A la uneActualitésSociété

NÎMES Rue Cigalon, les chats ont leur Arène

Nathalie Vigné et son frère, Franck Miroglio, sont les propriétaires de ce nouveau bar à chats (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objetcif Gard)

Ouvert depuis une semaine, le salon de thé-bar à chats accueille une dizaine de félidés adoptables confiés par l'association nîmoise Toutous et matous.

Nathalie Vigné et son frère, Franck Miroglio, sont les propriétaires de ce nouveau bar à chats (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objetcif Gard)

Franck et Nathalie sont frère et soeur. Ils s’entendent très bien. Mieux que chien et chat !  Bien assez en tout cas pour avoir toujours eu envie d’exploiter un commerce ensemble. Et après mûre réflexion, ce sera un bar à chats !

Sous le galbe élégant des voûtes magistrales de ce qui fut jadis une vaste cave, l’Arène des chats abrite peut-être aussi…la reine des chats. L’élégante Miss Marple vit en effet en ces lieux réhabilités, transformés et superbement aménagés par ses propriétaires. Mais la belle Marple n’est que l’un des dix pensionnaires du nouveau bar à chats de la rue Xavier Cigalon où elle voisine en toute tranquillité avec ses congénères Alfred, Malabar, Agathe ou Caramel…

Ce qui s’appelle sans doute « prendre de la hauteur » en langage chat (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objetcif Gard)

« Tous les chats qui sont ici sont adoptables. Ils nous sont confiés par l’association Toutous et minous présidée par Gloria Feran », pose le copropriétaire de l’endroit, Franck Miroglio. « Ils sont tous stérilisés, identifiés par une puce ou un tatouage et vermifugés. En revanche, ils ne sont pas vaccinés car certaines personnes ne souhaitent pas plus vacciner leurs animaux qui ne le sont eux-mêmes.«  

Ici, si l’on a tout mis en oeuvre pour accueillir le client dans d’excellentes conditions (petits espaces, mobilier confortable et éclairage étudié), on n’en a pas pour autant oublié les pensionnaires à quatre pattes. Outre le grand l’espace dont chacun dispose, les débonnaires griffus se sont vus offrir un ludique « parcours santé » et défoulement parsemé de jeux divers. « Les chats ont été choisis par l’association sur des critères de sociabilité et d’adaptation », précise la soeur et associée de Franck, Nathalie Vigné. « Lorsque les chats sont adoptés, l’argent de l’adoption est entièrement reversé à l’association (*). Et tant qu’ils ne le sont pas, l’association en reste propriétaire. »

Une vaste salle en précède une autre en enfilade (Photo : Philippe Gavillet de Peney/Objetcif Gard)

Olfactivement, si l’on sent bien la présence continuelle des félins, l’atmosphère est tout à fait respirable car les espaces qui leur sont dédiés sont régulièrement nettoyés et leur litière changée. « Nous sommes très exigeant sur l’hygiène« , insiste Nathalie qui veut qu’aucun amalgame ne soit fait avec un autre bar à chats ouvert il y a quelques temps dans la même rue, mais fermé depuis pour des raisons administratives liées à des maltraitance sur les animaux…

Mais comment leur est venue cette idée de faire travailler des chats au noir ? « C’est ma fille qui a été la première à m’en parler« , évoque l’ex-vendeur automobile et ancien paysagiste. « Elle avait découvert le concept à Toulouse. Avec ma soeur, cela faisait déjà quelques années que nous voulions créer un commerce tous les deux. On s’est dit : « pourquoi pas ? »«  Et désormais entre les membres de la fratrie les rôles sont bien définis : Franck s’occupe de la gestion des chats et de leur confort tandis que Nathalie concocte des pâtisseries maison et accueille les clients dans ce ronronnant mais apaisant salon de thé où l’on trouve même des gaufres, des club-sandwichs et des croques-monsieur à l’heure du déjeuner. Sans oublier la wi-fi pour ceux qui sont capables de taper des SMS avec une seule main tout en caressant un chat de l’autre. Chat alors !

Philippe GAVILLET de PENEY

philippe@objectifgard.com   

 * Comptez 80 euros pour un mâle et 100 euros pour une femelle.

L’Arène des chats. 17, rue Xavier Cigalon. Ouvert de 10 h à 19h sans interruption, du mardi au samedi. Tél : 06 23 57 19 80.

Philippe Gavillet de Peney

Après avoir traîné ma plume et ma carcasse un peu partout dans les rédactions des quotidiens régionaux de l'Hexagone, j'ai posé mes valises à Objectif Gard en mars 2016. Couteau suisse de la rédaction, j'interviens dans plusieurs rubriques avec une inclination plus marquée pour le sport, les portraits et les sujets de société... Au sein du journal, j'assure par ailleurs le Secrétariat de rédaction.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité