ActualitésSociété

NÎMES Les grandes orgues chantent encore

De loin, on ne dirait pas que lorgue est presque un ogre tant il est grand Photo Anthony Maurin).

Orgue à Midi organise un nouveau concert le 17 février à la cathédrale de Nîmes.

Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour comprendre toute l'importance des grandes orgues d'une cathédrale. Encrassées depuis des décennies et maintenant remises à neuf, elles sont en passe de changer l'attrait de l'édifice en y apportant un petit plus non négligeable.

En effet, les orgues de  la cathédrales ont été rénovées (et relevées), ce qui a permis à l'association des Amis de l'orgue d'organiser un concert gratuit chaque mois depuis et espérons pour longtemps. Le prochain a justement lieu le samedi 17 février à 12h. Il sera donné par Michel Reynard, l'organiste titulaire qui fait des merveilles.

Pour l'occasion, Nîmes accueille Hans Hellsten. Né en 1958 à Helsingborg il est, depuis 1992, professeur d'orgue à l'Académie de Musique de Malmö, une des trois écoles supérieures qui constituent la Faculté des beaux-arts et arts vivants à l´Université de Lund (Suède). Son répertoire est vaste, avec des points d´appui dans la musique baroque espagnole, la musique de Jean Sébastien Bach et la musique contemporaine, en particulier celle du compositeur canadien-suédois Bengt Hambraeus.

Son livre sur l´histoire de l´orgue, Instrumentens drottning (Le roi des instruments), est paru en 2002, et en 2011 il a publié, en collaboration avec un autre organiste suédois, Hans Fagius, un manuel d'interprétation à d'orgue, Organistpraxis. En 2012, Hans Hellsten a été le directeur artistique de la version suédoise du festival d'orgue européen, ConnectingArts.

Au programme de cette date pas banale, Mel Bonis 1858-1937 Offertoire, op. 183. Toccata pour grand orgue, op. 97. Pēteris Vasks 1946- Baltā ainava (Paysage d´hiver), 1981. Jean Sébastien Bach 1685-1750 Schmücke dich, o liebe Seele (Pare-toi, ô chère âme), BWV 656. Thierry Escaich 1965- Vers l´espérance (No. 3 de Trois poèmes pour orgue), 2003.

Entrée était libre avec participation aux frais.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité