ActualitésCulture

NÎMES Et le lauréat du prix de la Nouvelle Érotique 2018 est…Éric Abbel

Eric Abbel lauréat Prix de la nouvelle érotique 2018

Les Avocats du Diable vous offre la nouvelle en lecture gratuite

Éric Abbel, obsédé textuel prometteur…

Le Prix de la nouvelle érotique, organisé par Les Avocats du Diable, propose chaque année depuis trois ans un challenge unique : écrire une nouvelle en huit heures (la nuit du passage à l’heure d’hiver) sur le thème de l’érotisme, sous double contrainte (cette année le contexte de situation était "un dîner de cons") et le mot final : "commode".

 Le jury du PNE est composé des co-présidents Françoise Rey (écrivain) et Jean-Pierre Chambon (psychanalyste), assistés de Pierre Jaccaud (metteur en scène, directeur artistique), Julia Palombe (auteur, chanteuse), Nicolas Rey (écrivain), Marion Mazauric (directrice des éditions Au diable vauvert), Jacques-Olivier Liby (fondateur du prix, président des Avocats du Diable) et Pascal Hella (lauréat du PNE 2017).

Formidablement étonné par la diversité et la qualité des 234 nouvelles en compétition, le jury a délibéré pendant près de trois heures pour désigner le lauréat parmi les 30 nouvelles sélectionnées (lues et commentées à l’aveugle) qui constituaient l’élite de ce millésime qui ancre définitivement le PNE dans le paysage littéraire et érotique français. A l’orée du deuxième et dernier tour, trois nouvelles se détachaient particulièrement : La gueule du loup, de Léon Degriffes, Fausse fourrure, d’Anne Bourrel, et Si le corps est prison ,d’Éric Abbel, finalement déclarée lauréate par une très large majorité du jury (5 voix sur 8).

L'histoire : La nouvelle d’Éric Abbel se déroule dans une prison américaine où un condamné à mort, qui doit être exécuté le lendemain aux aurores, jouit des derniers plaisirs de la vie : composer son dernier menu et profiter de la présence d'une prostituée offerte comme une dernière cigarette... par l’administration pénitentiaire. Mais à l'aube du dernier souffle et à l’occasion de ce très singulier dîner, souvenirs et fantômes se rappellent à lui, sous la forme onirique de celle qui l'a fait vivre au delà de tout, c'est à dire jusqu'à la mort expiatoire... Dialectique troublante entre sexe et sentiment(s), cette nouvelle puissamment érotique et tragique nous emmène dans les couloirs sombres de l'humain, de son meilleur à son pire (et inversement) et nous interroge sur la valeur absolue du sens de la vie quand pointe à l'horizon l'heure H.

Eric Abbel est un écrivain français d'origine... oukravienne. Il se dit "obsédé textuel, papivore compulsif, brachycérophile, mythomane les jours impairs." Il cultive ses folies douces dont il tire des livres corrosifs et hallucinatoires. Son combat pour la sauvegarde du point-virgule et sa prise de position religieuse sur "l'absenthéisme" en ont fait le principal représentant du mouvement épistémologique. Il remporte un chèque de 3 000 euros et un séjour de trois semaines en Camargue,  au sein de la résidence d'écriture des Avocats du diable.

Découvrez gratuitement  (et en intégralité), la nouvel lauréate et plongez au cœur des délibérations grâce au film officiel du PNE 2018 : http://lesavocatsdudiable.tumblr.com

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité