositeur André Manoukian et la sémillante Élodie Frégé, qu'il accompagnera au piano pour un mini-concert privé intimiste. Les invités pourront après quoi découvrir en exclusivité, et avant leur sortie, Star 80, le dernier Disney, Coco, ou la comédie Momo... Visite guidée en images en compagnie du maître des lieux, Évrard Zaouche...

Dans le hall d'entrée tapissé d'un élégant damier noir, gris et rouge, sont installées sept bornes automates dont une est adaptée aux personnes handicapées en fauteuil (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

"C'est un beau projet et une belle aventure. Il aura fallu sept ans pour concrétiser. On espère que les Nîmois vont nous suivre. C'est un cinéma de proximité. Nous espérons qu'il concourra à faire vivre et à dynamiser le centre-ville..." Hier matin, alors que de nombreux ouvriers de tous les corps de métiers étaient encore à l'ouvrage pour peaufiner les derniers détails, entre deux coups de fils sur un téléphone qui n'en finissait jamais de sonner, Évrard Zaouche touchait enfin du doigt son rêve.  

Évrard Zaouche derrière l'une des cinq caisses-comptoirs destinées à la vente des billets et des confiseries (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Légitimement fier du chemin parcouru en dépit des embûches et tout aussi heureux du résultat, aux commandes de l'immense vaisseau de béton bourré de technologie de pointe, le directeur général et associé de la structure se projetait dans le futur : "nous devrions accueillir entre 400 et 500 000 spectateurs par an dès que nous aurons atteint notre vitesse de croisière ; d'ici deux ans..."

Géré par des techniciens opérateurs, le poste de contrôle technique du cinéma est installé dans le hall d'entrée. On est loin du "cinéma Paradiso" et de la cabine de projectionniste de grand-papa ! (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pour atteindre le retour sur investissement ce sera un peu plus long... "Cela devrait mettre sept ans. C'est la norme. Le complexe, équipements compris, aura coûté 16 millions d'euros", poursuit notre souriant cornac.

On prend l'escalator en compagnie de Bourvil et de Clint Eastwood... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pour faire marcher le navire, entre techniciens, hôtesses et personnel d'entretien, le Pacha a embauché une trentaine de personnes. "Ce ne sont pas tous des contrats à 35 heures mais cela équivaut à 20 plein temps. Nous avons recruté localement." 

Aux détours du dédale des coursives de l'immense vaisseau de béton de 1 200 m2, on découvre des répliques cultes... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Pas de trop quand on sait que le cinéma abrite pas moins de 10 salles. "Cela représente au total 1 650 fauteuils. La salle numéro 1, la plus grande, en compte 400. La plus petite 90. Entre les deux, nous avons une salle de 300 places, deux de 200, deux de 150 et le reste de 110. Toutes sont équipées 100% en numérique et de projecteurs laser au top de la haute-technologie. Le son est diffusé en Dolby Atmos, le système le plus puissant et le plus performant. De quoi s'immerger totalement dans le film... C'est ce qui se fait de mieux sur le marché actuellement."

Dans les toilettes, le temps de faire la "petite commission" on s'exerce au Scrabble avec des noms de films et de personnages de James Bond... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Comble du raffinement et du confort moderne, sauf à préférer faire sa séance de gym en empruntant les escaliers dont le sol est tendu de moquette rouge -un clin d’œil au festival de Cannes !-, c'est par un escalator ou par ascenseur que l'on accède aux salles. Un accès et des places dédiés ont été aménagés pour les personnes en fauteuil roulant. " Nous avons même prévu que des places adaptées soient réservées en haut des salles et pas seulement devant l'écran comme c'est le cas ailleurs", met en exergue Évrard Zaouche.

Équipée d'un écran de 21x17m, du son Dolby Atmos et d'un projecteur laser 100% numérique unique dans le Gard , la grande salle compte 400 places assises (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Dans les salles, ce sont de confortables fauteuils noirs enveloppant du plus bel effet qui ont été choisis. Avec là encore une pointe d'originalité à destination des amoureux...ou de ceux qui ambitionnent de le devenir ! "Nous avons installés quelques fauteuils double pour accueillir les couples. Mais s'ils se fâchent, il n'y a qu'à tirer l'accoudoir central de ces fauteuils ''love'' pour que chacun retrouve son espace", raconte le boss avec une pointe de malice.  

La cabine de projection de la salle 1 avec son projecteur (à droite) raccordé avec son système de refroidissement (les deux blocs de gauche) (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Dans les couloirs, vastes et aérés, des affiches sont accrochées aux murs... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Cinéma mais aussi salle de spectacle, l'endroit pourra accueillir toutes sortes d'événements sur la grande scène dont dispose la salle 1. "Nous programmons le projet "All that jazz". Le premier concert est prévu le 25 janvier prochain avec la réception du quintet français Electro Deluxe", précise Évrard Zaouche.

Destiné plus tard à accueillir les chères têtes blondes, l'espace garderie pourra dans un premier temps être réservé pour des événements particuliers (sur réservation) (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
La plus petite des 10 salles est équipée de 24 poufs pour s'étaler confortablement comme à la maison et de 32 fauteuils pour les "traditionnalistes"... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Dans cet univers tout entier dédié au 7e art, les références sont partout ! Sur les murs des couloirs tout d'abord, où s’exhibent en lettres capitales des répliques de films devenues cultes... Mais aussi dans les toilettes où ils servent de support à un Scrabble géant dédié au meilleur agent secret qui n'ait jamais été au service de Sa Majesté la reine d’Angleterre et où la valeur en points des lettres a été retranscrite à l'identique du jeu...

Depuis l'étage, une vue imprenable sur la Tour Magne... (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
Une loge spacieuse, avec espace maquillage, toilettes et douche, a été installée en prévision des spectacles à venir (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)
L'entrée principale donne sur l'Avenue de la Méditerranée (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objectif Gard)

Seul hiatus dans ce panorama idyllique, le problème du stationnement n'est pas encore réglé de façon optimum même si Évrard Zaouche se débat comme un beau diable pour améliorer ce qui peut l'être : "Nous avons déjà négocié et obtenu 2 heures de parking gratuit, plus 1 heure à 1 euro,  auprès d'Interparking (capacité de 800 places sur celui de la gare et de 300 places pour l'autre, NDR) mais nous aimerions parvenir à avoir 2 heures et demi, voire 3 heures, pour que nos clients puissent bénéficier de la gratuité totale le temps de voir leur film. Star Wars, par exemple, dure plus de deux heures..."

Quoi qu'il en soit, au plan du confort et de la modernité, à Nîmes l'univers des salles obscures et de ceux qui les fréquentent vient indubitablement de franchir un palier. Que dis-je ! De franchir "un cap (cinéma), une péninsule !" aurait certainement déclamé avec emphase Cyrano-Depardieu dont tout le monde sait pertinemment qu'il a du nez et le flair qui va de pair...

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com  

 

Etiquette

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

2 réactions sur “FAIT DU JOUR Inauguration du multiplexe Cap’ Cinéma-CGR : étoiles et toiles !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité