A la unePolitique

FAIT DU JOUR Philippe Pecout : « Patrice Prat mène une stratégie de déstabilisation… »

Entre les polémiques qui déchirent sa majorité et les rumeurs d’un retour au premier plan de l’ancien député maire Patrice Prat, le maire de Laudun-l’Ardoise, Philippe Pecout, vit une fin d’année compliquée...

Le maire de Laudun-l'Ardoise et vice-président du Conseil départemental, Philippe Pecout (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Après avoir encaissé les coups durant plusieurs semaines, il se défend et en rend quelques uns, notamment envers son prédécesseur et mentor qu’il accuse -sans jamais le nommer directement- de fomenter les divisions dans son équipe. Non sans reconnaître une part de responsabilité.

Objectif Gard : Depuis quelques semaines, votre majorité se déchire, avec notamment la création d’un nouveau groupe par Aziza Durand, Nancy Borelly, Marie-Laure Petiot et Françoise Hamelin. Comment expliquez-vous cette situation ?

Philippe Pecout : Je pense que ces élus ont quitté la majorité pour plusieurs raisons. Sans doute une accumulation d’incompréhensions, de déceptions, d’ambitions personnelles aussi. Toutes ces raisons individuelles ont aussi été liées entre elles par l'intermédiaire d’un des élus municipaux qui n’est autre que mon prédécesseur, venu tout mettre en musique.

« Il y a peut-être un problème de méthode »

Vous parlez de votre prédécesseur, Patrice Prat. Quel rôle joue-t-il d’après vous ?

Un rôle très ambigu auquel je ne me m’attendais pas. Il se place comme le sauveur de la commune alors qu’il y avait renoncé et il vient semer la confusion dans l’équipe municipale et dans la population qui ne comprend pas trop sa stratégie et ses agissements.

Il y a peut-être un problème de méthode au sein de la majorité. Je le reconnais, j’en suis conscient et je suis prêt à prendre ma part de responsabilité. Malgré tout, je suis à la tête d’une commune qui a fait un certain nombre de choses depuis 2014, tant sur la gestion, le fonctionnement, avec sur le plan budgétaire des efforts financiers non négligeables, notamment concernant les ressources humaines. Tout ça pour investir et continuer à se développer avec des projets à construire au quotidien. Laudun-l’Ardoise est dynamique.

Après, il y a quelques problèmes humains, quelques égos qui se sont exprimés. J’estime que cette situation est terminée. Chacun devra faire ses choix. Certains se sont positionnés et d’autres le feront peut-être d’ici la fin de l’année. Début 2018 l’équipe sera revue dans ses délégations, son organisation et nous reverrons les méthodes de travail. Il y a matière à des améliorations dans l’organisation avec les services municipaux et les groupes d’opposition qui devront aussi amener leur pierre à l’édifice.

Ça commence avec le conseil municipal de ce lundi ?

C’est une étape légale qu’il nous faut passer. J’ai retiré leur délégation à deux adjointes (Aziza Durand et Nancy Borelly, ndlr). Il faut que le conseil municipal se prononce pour leur retirer le statut d’adjointe, et je réaffecterai les délégations. La réorganisation passera aussi par une répartition différente des délégations.

Reste qu’on a l’impression qu’en ce moment, chaque sujet fait polémique : la convention du Forum*, le lotissement de la Ramière**, le gala du Collectif***… Il y a eu des ratés, non ?

À divers degrés, oui. Pour le Collectif c’est un couac administratif. C’est la première fois en trois ans que ça arrive. C’est une erreur, un oubli de transmission et on a rattrapé le coup. Sur les deux autres dossiers, on a eu un problème de méthode, de communication, et ça, je ne veux plus jamais le voir pour le reste de la mandature : ça n’a pas lieu d’exister. Chaque dossier sera dorénavant traité suivant un processus qui lui permettra d’être vu par les services, mouliné par la majorité et une partie de l’opposition pour lever tous les doutes afin qu’on ne se retrouve plus sur des situations qui posent des difficultés.

Vu de l’extérieur, on a l’impression que le point de départ de toutes ces polémiques est l’« affaire Dauzon », du nom de ce laudunois à la tête d’un groupe Facebook que vous avez attaqué en justice pour diffamation en tout début d’année alors qu’une partie de votre majorité ne vous suivait pas.

Ça a peut-être pu y contribuer, même si je n’en suis pas totalement convaincu pour tous les élus concernés. Ça a pu susciter un point d’étape supplémentaire.

« Depuis que je suis vice-président du Département, je dérange encore plus  certaines personnes »

Est-ce que cette situation n’a pas également été encouragée par votre nouvelle vice-présidence au Département ? Vous avez sans doute été moins présent à Laudun-l’Ardoise…

Je ne pense pas. Aujourd’hui je consacre tout mon temps à mes deux mandats et je suis aussi présent à Laudun-l’Ardoise qu’au Département. En tout cas, je suis présent ! Ce qui n’a pas toujours été le cas de ceux qui m’ont précédé... Je pense que depuis que je suis vice-président du Conseil départemental, je dérange plus encore certaines personnes. Il y a d’un côté une personne qui prend une ascension et de l’autre une personne qui est dans un arrêt de ses activités. Peut-être qu’on aimerait bien que j’arrête de progresser. Ça me fait sourire.

Êtes-vous un maire fragilisé ?

Ce sont les rumeurs que fait courir mon prédécesseur. Ça l’arrange bien dans sa stratégie de déstabilisation. Je ne me sens pas du tout fragilisé. J’ai mes torts mais lorsqu’on traverse des périodes de crise, il faut se repositionner, se réadapter et changer de braquet pour repartir sur de nouvelles bases. J’ai une majorité qui est là, qui m’apprécie, qui ne me lâche pas et qui est prête à continuer en adoptant de nouvelles méthodes. Je sais aussi que dans le milieu politique, on vit des moments qui peuvent être plus compliqués que d’autres mais on en ressort grandi.

Donc vous n’aurez aucun problème à faire passer votre budget 2018...

On va le préparer. Je ne sais pas encore sur quel point on viendra nous attaquer, mais il sera fidèle à nos engagements. Je le défendrai et il sera comme celui de 2017, avec de l’investissement au regard des choix politiques que nous avons défini. Quant à ceux qui aimeraient me mettre en défaut, on va voir, mais j’y vais de façon offensive et déterminée.

Quel impact tout cela a-t-il eu et a toujours, sur les projets de la commune ?

Il n’y aura pas de retard. Les investissements de 2017 ont été réalisés. L’équipe a continué à travailler malgré tout. On aura des projets pour 2018 et c’est tant mieux.

Propos recueillis par Thierry ALLARD

*Pour la convention du Forum, qui a dû être retirée de l’ordre du jour du dernier conseil municipal, « il ne s’agit ni de vendre le Forum, ni de le laisser au privé, mais de faire appel à un professionnel qui nous propose un certain nombre de dates de spectacles pour occuper et de le rentabiliser », explique le maire, qui précise qu’il ne s’agit « pas d’une délégation de service public, mais d’une convention. » Philippe Pecout reconnait toutefois être allé « trop vite » et ne pas avoir communiqué sur ce dossier qui devrait revenir en conseil municipal en 2018.

** Lire l’article que nous avons consacré au sujet ici.

*** Le Collectif, association de groupements d’entreprises de la commune, devait faire son gala annuel au Forum la semaine dernière mais a découvert quelques jours avant que la salle avait été réservée par le 1er REG de l’Ardoise. Le gala s’est finalement tenu à Chusclan.

Etiquette

Thierry Allard

31 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité