A la unePolitique

FAIT DU JOUR Katy Guyot où le quotidien d’une élue de terrain au service de sa ville

"Il faut être promoteur et militant du service public".

Entre travail administratif et représentations, l'emploi du temps d'une élue de terrain est plein à craquer…

Katy Guyot, 1ère adjointe à Vauvert, vice-présidente déléguée au développement économique à la communauté de commune de Petite Camargue, se partage entre son métier au conseil départemental et sa mission d'élue. Même si elle se défend d'être un modèle ou même un exemple, elle n'en est pas moins une illustration intéressante de ce que peuvent être la vie, les préoccupations, les joies et les charges de nos élus de terrain. 

Au service de l'intérêt général

S'impliquer sur des sujets divers et défendre ses convictions avec force …

Lorsque l'on jette un coup d'œil dans le rétroviseur, on se rend compte que le fil rouge de la vie d'élue et de femme active de Katy Guyot a toujours été l'intérêt collectif. "Avant d'être élue, j'ai travaillé à la mairie de Vauvert de 1990 à 2012", se souvient-elle. "En février 2003, j'ai intégré le conseil général du Vaucluse et j'étais responsable du service presse à la mairie de Montpellier. Puis j'ai occupé la direction du Pays Vidourle Camargue de 2006 à 2012."

En 2012, les législatives marquent un tournant, Katy Guyot, pensait "quitter le pays" mais Jean Denat, alors maire de Vauvert, lui laisse ses fonctions municipales pour occuper par interim celles de président du conseil départemental. Les deux élus décident qu'après les élections, si Jean Denat n'est pas conforté à la présidence, il reprendra sa place à la mairie de Vauvert et Katy Guyot sera sa première adjointe. C'est le second scénario qui se produit. Pas de regret mais une grosse envie. "J'ai adoré être maire", s'enthousiasme Katy Guyot. Et de pointer, "c'est une fonction de proximité où l'on fait des choses concrètes pour nos concitoyens." 

Jongler avec le temps

Être tout à la fois, femme, femme politique, active et… heureuse !

Avoir un boulot à plein temps, être élue à la mairie et à la communauté de commune et accessoirement être épouse et mère de famille demande une certaine appréhension du temps. Impossible de se ménager et de compter ses heures. Sans oublier qu'une femme qui travaille, mère de famille de surcroît, c'est avant tout une femme dans un milieu qui ne fait rien pour simplifier les choses. Katy Guyot ne s'étend pas sur le sujet mais elle avoue, "c'est vrai que c'est compliqué d'être une femme en politique". Comprenons que pour être respectée, il faut être irréprochable dans son travail et très disponible. Un propos qu'elle tempère en mettant en avant : "c'est surtout plus compliqué d'être un élu lorsqu'on travaille, quelque soit son sexe."   

Concrètement l'existence de Katy Guyot ressemble à un marathon sans fin. "Il y a des jours où il y a quatre voire sept réunions. On passe d'un sujet à l'autre et on court pour ne pas être en retard", constate-t-elle. Assurément quand on a en charge le commerce, les halles et marché, l'environnement et la communication. Au conseil communautaire Katy Guyot est en charge du développement économique. Ce qui fait, convenons-en, bon nombre de fers au feu. "Il y a quelques semaines par exemple, dans la même journée, je suis allée à Saint-Laurent-D'Aigouze pour assister à une réunion du syndicat PTER, puis à Vauvert pour une réunion sur l'éclairage public, une autre sur la circulation et enchaîner sur le conseil municipal qui s'est achevé tard dans la nuit pour clore la journée…"

Un emploi du temps chargé auquel il faut encore ajouter le volet représentation, une obligation particulièrement chronophage de la vie d'un élu. "Je suis présente comme beaucoup et je le fais avec plaisir", affirme Katy Guyot, non sans ajouter, "mais je reconnais que c'est épuisant. Mais lorsque nous ne sommes pas présents, les gens nous en veulent" . Une pointe d'amertume qu'elle adoucit d'un, "c'est normal qu'ils ne se rendent pas compte à quel point les sollicitations sont nombreuses".

Quelle part peut-il bien rester dans tout cela pour la vie privée ? "Difficile d'articuler tout cela entre vie publique et vie privée," répond Katy Guyot dans un sourire. "Souvent le dimanche je reste enfermée chez moi pour m'occuper d'intendance domestique, renouer avec ma vie, retrouver mon mari et accessoirement mes deux grands fils de 30 et 34 ans."

Être élue aujourd'hui

Comme tout autour de nous, la politique assujettie à la conjoncture et à l'époque ne se comprend ni ne se conçoit plus techniquement de la même façon. Sur le fond, il est important de se tenir à ses fondamentaux, aux constantes qui sont les piliers fondateurs et les moteurs de la fonction. Pour Katy Guyot, cela se résume de façon claire : "il faut toujours faire ce que l'on croit juste et travailler pour l'intérêt général." Les bases posées, il faut savoir évoluer sur la forme. "Tous les lundis, la majorité municipale se réunit pour travailler. Il faut faire preuve de pédagogie dans la communication de nos décisions". Et pour cela la manière compte mais les véhicules de l'information ont aussi leur importance.

"On est en 2018, il faut faire avec son temps et prendre le virage numérique. (...) On est interpellé sur les réseaux sociaux, constate Katy Guyot. Nous donc avons créé une page institutionnelle où la Ville est mise en avant pour communiquer en continu avec nos concitoyens et maintenir un dialogue permanent. Il y a des critiques stériles mais aussi beaucoup de bonnes choses à prendre. Ça instaure, un débat public constant", affirme l'élue.

Il faut dire que la conjoncture a changé. La crise est passée par là et les messages sont souvent délicats à faire passer. "L'État providence se réduit, se recale, les municipalités aussi, pointe Katy Guyot. Et de renchérir : "Vauvert a les moyens d'une ville de 5 000 habitants et les besoins d'une ville de 13 000. Par exemple, aujourd'hui, on ne peut plus faire de recrutement purement social comme cela se faisait autrefois, on n'a plus les moyens. On paye 12 ans d'immobilisme."

À Vauvert comme ailleurs, les problèmes sont récurrents : "les commerces du centre-ville souffrent," déplore la première adjointe. Une situation qui appelle des réactions : "on réfléchit à la gratuité des parkings pour un temps limité, la circulation dans la ville pour inciter les gens à entrer dans le cœur de ville, la signalétique… ", argumente Katy Guyot.

L'enjeu étant que les gens se saisissent de ces changements et "retrouvent la fierté d'être Vauverdois". Une certitude l'anime, "les citoyens doivent désormais être partie prenante dans la vie de la cité. Il faut donc faire passer un message positif", conclut l'élue, "sinon comment donner envie ?" L'envie justement,  un carburant, dont Katy Guyot ne semble pas devoir manquer dans les années qui viennent…

Véronique Palomar-Camplan

Etiquette

Véronique Palomar

Après une longue carrière au service de l'information dans l'hémisphère sud, me voilà de retour dans l'hexagone. Heureuse de mettre, plume, regard neuf et expérience au service d'un journal indépendant et de continuer à informer.

Vous aimeriez aussi

1 commentaire sur “FAIT DU JOUR Katy Guyot où le quotidien d’une élue de terrain au service de sa ville”

  1. Certes il y a de quoi faire pour une élue de terrain et là en sa qualité d’élue on ne peut pas à priori le lui reprocher.
    Je me questionne cependant sur les possibilités d’y être efficace en menant de front de multiples mandats, bon nombre d’obligations, de représentations ect…. comment peut on mener à bien et remplir les fonctions de celles d’élue en y étant très disponible de surcroît en y poursuivant une activité professionnelle. La semaine des 35 heures n’y est de fait pas de mise à ce rythme c’est plutôt de l’ordre de 60 h ou plus … je demeure très perplexe sur les possibilités de tout être humain surbooké à y être efficace avec un tel agenda … l’exemple de 6 ou 7 réunions dans une même journée est grotesque à moins qu’il s’il ne s’agisse que d’y être présente … le travail en réunion est en principe important il nécessite de la préparation, de l’attention et des prises de décisions souvent stratégiques ainsi que des comptes rendu – aurions nous parmi nos élus (es) tous (tes) confondus (es) que des êtres surdoués et surhumains … le citoyen lambda serait quand à lui ramené au statut de sous-doué plus idiot que la majorité de nos représentants et élus. Il est connu que l’on ne peut pas faire sérieusement de nombreuses tâches dans un temps et un espace limité même en y consacrant ses nuits… ses dimanches vacances et jours fériés gare au burnout … on se doit de constater que ce sont majoritairement des travailleurs issus des collectivités territoriales ou d’état qui ont la primeur de pouvoir se surpasser de la sorte… auquel cas, je détiens peut être la vérité sur leurs capacités à le faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close

Adblock a été detecté.

Merci de nous aider en désactivant votre blockage de publicité