ActualitésSociété

NÎMES Au Mas de Teste, le pôle éducatif de demain

Le pôle éducatif Jean D'Ormesson à Nîmes

Fin 2019, ouvrira un pôle éducatif innovant à la construction duquel la Ville a associé les enseignants, les habitants du quartier, les associations et les parents d'élèves.

La partie Est de la ville a besoin d'oxygène, de nouveauté. Longtemps oubliée, un tantinet délaissée mais franchement bien imaginée, ce coin de la ville verra très prochainement son renouvellement urbain prendre forme, notamment au Mas de Teste et ses alentours. Ce secteur Mas de Teste-Citadelle s'étend sur environ 17 hectares.

Comment inventer l’école élémentaire idéale, celle dont rêvent à la fois les enfants, les enseignants, les parents, les animateurs, les éducateurs sportifs, les agents de cantine et d’entretien, bref, tous ceux qui la fréquentent au quotidien ? Comment assurer les meilleures conditions d’apprentissage dans un quartier où la réussite scolaire pose question, en raison du manque de mixité sociale et du fort taux d’évitement (35% en 2015) qui a pour conséquence de l’amplifier ?

Des questions qui sont autant de challenges qu'a décidé de relever la municipalité en remettant à niveau les équipements scolaires selon un plan d’investissement d’excellence. Après les écoles Henri Wallon, Jean Carrière, de Courbessac et Pauline Kergomard, la Ville place le curseur encore plus haut pour un nouvel établissement de quartier qui ne sera pas conçu comme un projet urbain mais plutôt comme une aventure humaine.

Une école pas comme les autres

L’actuelle école Albert Camus, située au cœur du Mas de Mingue, est une structure métallique vieillissante de type Pailleron datant des années soixante. Sa reconstruction était nécessaire mais elle était aussi l'occasion d’une expérimentation inédite à Nîmes et en France. Depuis quelques années ans, aidée d’un sociologue et d’une anthropologue enseignant-chercheur, la Ville a impliqué les parents d’élèves, les enfants, les enseignants, les acteurs associatifs et institutionnels du quartier pour établir les besoins et les envies de chacun. Progressivement s’est dessiné le projet futur, alliant l’idée d’une école ouverte sur le quartier, accueillant des activités extérieures à un espace d’enseignement.

Suite à un concours d'architecture lancé à l'automne 2016, la maîtrise d'oeuvre du projet est attribuée à l'agence MDR Architectes. Les premiers travaux devraient commencer en 2018 pour une ouverture fin 2019.

Bien plus qu’une école, ce pôle éducatif sera un lieu ouvert et qui aura pour vocation à faire se croiser différents publics dans un espace sécurisé. Commençons dans l'ordre. Au rez-de-chaussée se trouvera une salle polyvalente de 100 m² pour le quartier et une ludo-médiathèque tous publics de 400 m² avec espace jardin, complétée d’un "fab lab", atelier de création numérique. Son contenu et ses activités, qui seront tournés en partie vers la réussite éducative en travaillant en synergie avec l’équipe enseignante, offriront un accès à tous grâce notamment à son ouverture le samedi et pendant les vacances scolaires.

Continuons. Au niveau 2 se situera l’entrée principale. Un accès adapté progressif débouchera sur un atrium et sur une salle de convivialité où pourra se rencontrer l’ensemble des personnels du pôle éducatif. Les classes de CP-CE1 s’y trouveront en enfilade, ponctuées par des salles d’ateliers intermédiaires qu’elles pourront réaliser en commun grâce à un système de cloisons modulables. Chaque classe disposera d’un accès direct sur la cour-terrasse. À ce niveau se trouvera un terrain de sport pluridisciplinaire accessible directement ainsi que le restaurant scolaire avec vue  panoramique. Un jardin pédagogique viendra agrémenter le tout.

Enfin, au niveau 3, accessible par ascenseur et par un escalier monumental, se trouvera un deuxième groupe de 11 classes et de 6 ateliers (du CE2 au CM2) conçus dans la même configuration que ceux du niveau inférieur, avec espaces périscolaires distinctifs pour les ALAE (Accueil de loisirs associé à l'école), ainsi qu’un pôle administratif.

Le restaurant scolaire.

Situé en hauteur, sur un terrain surplombant la plaine, le bâtiment sera étagé en terrasses superposées avec de larges vues panoramiques sur l’horizon. Cette position dominante jouera un double rôle symbolique. Liberté et ouverture sur l’environnement seront les principaux atouts du projet. Et l’ambition sera de donner toutes leurs chances aux élèves qui vont le fréquenter.

Privilégiant des matériaux sobres et écocertifiés, intégrés au paysage de garrigue, l'édifice sera coiffé d’un volume en L en métal oxydé, évoquant l’écorce de pin, perforé comme une mantille pour favoriser les jeux d’ombre et de lumière. Chaque terrasse constituera la cour de l’élément supérieur et une large place sera donnée à ces espaces afin de favoriser le bien-être des élèves.

Une centrale photovoltaïque est prévue en toiture afin d'utiliser la lumière par détection de présence et une ventilation double flux pour maintenir une température maximale de 28 degrés en été.

Avec ses 15 salles de cours, ses 8 ateliers scolaires et les équipements idoines, le budget total de la construction s'élève à 8,5 millions d'euros HT pour 12,5 millions toutes dépenses confondues.

Publicité
Publicité
Publicité

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité