A la uneFaits Divers

NÎMES Médecin mis en examen : la police lance un appel à témoin…aux patients

Le parquet de Nîmes a demandé l'incarcération provisoire du gastro-entérologue.

Un appel à témoin a été lancé par la police aux patients de la polyclinique nîmoise (Photo : Objectif Gard)

Un médecin gastro-entérologue installé à Nîmes a été placé en garde à vue, mardi matin, dans les locaux de la brigade financière de la Sûreté Départementale de Nîmes.

Il a été mis en examen, ce mercredi soir, au Palais de Justice de Nîmes pour « escroquerie » « faux et usage de faux », et « accès et modification non autorisés de données informatiques » au préjudice des organismes sociaux. Le praticien a également été mis en examen, pour « blessure involontaire aggravée » et « tromperie présentant un danger pour la santé » de ses patients.

Ce spécialiste qui avait jusque-là une très bonne réputation dans la Gard intervenait dans le cadre de processus d’amaigrissement de personnes obèses à la Polyclinique du Grand Sud à Nîmes. Alors que ses patients étaient sous anesthésie générale, il injectait un produit à base d’acide hyaluronique dans l'estomac. « Les médecins experts sollicités pour cette procédure confirment le caractère dangereux de la méthode utilisée », souligne lors d’une conférence de presse, le vice-procureur Patrick Bottero, qui a requis, ce soir, un mandat de dépôt pour le médecin nîmois. Le juge des libertés et de la détention devra dire dans la soirée s’il suit les réquisitions du parquet de Nîmes et place en détention provisoire le spécialiste ayant pignon sur rue.

Un gastro-entérologue qui faisait rembourser ses actes de coloscopie par la sécurité sociale du Gard. La CPAM chiffre son préjudice à près de 500 000 euros. le même professionnel de la santé a facturé également des dépassements d’honoraires à ses patients pour les actes médicaux liés à l’amaigrissement pour un total de près de 200 000 euros.

Il appliquait donc un processus médical qui n’est pas reconnu en France. Et pour cause ! En 2012, un laboratoire a procédé à un essai thérapeutique sur cette méthode. Un essai non concluant qui a été abandonné définitivement en 2012. Sauf que le médecin gardois aurait continué à pratiquer cet acte médical sur ses patients jusqu'en 2015. Une pratique dangereuse selon les experts et qui consiste à des injections dans l’estomac en sachant qu’elles n’étaient pas performantes pour des thérapies d’amaigrissement. Pire, « l’acide injectée serait à l’origine de complications médicales et d’apparitions d’ulcères notamment », selon le patron de la Sûreté Départementale de Nîmes, le commissaire Emmanuel Dumas.

Le médecin nîmois est déjà mis en cause pour au moins 515 applications similaires et illégales sur des patients. La police de Nîmes recherche aujourd’hui d’autres malades qui auraient été opérés ou soignés à la Polyclinique du Grand Sud à Nîmes par ce médecin. Pour prendre contact avec les enquêteurs, il faut adresser un mail à ddsp30-victimehyalu@interieur.gouv.fr

Etiquette

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Vous aimeriez aussi

4 réactions sur “NÎMES Médecin mis en examen : la police lance un appel à témoin…aux patients”

  1. Hallucinant.
    Ne pas oublier la responsabilité du pharmacien qui a pu laisser rentrer des produits interdit dans on bloc opératoire.
    C’est un élément clé. Il a certainement été dupé, en tout cas l’enquête pourra ou non le confirmer, néanmoins, un pharmacien a le devoir de contrôler l’intégralité de l’implantable… C’est surprenant qu’il ait pu laisser passer cela!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité