ActualitésSociété

NÎMES Une expo, de l’archéo et un bon dodo

Pour celles et ceux qui vont bouder le musée de la Romanité mais qui aiment un peu l'histoire, allez du côté de Carré d'art pour y voir " Un désir d'archéologie "

Carré d'Art (Photo Anthony Maurin)

Ouverture prochaine du usée de la Romanité oblige, Nîmes fait l'effort de diversifier son offre culturelle. Depuis plus d'un mois et en lien avec les célébrissimes Rencontres de la Photos d'Arles, une expo mutuelle est implantée à Carré. Sont exposés, Boris Dogrusoz (Beyrouth), Asier Mendizabal (Bilbao), Thu Van Tran (Paris), Clemens Von Wedermeyer (Berlin).

" La découverte du musée de la Romanité nous permet plusieurs réflexions à l’occasion de cette exposition sous la forme d’un « Project room ». Par-delà les siècles, il faut s’en souvenir et en convenir : les objets, notamment issus de la période latine à laquelle est consacrée la part majeure du musée, voisin de l’amphithéâtre, ont été les réalisations d’artistes  contemporains. Cette renaissance des formes, sujets de savantes études notamment archéologiques, transmue les œuvres du passé qui fut présent via une alchimie est ici donnée à voir au cœur de ce creuset du Grand Œuvre qu’est Carré d’art ", notent Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, et Daniel-Jean Valade, son adjoint à la culture.

L’exposition regroupe quatre artistes réalisant des œuvres sur le thème de l’archéologie au sens large. De nombreux artistes contemporains développent un travail autour de recherches liées aux archives, à la mémoire pour questionner ce qui relève de la vérité historique. Si l’archéologie est liée traditionnellement à la découverte d’objets de différentes natures (sculptures, vestiges architecturaux…), qu’en est-il aujourd’hui d’une archéologie des images? Les artistes présentés utilisent différents médiums, sculptures, installations, photographies ou vidéos qui nous permettent de cerner ce désir d’un regard vers le passé pour comprendre notre futur.

Ces artistes proposent une réflexion sur la nécessité d’entreprendre un travail d’archéologie. Une archéologie qui bien loin des seuls objets matériels a pour corpus des images, des archives, des gestes ou des récits. Porter un regard sur le passé est souvent synonyme de construction de narrations qui deviennent tout particulièrement visibles dans la conception de parcours muséographiques laissant croire à une possible vérité historique.

L’intérêt qu’ils portent s’inscrit dans une démarche critique motivée par le désir d’éclairer le présent. Les œuvres exposées évoquent aussi bien l’esthétique des ruines, les enjeux de la représentation que les conflits actuels au Moyen Orient ou la relecture des discours colonialistes. Une expo à voir. Perspectives sur le futur ?

Jusqu'au 4 novembre. Renseignements sur www.carreartmusee.com et au 04 66 76 35 77.

Etiquette

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 35 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité