A la uneActualités

FAIT DU JOUR Plein phare(s) pour le Grau-du-Roi

L'ancien phare de la rive droite et celui de l'Espiguette, ces monuments emblématiques pourront se visiter.

Le phare de l'Espiguette, en bien meilleur état que son collègue de la ville (photo Florence Genestier)

À la fin 2020, les deux phares du Grau-du-Roi seront rénovés et accessibles au public ou en phase de l'être.

Si aucune révélation fracassante n’est venue égayer la réunion d’information consacrée à ce sujet, entièrement présentée par le maire devant une trentaine de personnes, les premières esquisses du futur ancien phare donnent envie de se projeter fin 2019. L’ancien phare est actuellement investi par les ouvriers spécialisés en matière de décontamination des locaux à l’amiante et surtout au plomb.

Voilà la première marche d’un chantier aussi sentimental qu’important pour les Graulens et les amoureux de la station gardoise. Jeudi soir dernier, Robert Crauste, maire du Grau-du-Roi temporairement délaissé par son adjointe en charge du patrimoine pour cause de rhume, s’est retrouvé seul face à une trentaine de personnes pour présenter les grandes phases des chantiers. Souvent évoquée en conseil municipal depuis quelques mois, la rénovation pratiquement jumelle des phares de l’Espiguette et de celui de la rive droite reste un des rares sujets qui fasse l’unanimité auprès des habitants. Du moins pour son principe...

Colimaçon d'escaliers à l'Espiguette (photo Florence Genestier)

Des phares idéaux pour le hors saison

Peu de monde pour écouter le maire deviser sur l’avenir forcément radieux de deux monuments classés, en état de dégradation avancée certes mais « en voie d’orientation d’attractivité touristique (sic). Un outil attractif hors saison , un tourisme de découverte et patrimonial », s’enthousiasme tout seul Robert Crauste au micro. Pour l’ancien phare, le but du jeu consiste à le débarrasser de tous les bâtiments venus au fil des ans s’accoler à ses flancs, de la station d’avitaillement aux annexes de la maison du gardien. Un chantier estimé à 1,8 M€ à l’heure actuelle. Et qui sera inauguré fin 2019, si nul retard ne vient contrecarrer l'aventure.

Robert Crauste, seul au micro, pour une première réunion publique d'information sur ces deux chantiers majeurs (photo Florence Genestier)

À terme, « la volonté est d’organiser la visite du phare pour des petits groupes de dix à quinze personnes », précise le maire. Peu de révélations sur le projet muséographique dédié à la pêche traditionnelle. Ce monument de 1786 s’apprête donc à revivre et à renaître dans un nouvel écrin. Le parvis sera entièrement dégagé.  Des modifications de l’espace public actuels seront lancés. Pour le maire , l’accès à la Villa Parry (qui se fera dans l’angle et non plus de face) et au site ne sera pas entièrement livré aux nouvelles mobilités puisque quelques places de parking seront encore conservées. Ce qui a entraîné dans la salle quelques protestations de ses soutiens écologistes, venus s’informer, soutenir et applaudir leur édile favori.

Du côté du phare de l’Espiguette, le temps est plus élastique. Le phare appartient à l’État. Et les travaux commenceront en 2020. Une date qui fait sourire la partie narquoise de l’opposition graulenne : « il ne sera plus là, on l’aura battu, donc il ne fera pas l’inauguration de l’Espiguette ! » Au-delà de ces considérations taquines, le phare de l’Espiguette ne sera pas pour autant accessible en voiture. Deux tracés de balade à pied sont actuellement à l’étude, l’un à travers les dunes et l’autre similaire au chemin d’aujourd’hui, et divisent les spécialistes. L’espace muséographique mettrait en vedette le massif dunaire. Les bâtiments d’accueil seraient, c’est possible, habillés de bois mais là encore, tout est sujet à évolution au fil des négociations entre partenaires. C’est aussi un endroit rêvé pour accueillir les scolaires et les sensibiliser au milieu lagunaire. En attendant, il s'agit de dépolluer l'ancien pour mieux accueillir le nouveau.

Florence Genestier

En images, l'avant-projet présenté lors de la réunion pour l'ancien phare

Le parvis et la plagette devant la villa Parry.
En coupe et avec palmier, le futur parvis de l'ancien phare, valorisé et dépouillé des constructions actuelles.
Côté môle, une des perspectives envisagées.

Etiquette

Florence Genestier

Arrivée à Objectif Gard depuis juillet 2017, ma première carte de presse date de 1991 (si, si !). Née en Bourgogne, des études lyonnaises, quinze ans de PHR dans une région de montagnes, puis un détour par une mairie, la vie web d'associations et de projets sur Paris, Dijon, le sud Bourgogne, quelques chroniques judiciaires. Me voilà chargée de l'actu de la Petite Camargue :) de l'Espiguette jusqu'à Vauvert et au-delà. C'est sportif mais passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité