Faits Divers

AU PALAIS Les adolescentes n’ont pas assez d’argent de poche : elles se prostituent

Tribunal correctionnel d'Alès. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Hanifi, un carreleur de 47 ans, est le seul des deux accusés à avoir fait le déplacement devant le tribunal correctionnel d'Alès où il comparait pour avoir eu recours à la prostitution de deux jeunes mineures de 15 et 16 ans. Les faits se sont déroulés entre les mois de février et mai 2015 à Alès, Bessèges et Robiac Rochessadoule.

Hanifi n'a rien vu. Ni le jeune âge des deux prostituées dont il s'est offert les services, ni l'appareil dentaire porté par l'une d'entre elles :

- Vous savez, se défend-il, on ne parlait pas beaucoup et on se voyait dans des endroits très sombres. Le but des rencontres n'était pas de faire ami-ami, mais elles avaient l'air très matures.

C'est la thèse soutenue par le prévenu, ce vendredi matin au tribunal d'Alès : il ignorait complètement l'âge des deux adolescentes. Son avocate, Maître Sylvie Josserand, va plus beaucoup plus loin et plaide une véritable entreprise de tromperie de la part des deux jeunes femmes :

- On a des jeunes filles qui sont des professionnelles de leur personne et mon client est tombé dans le panneau.

Et d'appuyer sa démonstration sur leurs différents mensonges comme lorsqu'elles ont prétendu être majeures sur un site de rencontres, là où elles sont entrées en contact avec Hanifi et Stéphane, les deux accusés.

- Ce ne sont pas des pauvres mineures vulnérables qu'il faut protéger, poursuit Maître Josserand. Elles sont déjà gangrénées par le vice. Ce sont des professionnelles de la triche.

Absentes à l'audience, les deux victimes n'ont pas pu répondre. A la lecture des faits par la présidente Amandine Abegg, il semblerait qu'elles se soient lancées dans cette activité pour l'argent. En ce début d'année 2015, les deux copines se prostituent donc pendant plusieurs mois et adaptent les tarifs à la tête du client : 60€ pour Hanifi et 300€ pour Stéphane, un berger de Lozère de 44 ans. Les passes ont pris fin après le dépôt de plainte des mères des adolescentes qui ont découvert les échanges de SMS avec les clients.

- C'est un dossier sordide, constate le représentant du ministère public Sébastien Sider. Cette défense qui consiste à dire qu'on ne savait pas qu'elles étaient mineures ne tient pas. Et puis, je n'ai vu ni honte ni regret, déclare-t-il avant de requérir 18 mois de prison dont 9 avec sursis contre Hanifi et 24 mois dont 12 avec sursis contre Stéphane.

Après un long délibéré, le tribunal a condamné Hanifi à 18 mois de prison avec sursis et Stéphane à 24 mois dont 12 avec sursis. Ils seront l'un et l'autre inscrits au fichier des auteurs d'infractions sexuelles.

Tony Duret

tony.duret@objectifgard.com

 

 

 

Etiquette

Tony Duret

Tony Duret, journaliste à Objectif Gard depuis juin 2012.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité