A la uneCulture

ALÈS Rochebelle, Rocher Blanc, Cauvel, La Royale : les habitants se souviennent

Un ouvrage rassemblant des témoignages d’habitants de ces quartiers vient d’être publié

François Coste distribue le livre aux habitants qui ont contribué au projet. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

L’histoire et la mémoire des quartiers alésiens de Rochebelle, Rocher Blanc, Cauvel et La Royale ne tomberont pas dans l’oubli. Un recueil* réalisé par l’association Mille et une mémoires, qui rassemble une cinquantaine de témoignages d’habitants, vient de voir le jour.

« Quand François est venu me voir, je l’ai pris pour un guignol », lâche Jean-Luc, un quinquagénaire qui a grandi à La Royale. François (Coste de son nom), c’est la cheville ouvrière de cet ouvrage. Pendant des mois, il est allé cueillir la parole des habitants des quartiers, fouiller dans la mémoire des plus anciens, écouter les préoccupations d’aujourd’hui et les envies de demain. Le résultat de cette enquête, un beau livre de plus de 131 pages avec son DVD, était présenté mardi soir, au Pôle culturel et scientifique de Rochebelle, en présence de celles et ceux qui ont nourri les témoignages.

Ils s’appellent Abdel, Serge, Marie-Thérèse, Danielle, Pauline, Majid, Farid… Ils ont grandi et vivent encore, pour certains, dans ces quartiers établis de l’autre côté du Gardon, à l’écart du centre-ville. Tous ont une histoire à raconter, une anecdote à partager. Dès les premières lignes, Albert, 76 ans, se souvient de l’époque de la mine, en particulier de la Sainte-Barbe : « Le 4 décembre, dès six heures du matin, avaient lieu des explosions de dynamite la journée durant. Tout le quartier était en liesse, la fanfare des mineurs en tête précédait un défilé de réjouissances sur une semaine, puis trois jours, un jour, et puis plus rien. » Maryse, 77 ans, se souvient de l’ambiance chaleureuse qui régnait à Rochebelle : « C’était un faubourg convivial, tout le monde se connaissait, tout le monde s’entraidait et les soirées d’été se passaient bien. Chaque personne avait une petit chaise dans le couloir, on s’installait devant nos portes et on faisait le bavardage, c’était fabuleux ! »

Mardi soir, pour le lancement du livre, Romuald, un habitant, ressentait une certaine nostalgie : « Il y a cinquante ans, Rochebelle vivait en autarcie. Il y avait de tout comme commerces, même un bijoutier ! Petit à petit, c’est parti dans les grandes surfaces et nos quartiers sont aujourd’hui délaissés. » Cet ouvrage, c’est aussi une tribune « pour parler du présent, de ce qu’il faudrait améliorer », souligne François Coste. Un avis partagé par le conseiller départemental Jean-Michel Suau, qui a également vécu dans ces quartiers autrefois. « Car même si le livre est imprimé, il y a encore beaucoup de choses à écrire. »

Élodie Boschet

*Le livre a été réalisé avec le soutien financier du Département, de l’État à travers le Commissariat à l’égalité des territoires et de l’Agglomération d’Alès. Prix : 15€, 10€ pour les personnes relevant des minima sociaux. Pour l’acheter, contacter Guy Gatepaille au 06 85 37 19 55.

Lire aussi :

ALÈS Paroles d’habitants pour un livre témoignage

Etiquette

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité