ActualitésPolitique

PETITE CAMARGUE Un conseil communautaire sans anicroche mais pas sans volonté

Un désaccord acté entre la ville centre et le reste de la CCPC et une méfiance grandissante face à l'Etat. Les conseillers communautaires de Petite Camargue ont bouclé l'année sur une note douce-amère

A l'heure de la nouvelle signalétique de promotion touristique, le dernier conseil communautaire de Petite Camargue n'a pas résonné de révélations fracassantes et des éclats de voix habituels qui ont marqué ses derniers mois de débat. Le désaccord de fond entre la ville centre Vauvert, son équipe municipale et les autres communes sur l'avenir de l'intercommunalité semble désormais faire partie du décor.

La réunion a débuté par la mort du Pays Vidourle-Camargue, suppléé désormais par le PETR (Pôle d'équilibre territorial et rural). Avec une nuance de taille : « Ce n’est pas parce que le PETR se met en place qu’on a des idées de fusions entre nos quatre communautés de communes camarguaises » a précisé aussitôt Jean-Paul Franc, le président de la CCPC. Jean Denat s’est contenté de redire « Pour nous le PETR ne peut être un projet de territoire et porter une vision à 10 ou 15 ans. Si ce PETR n’est qu’un outil pour optimiser divers contrats, tant mieux il ferait ce que le Pays qui a bien travaillé et optimisé. Le Groupe d’Action Locale a su mobiliser des milliers d’euros sur tout le territoire. On souhaite au PETR le même rayonnement. » Vauvert ne vote pas contre mais continue à s’abstenir.

Autre motif de rébellion pour la majorité municipale vauverdoise, le manque de collégialité dans la préparation de ce nouvel outil. « En tant que présidente du pays j’ai été écartée de la préparation des statuts, même si j’ai incité le personnel à s‘y impliquer. On avait ciblé un PETR à cinq". Jean-Paul Franc n’a pas voulu nourrir une polémique et a souligné que l’objectif était d’être plus efficace sur le territoire. Entonnant le même refrain, Katy Guyot indique ne cultiver aucune nostalgie « Il s’agit de regarder devant nous, de construire à 4 ce PETR, il faut se saisir des prérogatives pour créer un nouvel élan. »

De l'eau et des dégâts

Fronde politique polie, celle concernant la GEMAPI, autrement dit le transfert de compétences quant à la gestion des cours d’eaux aux communautés. « Pendant vingt ans, dans cette région, on a créé des structures qui ont interpellé l’Etat sur ce sujet, a rappelé le maire de Vauvert. Cette loi consacre le désengagement de l’Etat. Ici, en Camargue, cette loi nous met en danger. On a investi 9M € en Camargue Gardoise pour le plan de prévention de Risques inondation (PPRI), on a révisé nos stations de pompage. Je suis inquiet car je vois disparaître des syndicats dans lesquels on a tous travaillé sur ce sujet. C’est une sacrée responsabilité pour les CC. Je reste opposé à cette loi même si c’est un gouvernement que j’ai soutenu qui l’a lancée »

"Ça fait deux ans qu’on essaie de savoir qui va payer personne ne nous répond", grommelle un élu d’Aubord. « On a tous souffert des inondations. On nous met en danger », lance un autre. Une grogne qui n’est pas limitée aux étangs et lagunes, l’inquiétude lancinante des élus locaux sur la question, préoccupés par le fait de n’être pas en mesure de faire face à ces nouvelles responsabilités et dépenses induites. La gestion des ASA (Association syndicale d'assainissement) évoluerait dans le brouillard sous la nouvelle loi.

On a noté les réticences exprimées de manière bien élevée par les élus pour adhérer à l’Agence Technique Départementale. La CCPC a décidé de lisser sa participation financière au nouvel organisme sur cinq ans. « On va voter une mutualisation des services mais avec des coûts plus importants » grogne un maire, résigné. Autre particularité de la soirée, l'examen de l'indemnité de la receveuse des communes et établissements publics locaux. Généralement, ce type de rapport n'est qu'une formalité mais ce soir-là, l'ajustement n'a pas fait l'unanimité suscitant une abstention et 4 oppositions. Des petits indices qui composent un puzzle grandissant de mécontentement envers l'Etat.

florence.genestier@objectifgard.com

 

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Vous aimeriez aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A lire également

Close
Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité